Comment se suicider : ma méthode originale et incroyable !

Comment se suicider sans souffrance ?

Quels sont les meilleurs moyens pour se suicider ?

Comment mettre fin à ma souffrance ?

Comment se tuer ?

Si tu te poses ces questions, c’est que tu as envie de mettre fin à une souffrance profonde.

Et si tu lis cet article, c’est que tu recherches probablement un moyen doux et sans douleur pour mourir.

Malheureusement, il n’y en a pas vraiment.

Chaque moyen pour se suicider comporte des risques de terriblement souffrir. Chaque moyen de se suicider comporte aussi des risques d’échec et de se retrouver avec des séquelles cérébrales ou corporelles insupportables et incurables.

Il n’y a pas de technique miracle pour se suicider sans effort, sans risque d’échec et sans souffrance.

Les personnes comme toi qui font ces recherches sur internet sont aussi celles qui ont le plus tendance à ne pas passer à l’acte et à trouver d’autres moyens pour s’en sortir !

C’est pour cela que j’ai écrit cet article et que je vais t’aider !

Au passage, si tu te sens isolé et très seul en ce moment, sache que 160 millions de personnes chaque année dans le monde sont comme toi à avoir des pensées suicidaires ! Statistiquement, la très grande majorité ne passent pas à l’acte ! Et il y a des raisons à cela !

Le suicide est une option pour mettre fin à ta souffrance. Mais il y en a bien d’autres !

Si je te disais qu’au lieu de te suicider, tu pouvais également mettre fin à ta souffrance par une autre méthode ? Et que cette méthode a été prouvée comme réellement efficace ? Que beaucoup de gens qui avaient envie de se suicider et qui ont suivi cette méthode sont maintenant des gens heureux, des gens qui ont retrouvé leur joie de vivre ?

Personnellement j’ai plusieurs amis qui sont passés par là, je les aidés à prendre de bonnes décisions, et aujourd’hui, ils sont très heureux ! Je vais régulièrement prendre un verre avec eux (ou ils m’appellent dans le cas où ils vivent dans un autre pays). J’ai notamment une amie qui est partie vivre en Australie !

Cette méthode pour mettre fin à ta souffrance t’intéresse ?

Je vais te livrer cette méthode dans cet article, donc continue la lecture !

Juste avant de te livrer cette méthode, voici quelques faits qui vont t’intéresser :

Le suicide est un acte définitif. Il n’y a pas de retour en arrière.

C’est une décision qui peut être une terrible erreur et tu ne t’en rendras compte malheureusement qu’au dernier moment.

Il y a des témoignages de gens qui se sont jetés d’un immeuble ou qui ont voulu se noyer et qui ont survécu. Ces personnes disent avoir réalisé que rien ne pouvait être plus insupportable que de mourir.

En te suicidant, tu vas faire du mal tout autour de toi. Toutes les personnes qui t’aiment, ta famille, tes proches, vont être terriblement affectés et ne vont jamais s’en remettre. Si tu as du mal à croire que tes proches vont être anéantis à l’idée de te perdre, demande à un de tes proches aujourd’hui quelle serait sa réaction s’il apprenait une telle nouvelle. Tu ne veux pas faire du mal à toutes les personnes qui t’aiment, n’est-ce pas ?

En écrivant cet article et en sachant que tu es en train de lire mon article, je suis également engagé maintenant.

Avant de mettre fin à ta vie, fais-moi le plaisir d’attendre encore 3 jours. Sachant que tu penses quitter ce monde pour de bon, tu peux bien accepter de rester parmi nous quelques jours de plus ! Malheureusement, beaucoup de suicide sont commis sous le coup d’une impulsion, et j’espère que tu ne feras pas cette erreur.

Mais le plus important pour l’instant, et tu vas vraiment me faire plaisir si tu fais cela, c’est de continuer à lire mon article. Saches que je peux savoir le temps que tu as passé sur cet article grâce à un logiciel, donc t’as intérêt à continuer à lire mon article et à le lire en entier ! :)

 

Comment se suicider : l’impression qu’il n’y a pas d’autre solution

comment se suicider dépressionIl y a eu beaucoup d’études sur le sujet du suicide, et dans la majorité des cas, les personnes qui ont envie de se suicider souffrent de dépression profonde.

Quelqu’en soient les causes, tu souffres probablement de dépression profonde toi aussi.

Laisse-moi te poser une question.

Quand tu as un problème physique, comme une douleur à une jambe, des douleurs au nouveau du ventre ou du dos, qu’est-ce que tu fais ? Réponse : tu vas chez le médecin. Ca te semble logique, non?

Quand tu souffres de dépression profonde, cela correspond à un problème lié à ton cerveau, à tes émotions. Et qu’est-ce que tu dois faire dans ce cas-là ? Réponse : tu dois aller voir un spécialiste du cerveau, autrement dit un psychologue ou un psychothérapeute !

Si tu ne vas pas voir un spécialiste, tu risques de passer à l’acte alors que tu aurais pu être soigné !

Etre mal dans sa peau et dans sa tête est quelque chose qui se guérit !

D’après certaines études, si tu ne vas pas voir un spécialiste, le risque que tu commettes un suicide est de 20%. Si tu vas voir un spécialiste, le risque n’est que de 0,1% seulement !!!!!

Cela montre à quel point un spécialiste peut aider ton cerveau et tes émotions à aller mieux.

Tu penses maintenant que tu ne pourras jamais t’en sortir, mais les statistiques montrent que ton état émotionnel très mauvais n’est en fait que passager et qu’il peut être amélioré rapidement !

C’est une sacrée bonne nouvelle, n’est-ce pas ? :)

 

Mettre fin à ta souffrance : la méthode en 8 étapes

1. Il y a de l’espoir

Je sais que tu te dis en ce moment que tu ne vois pas comment tu peux mettre fin à cette souffrance, et je suis désolé que tu sois là à penser cela.

Mais si tu es en train de lire ces lignes, c’est que tu es déjà sur la bonne voie ! Cela montre que tu as envie de mettre fin à ta souffrance et qu’au moins une partie de toi pense qu’il y a un espoir quelque part. C’est la première étape que tu es déjà en train de passer avec succès ! ;)

 

2. Attends 3 jours de plus

Attends absolument 3 jours avant de commettre cet acte définitif qu’est le suicide. C’est probablement la plus grosse décision que tu vas prendre dans ta vie, donc tu peux bien attendre 3 jours de plus pour prendre la bonne décision, non ?

Ces 3 jours seront les jours les plus importants de ta vie, donc ne fais pas l’erreur de te tuer car tu penses qu’il n’y a pas d’autre solution maintenant. D’ailleurs, c’est faux, car tu sais déjà qu’il y a d’autres solutions, et c’est pour cela que tu es en train de lire les différentes étapes de cette méthode !

 

3. Regarde les statistiques

La troisième étape est de regarder les statistiques.

Ces dernières montrent que la plupart des gens qui ont des pensées suicidaires ne vont pas jusqu’au bout de leur pensée et ne commettent pas l’acte. Les statistiques montrent aussi que les personnes qui arrivent à s’en sortir sont ensuite plus heureuses que la moyenne, du fait d’avoir surmonté cette terrible phase négative.

A partir du moment où tu te sauves la vie, tu vas avoir tendance à profiter beaucoup plus de ta vie que des personnes qui ne sont pas passés par cette épreuve.

Les statistiques montrent qu’il y a énormément d’espoir pour toi maintenant mais aussi pour ton avenir !

 

4. Parle à quelqu’un

La quatrième étape est de commencer à parler à quelqu’un maintenant.

Je sais que tu te sens probablement seul en ce moment, déprimé, que tu n’as envie de parler à personne et que tu penses que personne ne peut t’aider. Mais cette étape est essentielle et il faut que tu parles à quelqu’un maintenant.

Tu ne dois pas forcément parler à quelqu’un que tu connais. Je te conseille même de commencer à parler avec quelqu’un que tu ne connais pas. Comment ? En appelant un numéro de téléphone.

Parler avec quelqu’un que tu ne connais pas, que tu ne vois pas, qui va simplement t’écouter et qui ne va jamais te juger est un des meilleurs moyens pour te sentir mieux.

Même si tu ne crois pas à 100% ce que je suis en train de te dire, fais-moi le plaisir d’appeler quelqu’un et tu verras que j’ai raison.

Si tu es sur le point de mettre fin à tes jours pour de bon, tu peux bien accepter de passer un dernier coup de téléphone, non ?

Ne sous-estime pas l’effet que va avoir cet appel téléphonique. Cet appel va avoir un effet bénéfique sur toi qui va être tout simplement incroyable.

Je sais que cela peut être difficile pour toi de faire cet appel, mais tous les gens qui comme toi avaient des pensées suicidaires et qui vont beaucoup mieux aujourd’hui témoignent que le fait d’avoir parlé au téléphone avec quelqu’un les a énormément aidés.

Voici quelques numéros que tu peux appeler, tu pourras parler avec des gens qui t’écouteront sans te juger. Appelle au moins un numéro maintenant !

01 45 39 40 00 (Suicide Ecoute)

01 42 96 26 26 (SOS Amitié)

01 40 44 46 45 (de 12h à minuit seulement, SOS Suicide Phenix)

Si tu ne te sens pas d’appeler, tu peux aussi passer par l’écrit. Tu peux utiliser des forums ou des tchats, comme sur ce site (ouvert de 19h à 22h59).

Si tu connais des personnes de ton entourage, avec qui tu te sens à l’aise et avec qui tu peux complètement te lâcher sans avoir peur de te sentir jugé, tu peux aussi en discuter avec eux en direct, par téléphone, par email, par SMS, par messagerie instantanée…

Le plus important est de commencer à parler avec quelqu’un !

Fais cela dès maintenant, avant de passer à l’étape 5. C’est très important.

 

Clique ici pour découvrir l’article « Comment avoir confiance en soi : 7 conseils très efficaces ».


 

5. Fais des listes

Prends un bout de papier, et commence à écrire toutes les activités que tu aimes faire en général. Cela peut être aller au cinéma, boire un cocktail, faire des recettes de cuisine, voyager. Ecris tout ce qui te passe par la tête.

Tu peux aussi essayer de trouver quel est le sens de la vie, ou comment devenir riche pour les années à venir. Rappelle-toi tous les objectifs que tu avais quelques temps plus tôt.

Fais une autre liste où tu vas écrire ce que tu aimes chez toi. Ce que tu aimes physiquement chez toi, mais aussi ce que tu aimes chez toi en tant que personne. Tu peux aimer tes cheveux, tes yeux, ou encore tes mains pour ne citer que ces exemples. Tu peux aimer ta capacité à écouter les autres ou à résoudre des problèmes par exemple.

Fais une autre liste où tu vas écrire les personnes que tu aimes. Ta famille, tes proches, tes auteurs, réalisateurs ou chanteurs préférés…

 

6. Prends rendez-vous avec un spécialiste

La sixième étape va être de prendre rendez-vous avec un spécialiste, un psychologue ou un psychothérapeute.

Tu peux aussi prendre rendez-vous avec ton médecin traitant si cela te semble plus facile dans un premier temps.

Prends dès maintenant un rendez-vous ! Prends ton téléphone et appelle le numéro pour prendre rendez-vous avec un spécialiste de ton choix.

 

7. Bouge !

La septième étape va être de commencer à bouger ton corps. La plupart des gens ne comprennent pas que l’esprit et le corps sont intimement liés. Et que si l’esprit va mal, le corps va probablement mal lui aussi. Et inversement.

A partir du moment où tu vas réveiller ton corps, que tu vas le bouger, que tu vas libérer les tensions qu’il a en lui, ton cerveau va aller beaucoup mieux. Tu vas te sentir beaucoup mieux.

A partir d’aujourd’hui, commence à marcher ne serait-ce que quelques minutes par jour. Propose à un proche pas loin de chez toi d’aller marcher un peu si tu veux.

Fais de la musculation ou du fitness avec un proche qui fait du sport régulièrement. Demande-lui si tu peux le rejoindre et t’entraîner avec lui. Faire dans un premier temps 5 pompes ou 10 flexions suffisent largement. Le plus important est de commencer à bouger ton corps, à libérer tes tensions et à retrouver des émotions positives rapidement. Le sport est une activité qui permet de libérer immédiatement de la sérotonine, ce qui va te mettre de meilleure humeur à la seconde où tu fais ta séance de sport !

Tu peux à côté de cela boire du chocolat chaud ou manger 2-3 carrés d’un bon chocolat par jour. Cela permet de te sentir plus heureux très rapidement, avec notamment la dopamine qui a un effet positif direct sur ton humeur !

 

8. Répète les étapes 6 et 7 régulièrement

Mon article s’arrête là, je n’ai rien d’autre à ajouter que de te conseiller d’appliquer les 8 étapes dès maintenant.

 

EDIT : je vais reprendre un commentaire d’un lecteur, Hector, qui apporte à sa façon une manière de se suicider et qui pourra t’intéresser. Le voici :

« On dit souvent que des gens ont regretté d’avoir tenté de se suicider mais on ne parle jamais de ceux qui regrettent de ne pas avoir tenté de se suicider… Parfois la douleur est telle que rien ne la fera totalement disparaître…
mais pas toujours!
effectivement, parfois, souvent, après ce qui semble etre une éternité de douleur, d’humiliation, ça va mieux (même si une fois encore tout le monde ne meurt pas heureux avec le sentiment d’avoir réussi sa vie)

Bref je ne vais pas tenter de dissuader qui que ce soit de tenter d’attenter à ses jours, je vais plutôt essayer de répondre au sujet d’au dessus comment se suicider de façon originale et incroyable?
la réponse est simple et vous la connaissez : en rendant votre mort positive pour la vie des autres or aucun suicide ne permet çela, car un suicide rendrait votre famille malheureuse… mais un changement de vie radical pourrait faire l’affaire : je connais certaines personnes qui se sont « suicidées » en rejoignant l’armée et en changeant radicalement de vie, d’autres ont rejoint des associations humanitaires… d’autres encore ont pris leur sac a dos et sont partis à l’aventure sans un sou en poche… tous ont pris des risques démesurés, certains sont morts d’autres ont trouvé un sens un peu étrange à leur vie (n’allez pas rejoindre une secte tout de même… quoique votre famille en souffrira moins).

Je sais ce qu’un dépressif répondrait à cela : c’est trop dur, je préfere me tuer tout de suite… et c’est vrai, changer de vie est stupidement difficile dans un pays tel que le notre,mais croyez moi : j’ai passé suffisamment de temps devant mon moyen d’en finir perso pour savoir que le geste fatidique est encore plus difficile. »

 

EDIT : beaucoup des lecteurs de ce blog recommandent mon ebook gratuit « Les 10 secrets qui me permettent d’être plus heureux que les autres. Vous êtes plus de 40 000 à l’avoir déjà téléchargé, et j’ai reçu plusieurs milliers d’emails de remerciement.

Vous pouvez le télécharger maintenant si vous voulez, en cliquant sur l’image ci-dessous et en inscrivant votre email.

 

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article :

  • comment se suicider
  • comment mourir
  • suicide sans douleur
  • se suicider
  • mourir sans souffrir

Autres articles qui peuvent t'intéresser:

Commentaires

  1. a écrit

    disons que le titre de l’article m’inquiétait un peu… C’est triste de penser que des gens pensent à mettre fin à leurs jours.

    Je pense sincèrement que la meilleur façon d’éviter ce geste est d’en parler et de se confier à quelqu’un.

    Espérant que ton article évite bien des maux..

    • Thibaut a écrit

      Oui le titre est là pour que les personnes qui tapent cette requête arrive sur cet article…
      On dit souvent sur le web qu’il faut écrire des articles qui aident et vont satisfaire la requête des internautes, mais dans certains cas c’est à éviter.
      J’espère que cet article va aider ces personnes qui traversent une phase très difficile à aller mieux rapidement… Comme tu dis, une des meilleures façons d’éviter ce geste est d’en parler à quelqu’un.

      • Nicolas a écrit

        Bonsoir, je suis tombé sur ton article en cherchant une méthode sans trop de douleur… Bon, pendant quelques secondes j’ai voulu le fermer, ce n’était pas ce que je voulais lire, pas envie qu’on me fasse la morale. Juste besoin que ça s’arrête.

        Mais dans le fond, c’est sans doute ce que j’avais besoin de lire. Ça va vraiment pas bien, à tous les niveaux, je risque de me retrouver à la rue aussi, enfin je vais pas raconter ma vie là, mais je sais pas comment gérer mes soucis. Faut que je me reprenne en main, mais j’y arrive pas, j’ai cette peur, cette angoisse qui me bloque, qui m’empêche d’avancer dans la vie, d’entreprendre quoi que ce soit et je me retrouve dans la merde, tout seul, par ma faute. Et je me sens encore plus nul après.

        J’aimerais me tuer, mais dans le fond, c’est pareil ça, j’oserais jamais, j’ai bien trop peur ! Peur de me louper déjà, peur de souffrir, mais surtout peur de l’acte en lui même. J’ai juste envie que ça s’arrête, de ne plus rien ressentir, plus rien avoir à gérer, plus de responsabilité, je m’en sors pas.

        • Thibaut a écrit

          Salut Nicolas,

          Je te remercie d’avoir laissé un commentaire suite à la lecture de mon article !
          Comme tu dis, c’est sans doute ce que tu avais besoin de lire.

          Si tu veux me raconter ta vie plus en détail, je t’écouterai et on prendra le temps d’en discuter. Tu peux m’envoyer un email à cette adresse : profiterdumonde@gmail.com.

          Merci encore pour ton commentaire.

          Thibaut

          • anonyme a écrit

            Personnellement j’en ai parlé à quelqu’un qui m’a plus enfoncée qu’autre chose en me répondant qu’elle ne pouvait rien faire et j’ai donc compris qu’en faite elle s’en fichait …

          • Sarah a écrit

            Merciii pour de vrai ça ma beaucoup aider ce que ta di et surtout ça ma donner envi de laisser tomber l idée de suicider…heureusement que chui tomber sur ton article au debut je l ignorais et jvoulais le fermer mais aprés …bref merci bcp bcp

          • lucas a écrit

            Bonjour ou bonsoir je vien de lire cette article et je ne ses toujours pas quoi faire je sais que les gens sont pas forcément chaud pour lire un coment aire sur la vie de quelqun mai j’ai besoin con m’aide voilà tout à comencer quant j été petit je vivait avec mes parents tout se passé bien oui un jours mes parent se sont séparé j’ai u du mal à digéré sa pui mon frére et ma soeur qui va vai ché ma mére avec moi . Je coléreux lépreux me sui retrouver seul oui je sui alé colége ou je me festival ta basé et humilier tout les jour ma mére festival se qu’elle pouvait pour moi mes sa ne sufiser pas et apré j’ai entamer des étude de cuisine j’ai raté mon exame et je sui partie en cap ses la ou j’ai rencontré la femme de ma vie sa fai 1 ans que je sui avec je ne me sui jamais senti aussi bien et la elle n’est plus sur de ses sentiment le truc ses que j’ai besoin d’elle pour agencer et le fai que si elle me quite je me retrouverai seul et je noria plus d’autre choix que de me tuer car je ne ses pas vivre seul si quelqun ve bien m’aider se serai gentil

          • a écrit

            Bonjour j’ai 17 ans à peine ..me sent vielle… je me sent terriblement seul et personne ne m’aime j’ai aucune possibilité de sortir en paix(toujours chez moi impossible de sortir )Je n’ai pas le talent de créer du lien social.Ma famille me fais terriblement souffrire ,tout le monde.Je pleure souvent …en cours même et personne me voient ,je suis ignoré de tout le monde ,je suis rien.J’ai lu…même si tu es sympathique avec ton espoirs de dissuader le monde de passer à l’acte … Je me sent encore plus triste…je…personne peux m’aider .Je n’ai pas le moyen je suis un oiseaux en cage jeune …des vrais amis j’en ai jamais eu j’ai toujours était seule…me suis toujours amuser seule…et je n’arrive plus à être un minimum heureuse .. Bref je suis trop timide pour passer des appelles…j’ai mangé une tonne de médoc …3 jours…pourquoi 3 jours…et petit bref
            Si je pare …je vous souhaite une belle vie heureuse et amusante …

            Sana.

          • jo a écrit

            Salut j ai lu jusqu’à la fin j suis dans la même situation que Nicolas j me sens perdu ma vie à aucun sens la douleur de vivre est vraiment profonde c est vrai que la mort fait peur mais la douleur Tout les jours c est trop j sais pu trop quoi penser quoi faire ou aller

          • anonyme a écrit

            Je trouve cet article intéressant dans le sens ou il m a permis de me poser les questions essentielles avant de prendre cette décision. Je souhaite quand même que cela en aidera certains. Pour ma part je n ai pas de proches ni de reves. Cet état n est pas passager chez moi puisqu il continu de grandir depuis 8ans.
            Cependant maintenant je sais que je suis prêt a prendre le risque d échouer.
            Merci a toi et bonne continuation !

        • pirot alain a écrit

          j’ai lu ton article, mais tes réponses avant l’acte ne me satisfont pas.J’ai crée une petite entreprise , un camp de tipis indiens pour y accueillir des enfants et des familles à la journée,cela fait 6 mois maintenant et ça commence à démarrer doucement,trop doucement,et il faut que je rembourse l’emprunt que j’ai fait plus mes charges personnelles,et je n’y arrive pas.Mon frère ,qui s’est porté caution pour mon prèt vient d’apprendre qu’il avait un cancer.Il est harcelé par mon préteur et n’ai pas en état financièrement et physiquement d’assumer ma dette.Le seul moyen pour qu’il soit libéré de sa caution envers moi, c’est mon décès.Je ne vois donc pas d’autres solutions pour m’en sortir, j’ai 58 ans et j’ en ai marre de vivre avec tous ces problèmes alors que je pensais pouvoir vivre de ma passion,la culture amérindienne.Avant de passer à l’acte, j’attendrai ta réponse.

          • Laurent a écrit

            Bonjour,contacte moi vite a l adresse suivante stp, blitzwing@romandie.com
            j éspère que tu es encore la ^ ^
            je t envois mes Meilleures pensées les plus positives.
            je suis sur cette page car je ne vais pas fort non plus,j ai 40 ans,
            mais en lisant ton mess il s est passé qqch,
            j adore la culture native américaine aussi.
            j attend de tes nouvelles avec impatiente.
            Laurent

          • Luce a écrit

            salut Alain,
            C’est vrai qu’il y a pleins de gens qui sont passionnés par la culture amérindienne, de très belles valeurs de vie. Je pensais à une solution : les souscriptions, il y a des sites comme mymajor company ou kiss kiss bank bank où tu peux proposer ton projet de financement de toutes les dettes investies -en fait tu proposes une somme à atteindre qui permettra l’aboutissement de ton projet – avec des contreparties comme par exemple venir à une journée de stage ou de conférence en plein air, ou pleins d’autres idées que tu dois super bien connaître. Comme ça tu fais une pierre deux coups, des fonds financiers rentrent et tu rencontres ou tu retrouves des amis pour tes activités, amis qui eux mêmes en parleront autour d’eux, si ça les branche bien. De mon côté j’ai soutenu ainsi 2 artistes qui ont créé un album de chansons, leur passion.
            En tout cas, n’abandonne pas ton idée de transmettre la culture amérindienne car c’est une des plus belles cultures au monde.
            Si Thibaut est d’accord laisse nous un lien de site que tu auras choisi si cette solution est intéressante pour toi, comme ça on pourra t’encourager et participer à ton projet. Tous mes vœux de réussite !!!

          • samlux a écrit

            Salut pirot , je te demandes avec respect de t accrocher , et aimé les Indiens d Ammerique est une fiérté , un peuple immense que j adore le plus au monde , j aimerais tant en rencontrer allez au canade et usa .je suis fasciné ils ont fait que du bien , en protégeant les noires pendant l eclavage et apres sur les droits civique et offert une cagnotte au debut du 19 eme siecle au irlandais contre la famine dans ce pays .!genereux non?ILS SE SONT MARI2 AVEC DES NOIRES ET IRLANDAIS? IL Y A BEAUCOUP DE CANADIENS OU USA BIEN QU ILS BLANCS ON DU SANG INDIENS ? certains le cache et d autres le revendique.j aurais tant aimé une amerindienne .et si tu recherche un gars pour t aider gratuitement n hesistepas a laisser un message.Bien à toi .Sam.

          • a écrit

            Coucou,

            Il y a aussi le site http://fr.ulule.com/guidons-guedins/ un site sur lequel vous pourrez inscrire votre projet, vous devriez aller voir.

            Sinon pas plus tard qu’hier, ma petite soeur a aussi tenté de se suicider. Je ne savais pas quoi faire, j’étais en plein travail quand je l’ai appelé et quand elle m’a dit qu’elle ne pouvait plus du tout bouger. J’étais hors de moi, terrifiée, j’avais tellement peur. Elle n’a que 22 ans et elle disait être toute seule chez elle.

            Je suis partie en taxi en faisant des kilomètres jusqu’à chez elle, je note que ça fait deux heures de trajet depuis l’endroit où je travaille. Sur la route, je n’arrêtais pas de trembler tellement j’avais peur, j’avais tellement peur d’arriver en retard et de ne pouvoir rien faire, j’avais peur car je ne saurai quoi faire quand j’arriverai et que je serai face à elle, j’avais peur car je ne savais pas du tout qui appeler pour m’aider.

            Ma maman a mal au coeur donc je ne pouvais pas lui annoncer ça d’un coup. J’avais peur qu’elle ait un malaise et que j’aurai deux problèmes à gérer. Du coup, j’ai appelé une amie pour m’aider.

            J’ai pleuré tout au long du trajet, je ne pouvais réfléchir à aucune solution. Je tremblais d’effroi. Le chauffeur de taxi m’a même dit que si je pleurais encore, il me laisserait tomber en cours de route.

            Je vous dis que je n’ai jamais eu aussi peur de toute ma vie, la peur de perdre une personne qui m’est chère et qui est proche de moi. J’ai appelé mon petit ami mais il avait l’air de ne s’en foutre totalement. J’étais très en colère après lui vu que c’était une question de vie ou de mort. Quand j’étais arrivée, le portail était barricadé. J’ai crié et tapé de toutes mes forces jusqu’à ce qu’une personne ouvre le portail.

            Il y avait bien quelqu’un à l’intérieur mais lui non plus ne savait pas ce qu’il se passait. Il me dévisageait tout simplement. J’ai couru à l’étage et j’ai vu ma petite soeur sur le sol avec plein de sang et des médicaments répandus dans toute la pièce. J’étais à bout de souffle et j’ai pleuré, j’ai crié, je ne savais pas quoi faire. Quand je l’ai touché, elle respirait encore et elle m’a murmuré : « ne pleure pas ». J’avais eu tellement peur, j’étais redescendue pour prendre des bandages pour ses mains, elle a voulu s’ouvrir les veines mais ce n’était pas assez profond. C’était surtout les médicaments qui lui ont affaibli. Elle était incapable de bouger.

            Quand j’ai rappelé mon petit ami, j’ai entendu comme une chanson au bout du fil. JE me suis alors dite qu’il serait dans un karaoke et j’étais totalement furieuse. Mais au moment où je suis remontée avec les bandages, il était là. J’étais alors un peu soulagée car j’avais compris que je n’étais pas toute seule alors que d’habitude quand je suis dans ce genre de situation, il n’intervient jamais et se foutait complètement de moi.

            Il m’a donc donné des instructions comme quoi acheter des oeufs, et prendre un seau d’eau que ma soeur devait tout boire et manger.

            Heureusement qu’elle allait bien finalement, elle a pu s’en sortir.

            Je voulais seulement vous dire, que bien que vous pensez que vos problèmes ne peuvent pas se résoudre, que vous êtes dans la merde et que personne ne vous comprend, quand vous pensez que le suicide est la dernière solution à vos soucis, sachez que quelque part, il y a toujours quelques personnes qui vous aiment et qui ne vous souhaitent pas du tout du mal. Pensez que vos parents, votre famille, vos proches sont là pour vous aider à surmonter votre mal. Pensez à tous ces gens qui vous aiment et vous veulent du bien.

            Sachez que tous les problèmes à chacun ses solutions. Seulement, peut être qu’il vous faut en parler à quelqu’un pour trouver la bonne.

            Je n’ai jamais eu aussi peur de toute ma vie, j’ai pensé à tous ces moments qu’on a passé ensemble toutes les deux, qu’on a joué ensemble et que d’un coup elle ne serait plus là, je ne pouvais pas supporter.

            Je ne sais pas si mon histoire pourra vous faire changer d’avis mais je vous le dis, le suicide n’est jamais une solution à votre problème. Vous ne faites qu’à l’empirer davantage même et à apporter encore plus de problèmes à votre entourage ainsi qu’une honte à votre famille.

            Je comprends très bien que vous ne pouvez plus rien gérer, que tous ce que vous faites tombent à l’eau, que vous avez déjà tout essayé, que vous n’en pouvez plus mais ayez l’esprit un peu positif. Au lieu de vous suicider, vous pourrez peut être appeler des amis, sortir boire un coup ou autres.

        • Michaël a écrit

          J’y pense constament sur plusieurs frequences. Un moment je suis heureux et j’aime la vie, je la respire, je percois ses saveurs et ses couleurs, soudainement, sans raison apparente, je deviens négatif triste et seul au monde, je me déteste j’ai honte de moi même, je me remet en question ainsi que mon existence et je souffre énormément au point ou je voudrais disparaitre, cesser cette souffrance, pourtant plusieurs craintes m’empêchent de commetre cet acte et à chaque fois, l’envie se dissipe d’elle même par le temps puis revient mais de plus en plus forte. Le suicide arrête le temps, le temps, me tue à petit feu et souvent, le temps arrange les choses par lui même et du même coup ce temps me semble éternel. Je crois que le temps est un prêt pour chacun, à chacun de l’utiliser comme bon lui semble, certain l’utilise bien, d’autre non, certain l’utilise pour d’autre et certain ne l’apprecie pas. Tôt ou tard, chacun et chacune fini par en manquer. Le destin est la raison et le temps a toujours raison.

          • Alicia a écrit

            je pense comme toi parfois je vais bien et puis biiiiiiiiiiiiim j’ai envie de mourir !!! mais la plupart du temps je suis négative

          • MENDES a écrit

            j aime ce que tu as ecris , cela correspond tout a fait a ce que je ressent et que je n arrive pas a expliquer… .meme ,si il vrai, qu il faut en parler de cette( envie ! )de tout t arreter , les personnes toutes attentionnees qu elles sont ne comprennent pas !!!

        • jad a écrit

          Je ressens la meme chose que toi, meme plus que ça, j’aimerais disparaitre sans douleur et sans causé la soufrance de ma famille. Je pense je cherche une solution miraculeuse, je veux juste en finir de cette sentiment d’echec qui me suit depuis ma naissance, le temps s’est arreté pour moi, rien n’avance dans ma vie, pourtant que je vois tous les gens que je connais ils s’avance dans toute les domaine, se marient, ont des enfants, une vie social, du travail, d’argent, etc et moi toujours la meme chose qui se repete chaque jours, je me trouve emprisoner dans une cercle j’arrive pas à en sortir. Je ne sais pas quoi dire encore, c’est je souhaite que ta vie s’améliore pour le mieux et que cette douleur et torture s’en va sans retour.

        • jack a écrit

          Je viens de lire exactement ce que je ressens, plus envie de rien plus de responsabilités ne plus penser à rien. …

          • victor a écrit

            Je suis d’accord avec vous Jack, j’ai essayé pourtant de rencontrer des amis, je me suis inscrite sur un site de rencontres et cela a été encore pire. Une maladie de peau incurable, je ne vous explique pas les ricanements de certaines personnes (adultes en plus), j’ai été licenciée économique, juste après une opération de l’intestin, je vis seule, je ne vois que mon médecin tous les 28 jours pour ma morphine qui recopie l’ordonnance et me dit, il faut vous forcer à sortir…. c’est tout. Tous les 4 maintenant tous les 6 mois un scanner pour voir l’évolution de l’opération de mon intestin et c’est tout. Alors que c’est ma neurofibromatose (maladie de peau) qui m’aura toujours gâchée la vie. Il est trop tard maintenant (j’ai un peu plus de 50 ans), il a toujours été trop tard, quand à Pole Emploi, vous demandez une formation, (j’ai toujours travailler dans la presse), on vous fait comprendre que vous êtes trop vieille, que le peu d’amis que vous aviez sont décédés, que reste t-il ???? Rien. Les autres ??? Lesquels ??? depuis mars 2012, à part me visites chez le médecin, je n’ai vu personne, je me force à sortir pour acheter mes cigarettes. Et n’est ce pas Maupassant qui disait ; Le suicide est le sublime courage des vaincus « . Alors, finalement, il ne reste quoi, allez en Belgique. Belles paroles quand tout va bien, mais quand tu essaies de faire face depuis l’enfance, elles sont où les belles paroles…

        • jeanne a écrit

          Salut, je suis dans le même cas que toi, du moins du fait que tu es allé sur ce site pour voir une méthodes… mais c’est vrai que en lisant ton commentaire et puis tout ce que ce monsieur à aussi écrit tout devient autrement dans ma tête, les choses plus logique et autre… je pense aussi que mon problème n’est point aussi grave que toi ou d’autre personne qui pourrais visiter ce site… .je souhaites que tu ne feras pas les bêtises comme ma meilleure amie a fait…
          Bon couragee

          • Aurore a écrit

            Comme je vous comprends à 100%.
            J’y pense de plus en plus mais j’ai peur de souffrir de faire souffrir ma famille. J’ai envie d’un finir pour arrêter tous mes soucis mes angoisses ma douleur. C’est horrible de souffrir à ce point. De savoir ce qui faut faire mais de n’en avoir aucun courage aucune volonté aucune force. De faire de grand sourires devant les autres de dire que tout va bien mais d’être en grande souffrance et craquer seul (e) dans un coin sans savoir comment sans sortir. Bon courage à vous.

        • Anonyme a écrit

          Je me demande encore pourquoi j’écoute un inconnu. Je comprends que tu veuilles que l’on parle avec quelqu’un, mais je n’arrive pas à parler de mes problèmes. À personne.

          • Poisson a écrit

            Oui, c’est très jolie, mais le + dur est d’y arriver… Comment ? il existe tant de façon… Le + dur est de trouver la bonne ? Oui, que des questions sans réponse ! Mais on a tous nos problèmeS, que l’on trouve… Ah, si j’étais à ta place… Que dire ? Passer à l’acte… Bonne chance !

          • La vie ne vaut rien a écrit

            Bonsoir à tous,
            Je cherchais une méthode efficace et sans laisser de trace et je ne trouve nul part ;(
            j’ai lu certains commentaires et me suis retrouvée dans certains d’entre vous. J’ai envie d’en finir , toutes les portes sont fermés et personne ne les ouvrira avec les mots
            Les problèmes restent entier après les mots ou les paroles.
            On se sent si seul si désarmé devant une telle violence que la vie nous témoignent. Je me corrige que les autres nous témoignent…L’^tre humain est égoïste. Les collègues sont les pires car ce qui les intéresse c’est de prendre la place et n’hésitent pas à t’enfoncer mais quand l’un des membres de ta proche famille appuie sur la tête pour t’achever que te reste -t-il?
            Je suis triste ce soir et seule. Je suis profondément triste quand je pense à l’avenir de mes enfants quand je serai plus là. Se sont eux qui me rattachent à la vie mais ma souffrance devient plus importante que mon amour pour mes enfants et par égoisme . …Je dois en finir

        • dupont a écrit

          Ton commentaire est tres vrai et tres beau je suis dans le meme cas de toi , plus envie de rien comme si j’étais déjà morte à l’intérieur..mais te lire m’a fait du bien

      • a écrit

        Bonjour
        c’est joli tout ça. Bouge.parles vois des amis. Penses à ceux qui t’aiment. Attends 3 jours. Tu parles c’est le néant. Il faut le vivre pour comprendre que ce n’est pas si simple. On veut partir pour soi certes mais aussi pour les autres.
        Le fond quand on le touche c’est pas pour le plaisir et quand on veut remonter on se débrouille TOUT seul ! Personne en Tout cas dans mon entourage ne s’y intéresse.
        mais merci c’est un joli article

      • Angz a écrit

        Que faire si on souffre de phobie sportive (moqueries durant enfance voire continues jusqu’à l’âge adulte) et que rien que le fait de marcher dans la rue te stresse ?

        Que faire si on est anxieux et qu’on arrive pas à prononcer ne serait-ce qu’une phrase devant un public ?

        Que faire si on a jamais eu de copine et que la société te considère comme de la merde à cause de ça ?

        Que faire si on a perdu la loterie génétique car on est pas un gars d’1m85 85kg belle gueule sans calvitie et sans problème mental ? (ouais si t’es pas comme ça les filles te regardent même pas)

        Quel est l’intérêt de vivre si on sait qu’on aura jamais une belle fille dans sa vie ?

        Ton article est bon pour la poubelle non ?

        • Thibaut a écrit

          Non, il te suffit de te renseigner sur comment vaincre ta phobie, et de te renseigner sur la séduction et les relations hommes-femmes. Tu devras ensuite faire des efforts, sortir de ta zone de confort, et tu verras que tu pourras résoudre tous les problèmes que tu viens de citer !

          • lily a écrit

            c’est drole… tu dit que personne te pourra t’aimer parcque tu est different que tu ne correspond pas au critere de seduction .. mais dans ta derniere phrase tu dit « Quel est l’intérêt de vivre si on sait qu’on aura jamais une belle fille dans sa vie ? »

            la beauté est subjective …. tu pourras trouver une fille magnifique que certain trouverons moche et inversement une fille pourras te trouver charment , beau alors que d’autre non…. je suis une fille est quand je suis avec des copines et qu’on parle de garcon on est toute d’accord pour dire que la beauter ne fais pas tout!!!! le carme et le charisme y compte pour beaucoup voir plus!!! il y a des stars home dite « magnifiquement beau  » que je trouve banal et d’autre homme au phisyque dit « banam » que je trouve extremement charment et attirant!!!!!!!!!!!!!!! ne base pas tout sur la beauter sa ne veut tellement rien dire ……

          • caradevaca a écrit

            J’aimerais savoir ce que vous pensez de cette citation :

            « Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie. » (Albert Camus)
            Qu’est-ce que c’est « la question fondamentale de la philosophie » ?
            Courage à tous !!!

      • Cecile a écrit

        Bonjour
        Merci pour ton article il me fait du bien. Pourtant je ne trouve pas de solution… Je porte le poid de mon erreur et je sais que la vérité se saura… Je n’arrive pas a me résoudre à assumer… Je sais les conséquences… Bref je ne vais pas m’étendre… J’ai mis en pratique depuis un moment toutes tes étapes… Je vais recommencer et avec de l’espoir j’y arriverais. Merci encore

        • Marie a écrit

          Tiens bon Cécile. Tu vas t’en sortir. Quoi que tu aies fait, la mort n’est pas une solution.
          Mon mari s’est suicidé il y a trois ans. il était paranoïaque et avait peur de nous faire du mal, aux enfants et à moi. On aurait pu trouver une autre solution mais il a choisi le suicide. Jamais plus nous ne profiterons du soleil ensemble,il ne rira plus avec moi. Il ne sera pas près de moi quand nos petits-enfants naîtront
          Prends soin de toi. La vie est une belle saloperie mais rien ne peut la remplacer.
          Marie

      • soso a écrit

        Bonsoir… je me presente brievement.. je suis une jeune lyceenne de 17ans et il y a a peine 2h une violente dispute a eclatee entre mon pere et ma soeur ainee de 20 ans, dispute qui a entraine l’usage se couteau de cuisine comme menace mais egalement de coups portes a chacun.. ces disputes durent depuis bien des annees depuis au moins les 14 ans de ma soeur… j’ai toujours essaye d’arranger les choses en leurs ecrivant des lettres que je deposais sur leur lit.. ou du moins c’est ce que je faisais… mais la j’ai utilise les mots et me suis intercalee entre eux. Mais c’est alors que ma soeur m’a menace avec le couteau si je ne partais pas.. si vous aviez toute cette haine et cette violence dans son regard… nous etions de base tres proches c’etait ma meilleure amie celle a qui je disais tout avec qui je rigolais partageais tout.. mais la je vois bien que tout est fini.. mon pere est parti ma soeur est partie je ne sais plus quoi faire… ce qu »il restait de ma famille vient de s’envoler… ca fait plusieurs annees que j’ai songe au suicide .. a plusieurs reprises j’ai bien failli passer a l’acte mais le fait de penser que je vais laisser derriere moi des gens probablement triste freinait mon envie… mais aujourd’hui en y pensant je me dit que je ne manquerais pas a grand monde que au contraire ce serait une benediction que je parte..excusez moi encore de vous embeter avec mes histoires mais il fallait que j’en parle ou du moins que je l’ecrive.. merci a vous, votre article est super mais ma souffrance est trop forte..

      • Nathalie a écrit

        Bonjour Thibault, votre article est vraiment formidable mais si je vais voir mon médecin, j’aurai des antidépresseurs et je ferai ma 5ème tentative sans la ratée cette fois ci. La 4ème a failli m’être fatale, et depuis je ne fais que faire souffrir les personnes autour de moi. Elles seront tellement plus sereine lorsque je ne serai plus de ce monde….
        Continuez à partager ce message pour des personnes qui le méritent!!! Tendrement Nathalie

      • Nathalie a écrit

        Malgré toutes tes belles paroles mes lettres sont prêtes pour mes proches juste pour m’excuser. Je ne pense pas passer ce prochain Noël. Merci à toi pour tout et continue

    • jyjsn a écrit

      Merci, tu m’a fais comprendre qu’il y a des gens dans le monde qui n’ont pas la chance d’avoir une vie comme on en a une… Je n’enlève pas l’idee que j’ai dans ma tête même si je n’ai que 14 ans mais merci..

    • Joanie a écrit

      L’article m’a aidé un peu. Je pense au suicide depuis environ 6 mois. C’est très difficile.. Je ne me sens pas très à l’aise d’en parler mais ici, c’est différent.

      Je suis une personne considérée très souriante et positive, mais en réalité, ce n’est qu’un masque. Mes amis et ma famille croient que je vais merveilleusement bien. Je ne suis pas capable de parler.

      Pour commencer mon histoire, j’ai 23 ans et j’ai déménagé dans un autre pays il y a 6 mois. J’ai déménagé pour habiter avec l’homme que j’aime. Quand on passait les vacances ensemble, tout allait bien. Pendant 1 an et demi environ, on se voyait que pendant les vacances mais c’était mon copain. Puis, je l’ai trompé et quitté. Mais au bout de 1 semaine, il me manquait… Donc je l’ai appelé et on est retourné ensemble. Puis, je suis déménagée avec lui.
      Mon copain sait ce qu’il s’est passé.. Je ne peux me pardonner … Et il ne m’a pas pardonné encore. C’est très difficile pour moi car j’ai tout laissé tomber pour venir ici. J’avais un excellent travail, très bonne rémunération, ma famille, mes amis, l’université….
      Mon copain et moi, on se chicane presque toujours maintenant. Mais ici, je suis seule. Pas d’amis, pas de travail…. Bref, ma vie tourne autour de mon copain et c’est tout…. Je ne parle même pas la langue ici,… Comment parler à quelqu’un…
      A plusieurs reprises, lors de nos disputes, je me suis confié à mon copain comment je me sentais à propos de notre relation, et à propos de mes pensées suicidaires. Il n’est pas vraiment compréhensif et j’ai l’impression qu’il se fout de moi.
      J’essaie tous les jours, depuis 6 mois de remonter cette épreuve, mais je suis plus que épuisé.
      La seule raison dont je n’ai pas commis l’acte, est la peur de ne pas réussir mon suicide et que mes amis ainsi que famille apprennent que j’ai tenté de me suicider. Je voudrais disparaître et arrêter de souffrir……

      • allen drouet a écrit

        bjour les courageux et geuses,salut jad

        je suis allen j ai 45 ans ,mon mal ressemble a beaucoup de vous tous ,je suis dans la phase ou je me referme,de plus en plus et la phase d ‘apres sera de couper ou changer ma ligne telephonique!!j ai suis de nature sensible,et protecteur pour les autres mais j en ai marre ,je n en peux plus de me supporter!! je suis gay rigolo et puis apres quand je n arrive pas a mes projets simple et d ‘utilité pour tous !! je deviens deppressif ,me decourage ,je me culpapbilise,et me laisse diriger par les autres!!! dans tous les delires betes stupides pour montrer que je suis bein !! mais je suis mal!!je chercher un moyen de stopper ma vie ,sans souffrance et sans qiue ma famille souffre du detail de la ceremonie funeraire !! svp aider moi!!! a y arriver et je vous raconterai mon histoire qui est tres longues!!! merci

    • jad a écrit

      Je suis une des personnes qui veux se suicider et je remerci grandement la personne qui a créer ce site, il m’a sauvé la vie,

    • Anonyme a écrit

      Bonjour, j’ai moi aussi traversé des périodes difficiles et eu des pensées suicidaires sans trouver comment passer à l’acte donc j’ai cherché sur Internet et j’ai vu ton article. Mais une chose ne va pas : quand on a des pensées comme ça, on ne veut pas en parler à notre famille de peur qu’elle le prenne mal et si on veut aller chez un spécialiste, c’est sur rendez-vous et il faut payer…

    • gohard a écrit

      parler toujours parler quand c’est trop tard et que la vie ne m’a pas aidée toujours se battre pour aller vers un échec merci de vos aides mais une mort en moins sur la planète sera bénéfique pour tous

    • podvin a écrit

      peut etre mais se qui veulent se suicider ont de grave probleme par ex j ai une amis a moi qui se fais frapper pas ses parent et je sais pas quoi faire alors elle a essayer de se suicider mes je l ai empecher

    • fragnon a écrit

      Ce qui est dure à comprendre pour qui la vie est précieuse est que certaines personnes pensent que la vie est inutile, n’a pas de sens en soi au niveau de l’univers . Elle se résume à tuer selon la chaine alimentaire pour survivre et faire naitre les futures générations qui suivront les mêmes lois de la nature Aucun sens divin ne vient justifier ce processus dû au hasard de la chimie. C’est un cycle infernal sans fin L’être suprême créé de toute pièce par l’homme lui permet de prétendre être supérieur et tout puissant sur les autres vivants dits inférieurs. mais remarquons que ce monstre divin a tué encore plus d’être vivants que la nature seule le nécessiterait, nous ne sommes rien d’autre que des molécules qui bougent et dont la survie ne dépend que de la mort d’autres êtres vivants. La vie n’est pas précieuse elle est inutile et faite de souffrances jusqu’à la mort. Triste vie et heureux celui qui n’existe plus….

      • Jourdain a écrit

        C’est vrai et ce n’est pas complet. Le monde dit que l’etre humain est un voleur et un tueur. C’est vrai. Il y a des petits et des grands voleurs, comme des tueurs. Pour se nourrir l’homme tue des plantes au mieux des animaux au pire. C’est vrai l’homme craint la souffrance sans benéfices, pas la mort. Et puis on oublie qu’il saute d’un égoisme personnel à familial comme beaucoup d’animaux ou plantes. Cà se vérifie souvent. Or l’univers, qui est bien plus fort que tous les hommes réunis, a voulu que vous portiez la vie, que vous participiez au plus grand des spectacles et que vous en ayez conscience de cela, pour avoir d’ignorer ses faits ou de faire mieux.
        Oui les morts sont infiniment plus heureux que le plus heureux d’entre nous, en général mais n’oubliez jamais que nous sommes de passage,que nos souffrances même très difficiles sont allégés par moment, que vous pouvez rire de vous même et des autres comme Leonidas dans 300, et que surtout que vous pouvez sourire aux petites beautés insignifiantes, qui vous portent.
        Vous n’avez pas besoin de vous sentir utile, vous êtes déjà utile au plus grand, des plus grands, l’univers et son mystere.
        Quand vous caressez un animal inconnu, dans vous prenez une fourmi du bout des doigts, quand vous regardez vos mains qui s’ouvrent. Quoi qu’on puisse vous dire, votre environnement dès votre naissance vous a voulu parce qu’il a besoin de vous. Si vous prenez soin des petits choses insignifiantes dans celui ci, vous sentirez quelquechose qui vous fera pleurer: çà peut être un caillou, une branche, une graine qui germe. Des choses dont tout le monde s’indiffère, comme vous, comme moi mais qui nourrira vous. Faites l’expérience, sortez de chez vous et aller chercher la chose la plus insignifiante qui soit et ramener là car vous deux, vous avez été lié pendant quelques instants, vous vous êtes reconnus.

    • pereira a écrit

      Moi je vous dit très sincèrement quand on va pas bien de tout sa ne sert a rien de parlé de voir des psychologues même les antidépresseurs n’arrivent pas à te sortir de là sa aide un peu juste a y resté encore quelque jours parmi le monde mais un jour où l’autre tu vas passé à l’acte tu le sens tout les jours plusieurs fois dan la journée croyiez moi je sais de quoi je parle les personnes qui nous aime c’est sûr vont souffrir mais sa va sapese un jour au lieu d’être là en train de voir notre souffrance et souffrir avec il ne vive plu à cause de toi alor la mort ils arriverent à la surmonté et seront heureux même si on lui manqueras un peu au moins ils pourront vivre être livre c’est comme ce là que je pense car je passe par ceci

    • Inconnue a écrit

      Vous savez c’est très compliquer d’en parler on a peur de se sentir rejeter ou que la personne a qui on en parle nous prenne pour folle ou fou.
      Moi par exemple se soir j’étais vraiment pas bien et j’ai vraiment voulue en finir j’ai des problèmes de santé, des problèmes familiaux, je me fais insulter au collège, mon père bat ma mère mes frères et moi cest n’est vraiment pas facile.. Et je tiens vraiment. A remercier le ou la créatrice de cette page ça m’a vraiment aidé sans vous je ne saurais déjà plus la, vous m’avez sauver la vie merci infiniment

    • wil a écrit

      vous voyer j’ai beaucoup de problème mais personne comprends si je pleure car j’ai mal mes parent me dise toujours ne pleure pas s’est pour les bébé alors vous voyer même si vous essayer d’empêcher quelqu’un de le faire et bien vous le faite souffre plus longtemps .

    • Annonymous a écrit

      Oui. car cet article m’a garder en vie. Je me sens beaucoup moeux, moi qui voulais mettre fin a mes jours.

  2. David a écrit

    Bonjour,
    J’ai pensé parfois à me suicider et ai même fait une tentative qui m’a expédié un temps à l’hôpital.
    Sentiment que tout va mal et que rien ne s’arrangera jamais ; seule l’envie de faire cesser la souffrance comptait.
    C’était une erreur car ma vie a beaucoup changée et j’ai rencontré l’amour, ai changé de travail, voyage beaucoup. Tout s’est transformé avec le temps.
    Le suicide c’est comme regarder sa vie à travers le trou d’une aiguille, alors qu’en réalité, ce qu’il y a à voir est bien plus vaste ! Le noir du moment ne va pas durer, il faut juste passer le cap, même si c’est long, il y a autre chose ensuite. Mais quand on est à bout on y croit pas ou plus. Pourtant, oui !
    Mon frère s’est suicidé. Quelle atroce douleur pour ceux qui restent. Plus de conversation possible, plus de changements d’opinion possibles, le vide pour nous sa famille, ses amis…; et ses enfants !
    Il s’est laissé piégé. Je ne lui en veux pas, mais je suis triste qu’il ne soit plus là de manière irréversible et de me dire que je ne le reverrais jamais.
    Il a juste cru que sa vie c’était sa femme (ou belle ordure au passage) ; c’était une erreur…
    Tout peut changer, tout change toujours, c’est l’univers qui veut ça. Ne vous laissez pas piéger par une vision d’une situation qui vous semble définitive, ça changera, c’est certain !
    Ca a changé pour moi.
    Courage à vous qui êtes si tristes à penser à cette non solution.
    Allez ! Vous rencontrerez du meilleur !

    • Thibaut a écrit

      Un grand merci pour ton commentaire et ton témoignage très encourageant qui montre qu’il y a toujours de l’espoir et que les choses évoluent ! Une période très difficile peut être vécue, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y aura pas de période très heureuse plus tard !
      On le voit bien avec ton vécu, David, ta vie a changé, elle s’est transformée comme tu dis.
      J’espère que ton message donnera espoir aux personnes qui sont actuellement dans une phase très difficile de leur vie !

    • Lola a écrit

      Bonjour,

      Certes ça a changé pour toi tout comme ça changera pour beaucoup de monde. Mais c’est que ta situation a changé, ou que ton mal être était dû uniquement à toi même.

      Pour moi, c’est différent. C’est d’abord ma mère qui va mal, qui va très mal. De dépressive, elle est passée à une maladie mentale/psychologique que je n’arrive même pas à décrire et elle ne veut pas se soigner. Elle est très agressive, surtout envers mon père. Elle nie sa maladie. Cela fait des années que ça dure et mon père n’a pas entrepris grand chose pour la soigner ! Depuis qu’elle est malade, tout a dégringolé dans ma famille. C’était ma mère qui gérait tout: le budget, l’appartement. Maintenant, c’est une catastrophe.

      Et ça ne s’arrête jamais. Ce n’est pas une douleur ponctuelle comme à la mort d’un proche par exemple, non: cette souffrance est continue, et quand je l’oublie, elle revient me frapper de plein fouet. Ma mère ne guérit pas.

      Y a bien des choses positives dans ma vie: mes études de médecine, ma vie de couple (un chéri super)… mais tout ça est gâché par cette situation familiale insupportable. En plus, dans nos « traditions », nos familles doivent se rencontrer avant d’entreprendre un mariage… et je me vois très mal présenter cette famille a mon copain et sa famille. J’en ai honte, j’en souffre. Je ne lui ai jamais parlé de ma situation familiale… Je n’ai pas peur qu’il me rejette pour ça, j’ai seulement honte de lui en parler.

      J’ai pensé à le quitter rien que pour m’épargner de lui parler de ma situation familiale, mais je ne pourrais jamais faire ça. Et j’ai pensé au suicide bien sur. Pour n’avoir aucune décision à prendre, pour ne pas m’inquiéter de ce que penserait sa famille de ma famille, pour me libérer de ce poids.

      Mais je ne pense pas être vraiment dépressive, car mes idées noires ont une bonne raison d’être là. Je pense que je vais essayer de soigner ma mère coûte que coûte avant de passer à l’acte, j’irais même jusqu’à l’interner si ça pouvait la soigner.

      Merci de m’avoir lu

      • camille a écrit

        Salut je comprend ce que tu ressent même si moi c’est un peu différents .

        Jai perdues l’amour de ma vie car je l’ai tromper une fois pour quelqun par simples attirances ( même si cette personne est amoureuse de moi )
        Je regrettes tellements mais tellements . Jaimerais beaucoupfaire un retour en arrières . J’en n’ai parler a mes amis et ma famille mais ils me jugent et je n’attends pas sa des gens que j’aimes .

        Pour moi la seule solutions est de mourir car je souffre trop . Avec mon copain on n’avais un avenir ensemble c’est mon premier amour . On voulais s’acheter un appartemments ensemble etc

        Ne quitte pas ton copain parce que t’as honte surtout si tu l’aimes et si tu pense que cest l’homme de ta vie . Au contraire il est là pour toi et il peut t’aider , jai perdue le mien a touts jamais .

        Moi j’ai tout gacher et jai perdues mon homme.
        Jai envie de me sucider mais je n’ai pas le courage .

        Merci d’avoir lu .

        • Ced a écrit

          Bonsoir Camille ( je ne sais pas si tu liras mon message vu que ton post date de 1 mois) en tout cas ton histoire est similaire a celle d’une amie qui a donc eu une aventure d’un soir avec un autre elle se fais larguer donc après apres 5 ans de vie commune elle avais même élever son fils elle pensais en finir egalement après une sale période elle a retrouver qqun ca fais deux àns ils emménage bientot ensemble tout ça pour dire qu’on a souvent une deuxième chance

    • moi a écrit

      Je suis dans le même état d esprit que ton défunt frère et ne songe plus qu’ à me libérer de cette vie de merde, je n en puis plus de souffrir, je veux juste abréger mes souffrances et libérer mon entourage du fardeau que je représente

    • cassie a écrit

      merci pour ton message d espoir …
      on dit souvent que l on est acteur de sa vie… c est peut être vrai …je dois être la pire actrice que le monde est crée. je suis souvent angoissée, problème de toutes sortes que les gens équilibrés arrivent à résoudre et moi pas !!! je sais que la roue tourne alors j attends, , reviennent les jours sans tristesse car dire heureux serait un bien grand mot et les périodes de tristesse. mon frère dit toujours que la vie est une jungle, il y a les forts et il y a les faibles…j ai la chance ou la malchance d être entourés de gens forts et moi je suis le maillon faible…j accepte ca bien quand ca va ..mal quand ca va pas mais je suis aussi consciente qu aujourd’hui je ne fais plus rien pour lutter contre ca j ai essayé pourtant quand j étais jeune…mais c est se battre contre un moulin contre des moulins a vent….il faut accepter ce que l on est …je sais que je suis confuse dans mes propos … vous parlez d amis…pour vous aider ..la aussi je dois être nulle car j ai bien des connaissances avec qui je sors mais des amis , des vrais je ne crois pas que j en ai ..la aussi c est certainement de ma faute car je ne dois pas être quelqu’un de bien …

      • piggy a écrit

        Le pire acteur de sa vie? Je connais cela. Je suis sûrement en train de réaliser la plus nulle des performances de suicides : celle de ne rien faire de sa vie, d’enchaîner les échecs et de se couper du monde petit a petit. Comme toi je suis un maillon faible et bordel j’ai honte de ce que je suis en train de faire de toute ces opportunités gâchées… Mais il faut se rattraper, se raccrocher et se dire que l’on doit tout faire pour mériter cette vie.
        Pour ce qui est de trouver de véritables amis, je te conseillerais de t’ouvrir un peu au monde et au gens. Donne toi la chance de rencontrer une personne qui saura t’écouter et t’épauler (elles existent, les gens ne sont pas tous insensibles ;)

  3. ahssen a écrit

    C vrai, rien que de lire et voir que je ne suis pas la seule dans cette pensée morbide me dit qu’il y a peut être d’autre solution, mon problème est que je n’ai pas d’ami pas de boulot personne a qui parler juste un fils qui vit avec moi et qui m ignore affectueusement, et un autre fils qui a été très méchant avec moi

  4. ahssen a écrit

    Merci a tout le monde d’aider les gens en souffrance, moi même je suis dun tempérament a aider les autres, la j’essaie de m’aider mais justement ma solitude me ronge

  5. tox a écrit

    Moi aussi j’ai perdu un ami qui compter pour moi un véritable ami, il sait malheureusement suicider alors que je venais de le voir le week end et il s’est suicider dans la semaine, il allé pourtant bien mais il a fait sa a cause de sa copine qui la soulé trop je pense pourtant il lui a ecrit une lettre dans laquelle il disait qu’il l’aimé elle et sa fille… sa a vraiment etait dur pour moi aussi. Et ayant etait hospitalisé pour d’autre cause j’ai pensé moi aussi a faire cet acte plusieurs fois je n’arrivais pas a dormir etc… c’etait vraiment dur, je suis passé par un hopital psy aussi etc… mais je m’en suis sorti aujourd’hui je me sent bien malgré mon pote qui me manque , mais je joui de la vie je viens souvent sur ton blog thibaut sa m’aide a garder le moral et a m’évader en pensant a toi et tout ses villages que tu visite. Profitons de la vie elle est trop courte pour l’abréger . Merci pour et article

    • Thibaut a écrit

      Merci beaucoup pour ton message. Cela me touche et je suis heureux de voir que tu vas mieux aujourd’hui.
      Cela va redonner espoir à d’autres personnes qui sont dans une phase difficile en ce moment…

      • knaff ambre a écrit

        Moi aussi je fais partie des gens qui n’ont pas le courage de se suicider et qui recherche un moyen sans souffrir et rapide moi aussi je voulais quitté moi aussi je suis en train d’y réfléchir et de pleurer car j’ai vu l’article moi aussi je te remercie pour ce que ta fais et moi aussi je crois que je vais revenir en arrière pour ma décision de me suicider merci beaucoup

  6. Ronnel a écrit

    Ton article m’a fait sourire… Malheureusement la réalité nous rattrape toujours et c,est dur de relever la tête. mais sinon ravie de voir qu’il yen a qui sont optimiste :).

  7. a écrit

    Un article dont le titre fait peur aux premiers abords mais qui au fond est plein de vérité à rappeler à ceux qui souhaiteraient passer à l’acte.
    Je m’attendais à un « magasin des suicide » des différentes méthodes mais le résultat plutôt innatendu est bien présenté et rempli de vérité.
    Personnellement j’aurais rajouté aussi, en grand adepte de la chose, à tout envoyer se faire f**tre. L’envie de suicide nait souvent d’un attachement et d’une perte. Apprendre à en avoir « rien à f**tre » permet de relativiser et de mieux comprendre la vraie valeur des choses.
    Et puis rappelons nous que plus une balle tombe bas plus le rebond est haut. Ce qui rejoint les statistiques dont tu parles.

  8. Natacha a écrit

    Bonsoir,

    C’est gentil de vouloir aider, mais si j’en suis à penser au suicide, c’est bien parce qu’après une dizaine d’année à tenter de me faire soigner, cela n’a rien donné.
    Les gens qui m’aime ? Ce sont les même qui me font souffrir, si ils souffrent à leur tour, ça leur apprendra peut être à être plus à l’écoute, plus respectueux et plus honnête.

    Merci d’avoir essayé en tout cas. Je vais continuer mes recherches, je cherche surtout à ne pas me rater comme certains.

    Même si j’ai baissé les bras, lisez cet article, il est plein de bon sens.

  9. Paite a écrit

    J’ai lu, j’y pense, je recule… Un jour peut-être avec une vrai réponse…
    N’empêche, je ne vois plus à quoi je sers… Les enfants, ils ont difficiles de me voir malheureuse. Alors même si personne ne reconnait que les enfants sont plus heureux après le suicide d’un proche, personne ne reconnait non plus qu’ils sont heureux comme ça !!!

    Oui l’article peut aider, il fait sourire aussi…. Mais plus de psy, ça coûte !!! Les amis, je n’y crois plus !! Les proches, ils s’inquiètent et donnent ces conseils…

    Dormir pour de vrai, c’est plus facile…

  10. a écrit

    Je suis tomber sur cette article en cherchant une réponse a ma question! « Comment se suicider sans souffrir » et ça na pas répondu a ma question… Tu dis que la plus part des gens qui veulent le faire ne le font pas, peut être cest juste par peur, peur de souffrir… Car très franchement cest mon cas! Si la tout de suite on me donne une méthode qui ne fait vraiment pas souffrir je la ferais sans aucunes hésitation!!
    Pour ma part je n’ai personne a qui parler, pas de famille, pas d’amis… Personne! Je suis seule au monde et aucune raison et envi de me lever le matin! Alors a quoi bon s’acharner?? Pourquoi vivre si la vie n’es faite que de souffrance??

    • Micha a écrit

      Bonjour Laetitia.
      J’espère sincèrement que tu va beaucoup mieux?Moi je suis tous le contraire de toi.J’ai beaucoup de famille frères et soeur etc…Une epouse,des enfants super (bientot7&3ans) defois dur mais se sont que des enfants.Eu ils ont rien demander. Ils ont la grâce à nous ou à cause de nous!Moi c’est mes êtres proches qui pour moi m’ont fais tu mal! Plus tu donne plus ont de prends sens se soucié !Hier j ai découvert se site qui me fais du bien je me rends compte que chaque être dois se protéger lui même.Que tu soit seul ou entouré.Mais cela n empêche pas de avoir des amis surtout des vrais!J attends impatiemment les 3 jours et suis les conseils de Thibault ! Après tous 3 de plus ou de moins quele différence? Et essaye d ecrire à une personne que je connais pas.Mais qui comme moi mérites d être heureuse ! Je t’envoie plein de bonnes pensés!Quand je suis démoralisé je regarde les arbres,les fleurs et touts ses belles choses que la terre me donne.Quand au gens que je reproche de m’avoir fait du mal il m’ont fais du bienaussi!

    • fragnon a écrit

      Bonjour,

      Quand on souffre vraiment de vivre on n’a pas peur d’avoir mal Moi je me suis coupée les veines dans la saillie des bras avec des lames de rasoir on sent rien pas plus douloureux qu’une piqure,pourtant elles étaient complétement sectionnées…. la dessus une boite de lexomil et on perd conscience. Malheureusement mon mari est rentré trop tot et a appelé les pompier. En me réveillant je me suis dit que tout était à refaire et je le referai car quand on a pris cette décision mais vraiment cette décision!! on est devenu serein presque heureux de d’accomplir cet acte. Si on a peur de le faire c’est que l’on est pas prêt. C’est pas du tout un manque de courage, croyez le bien c’est plutôt un petit reste d’espoir

  11. Élodie a écrit

    Bonjour,
    J’ai 14 ans et en ce moment je me sent vraiment pas bien … C’est dû aux moqueries et aux critiques au collège que j’encaisse chaque jours. J’ai été absente durant 2 jours à cause de cela. J’en ai vraiment marre ça fait 2 ans que ça dure. J’en avais parlé à une amie, et elle m’a rassuré mais pas suffisamment …
    J’ai donc pris la décision de me suicider. Beaucoup de gens disent « à 14 ans, t’es trop jeune » mais je pense que ces gens là ne se mettent pas à ma place … C’est vraiment dur pour moi, seule contre tout le monde c’est pas évident.
    Alors je suis allée sur internet et je suis tombé sur ce site. J’ai lu tout l’article … Et au fur et à mesure que je le lisais, je me suis rendue compte qu’il fallait profiter de la vie, profiter des gens qu’on aime. J’étais vraiment prête à me suicider. Mais cet article m’a beaucoup aidé, ça m’a remonté le moral.
    Merci du fond du cœur, j’en ai tiré une bonne leçon.

    • Clara a écrit

      Salut Élodie !
      Je te réponds parce que ton message m’a donné une sensation de déjà-vu. J’ai 17 ans et je vais un peu mieux, mais le collège a été un véritable enfer pour moi aussi. Non, il n’y a pas d’âge pour vouloir en finir, comme il n’y en pas pour apercevoir de nouveau la lumière au bout du tunnel. Tu es sûrement plus mature que les autres jeunes de ton âge, et malheureusement, si c’est une qualité dans la vie de tous les jours, ça fait mal de se le faire toujours pointer par les autres. Le collège est une période si difficile. Le lycée est déjà plus sympa, les rapports entre les élèves moins violents. Je pense fort à toi.

  12. juju a écrit

    Meme si ton article en dit vrai, et qu’il peut aider pendant 5 minutes, ça n’empeche que cela reste assez difficile dans le quotidien.
    Pourquoi ? tu dis d’appeler un ami ? la famille ?

    Ce que l’on oublie c’est que quand on est en dépression tout le monde te fuit comme la peste ! Donc les amis, le copain, la famille tu peux oublier ! Déjà parce que la plupart des gens ne prennent pas au sérieux la dépression. Et que tu entends des phrases comme :  » cesse de te cacher derrière ça  »  » bouge toi le cul  »  » si t’en es arrivé la c’est parce que tu baisses les bras trop facilement « .

    Un psy ? Un psychiatre ! J’en ai consulté a plusieurs reprises, la psychiatre a voulu me shooter au médicament pour calmer mes angoisses !
    La psy ? Je viens d’arreter parce que à part de me crier que je suis malade et qu’en plus c’est toute à fait normale selon elle que les gens te fuient comme la peste quand tu es en dépression. ( Ils ont peur d’etre contaminé )

    Ca me fait penser à la maladie du sida, tu es malade oups, je recul de toi, tu fais que pleurer sur ton sort, surtout ne t’approche pas trop au risque de me contaminer dans ma vie quotidien, j’ai pas envie d’etre malheureux.

    Les gens sont égoistes ! Tu cries au secours TOUT LE MONDE S ENFOU DE TOi !

    Un film qui représente très bien la société actuelle face à la dépression  » OH mommy  » Primé au festival de cannes !

    Tellement réaliste, quand tu es malade les gens se deresponsabilisent de toi, parce que tu es un boulet à leurs yeux, tu pleures tu es triste, tu te lamentes sur ton sort ! et ben ils te dégagent !

    Alors appelez un ami ? Faudrai t -il encore qu’il y en un qui comprenne que quand on fait une dépression c’est pas un coup de blues passager que tu dis ca va aller une fois et demain c’est terminé !

    On a des hauts et des bas en continue ! des crises des trou noirs des idées noirs, et puis 1h après tu as envie de t’en sortir, et 1h après tu pleures parce que tu vois que tu t’en sors pas !

    Quand on est en dépression c’est parce qu’on arrive plus a rien faire ! Alors cessez de nous dire bouge toi le cul ca nous rend encore plus mal de nous dire des choses comme ça. On se sent déjà mal parce qu’on a peur, parce qu’on a échoué dans notre vie. Parce que tout ce que l’on souhaitait travail ou étude, ou copain, mariage s’est effondré.

    Et qu’on a plus confiance en nous. Parce que la vie c’est dur, parce que la société est égoiste, les gens sont égoistes, individualistes.
    Mon copain m’a quitté a 4 reprises et combien de fois j’ai demandé de l’aide et du secours. La derniere fois quand j’ai expliqué que j’avais envie d’en finir.

    Il m’a répondu  » que j’étais responsable de mes actes  » alors vous dites d’appeler quelqu’un, et quand on crie à l’aide tout le monde te tourne le dos.

    Quand tu expliques que tu vas mal et que tu arrives pas a t’en sortir, tout le monde se barre ! Les psy et les psychologues j’y croyais tellement de me faire aider.

    Quand a la psychiatre que j’ai refusé de prendre des médicaments, elle m’a répondu  » ah c’est vous le médecin ?  »  » et je lui ai répondu non, certes mais je suis dans mon droit de vouloir me soigner autrement que par des anti dépresseurs « .

    Et quand a la psy : mise a part de répeter que quand on tombe dans une dépression on s’en sort difficilement et que généralement quand on s’en sort on retombe une deuxième fois en dépression.

    Alors je veux bien essayer de parler de communiquer de faire comprendre que je m’en sortirai mais trouvez des gens qui sont réellement à l’écoute et qui ne te juge pas et qui ne te rabaisse pas c’est très difficile !

    Puis bien souvent, ils ont un mois de patience, voir 2 mois, et s’il voit que tu t’en sors pas ils te dégagent, c’est que vient de faire mon copain et sa famille !

    Je me retrouve en échec dans mes études, j’ai plus rien, j’essaye de m’en sortir, mais aujourd’hui personne personne est reellement à mon écoute…

    Quand on est en dépression ! ON EST SEUL ! ON SOUFFRE ! et tout le monde s’en contrefou ils ne prennent absolument pas au sérieux quand tu leur dis que t’as envie de mourir. Limite ils te rigolent au visage parce qu’ils sont persuadé que tu passeras jamais à l’acte.

    Non j’en ai pas le courage de passer à l’acte, mon grand père je l’ai jamais connu lui il l’a fait, il s’est pendu, une mort terrible. Et pourtant il été suivis par un psychiatre avec des anti depresseurs !

    Alors si vous voulez qu’on s’en sorte et nous aidez soutenez nous sur la longueur avec de la patience et cessez de nous casser avec des  » bouge toi le cul « .
    Et juste une oreille sans rien dire parfois ça suffit. D’etre accompagné dans ces démarches ça aide. Mais généralement les gens ils ont la patience quelques jours et après ils ont assez d’etre envahie avec une personne qui pour eux se lamente sur son sort.

    Les gens se suicident, parce que la depréssion n’est toujours pas pris au sérieux en france et que la mentalité des personnes sont égoistes ! Et que c’est chacun pour soi !

    Je pensais que mon copain que je ne connaissais depuis 5 ans aller m’aider et pourtant aujourd’hui je suis seule, sans plus personne, sans ami, sans étude, sans travail, sans psy parce que je suis découragée de leur attitude.

    Alors comment s’en sortir ? Quelle la réelle solution ? On va en parler 5 minutes, je m’en sentirai bien après et puis après demain il n’ y aura personne et je serai encore seule face aux difficultés de la vie.

    Mais merci quand meme de vouloir aider. Ca a pu me calmer après une crise. Mais seulement je sais que j’en referai certainement une autre de crise.
    Parce que la dépression c’est ça, c’est des humeurs instables en continue !
    En une journée on peut se sentir bien, rigoler et puis se sentir mal après quand on est seul.

    • C-Sam a écrit

      Merci Juju. Car voilà un vrai et poignant témoignage de ce qu’on peut réellement ressentir, et de la façon dont on peut percevoir ou être perçu par les autres.
      On vit dans une société égoïste, entouré par des gens vénaux. Et je suis soulagé de voir que même si on veut rester positif, et malgrés toutes ces belles palabres, il y en a encore qui osent le dénoncer.
      On sait très bien que le suicide n’apporte aucune solution, qu’il ne résoudra rien et ne fera souffrir que ceux qui ne le méritent pas, car tiennent à nous, et ne sera qu’une source de discussion pour ceux pour qui on est au fond indifférent.
      On en arrive à devoir échanger sur des forums avec des inconnus, car dans le même temps les gens se sentent agresser par nos paroles si ils sont abordés directement, ou si nos propos ne rentrent pas dans ce catalogue hilarant, dicté par toutes ces séries bidons, et qui sont censés nous donner un côté cool.
      Ce sont les individus, entourage ou inconnus qui sont décevants et qui donnent envie de les fuire, et qui provoquent cet isolement.
      Mais bon, comme on sait que les gens vont et viennent, il faut juste garder l’espoir qu’une prochaine marée ramenera sur nos rivages des personnes plus fiables, de qui on sera heureux de s’entourer, et avec qui on aura de nouveau envie de partager….laissons leur donc cette chance.

    • Léa a écrit

      Ho Juju, ton commentaire me fait pleurer.

      Appelez un ami, encore faut il avoir des amis. Perso, j’en ai pas.
      Sa famille, c’est bien mignon, mais s’il y a des conflits…Ma mère me soutient et en même temps, m’enfonce parfois.
      Mon chéri ne comprend pas globalement, à ma dernière hospitalisation, il a pris conscience de certaines choses, mais rien ne change pour autant…Si je lui redis je veux mourir, il sera juste désemparé, ou il s’énervera, au choix. En ce moment, nous deux c’est froid, il a ses problèmes lui aussi!

      Moi la moindre contrariété me rend folle, je ne supporte rien, mon humeur fluctue, et je suis très violente envers moi et les autres quand ca ne va pas.

      • Léa a écrit

        Ho pardon, on s’est occupé de moi!
        Ma mère vient de m’appeller « pour me voir de ses propres yeux » et quand j’arrive me tend la boite de mes antidépresseurs en me disant « je pense qu’il est temps ».
        Oui, car je suis pas sérieuse, je les prend pas régulièrement.

        • Jourdain a écrit

          Les anti dépresseurs peuvent marcher un temps mais le sport, le jeu, parler avec des enfants ou des personnes âgées qui soit hors du cercle familial peut être une bonne chose, les maisons de retraite par exemple.
          Une autre bonne solution est d’avoir un chien à s’occuper. Cela peut vraiment vous aider
          C’est ce que j’ai découvert réceamment. Surtout n’aller pas dans les bars. Ces personnes sont des personnes qui vous écouteront, que vous écouterez.

      • Lo a écrit

        Je suis soulagée de voir que je ne suis pas la seule à ne pas avoir d’ami ^^
        Je pensai avoir un problème de vie en société et en fait bcp de monde se retrouve dans le même cas.
        Triste à dire mais je me réjouis de ne pas être seule.

        Je me rend compte aussi que je ne suis pas la seule à être fauchée ^^
        Je travaille, un temps pleins, mais je n’ ai pas de quoi me permettre une thérapie. 30 euros l’heure, non remboursable, étant donner que c’est un psychologue.
        Quand j’étais à la charge de mes parents, cela était beaucoup plus simple, mais le médecin je dois parfois passer au dessus, car même si on est remboursé en grande partie, il faut toujours avancer l’argent.

        Je fais un grand coup de « gueule », en effet pour la plupart, il ne s’agit que de problèmes financier, matériels, ce n ‘est pas normal que dans une société aussi développée que la notre , des gens ai soif, faim, froid et manque de temps de chose, on ne devrait pas avoir peur de demain.
        Il n ‘est pas normal qu’une personne ce tue pour l’argent, pour la nourriture, pour les liens sociaux…

        Je n ‘ai pas de solution, pour nous, les gens de la classe ouvrière et classe moyennes on nous laisse tomber, on nous laisse mourir impunément.

        Ce qui est triste c’est de voir les raisons de chacune des personnes qui veulent passer à l’acte.

        Je suis triste de vivre dans un monde pareil.

        Mais pour rien au monde je ne veux mourir.

        Même si l’idée est parfois tentante, je sais le mal que je ferai au peu de gens qui m’entourent, je sais aussi que je le regretterais, on ne sait jamais, la roue tourne…

        Surtout, il faut profiter, du peu que l’on à, un moment, une odeur, une paroles, ne rien laisser passer, chaque instant à son importance.

        Le bonheur intense n’existe pas, ce qui existe ce sont les moments de bonheur, il sont rares, parfois timides mais ils sont bien là.

        Alors ouvrez les yeux, vos oreilles et tout vos sens….

        Soyez curieux!

    • popins a écrit

      Pour ma part, ça fait des mois que j’y réfléchis. ca sera pas un coup de tête. J’ai commencé à mettre tout en place. Je veux juste pas me rater. C’est bien qu’il y ait des gens comme toi , Thibaut, qui mette leur expérience positive au service des autres. Ca en sauvera quelques uns, quelques unes. Les conseils , c’est bien , mais difficile de les appliquer à sa propre situation. je pense que chaque « cas » est différent, et en m^me temps il y a quelque chose d’universel, quand je lis tous les messages. Les « bouge toi le cul », hé non, ça ne sert à rien quand on est tout au fond! Toute notre énergie passe dans le maintien des « bases » tant bien que mal (se nourrir, se laver, sortir quand même pour acheter de quoi bouffer, aller bosser quand on a un boulot et faire bonne figure soit parce que les essais de dialogue avec les collègues ont échoué soit parce qu’on ne veut pas que les autres sachent ou se doutent de quelque chose, élever au minimum ses enfants) Alors quand on nous dit « bouge toi! » c’est trop! Où trouver cette énergie? Cette réflexion, elle est bien à dire dès qu’on sent les prémices d’un laisser-aller, d’un truc qui commence à clocher mais qu’on n »écoute pas. A un certain stade, cette réflexion devient stérile et peut même avoir l’effet inverse : enfoncer encore plus,sans que ce soit l’intention de celui qui la dit. Perso, je me rapproche des 50 ans, mes parents sont morts, la famille a éclaté au décés, donc pas de soutien ni d’aide de ce côté là pour moi. Les ami(e)s? Si c’est pas moi qui vais vers eux-elles, personne ne prend de mes nouvelles! Donc pas moyen de parler de ce côté là non plus. Un psy? J’en ai vu un pendant 7 ans, il a fini par se « lasser » si je puis dire. « Vous les aimez bien vos peurs! », dernière phrase qu’il m’ait dite. y a pas à dire , ça aide beaucoup à s’en sortir! LOL
      Des années de mariage avec un menteur-manipulateur, 3 enfants, toujours espéré qu’on s’en sorte, que ça change. Le changement, c’est moi qui l’ai enclenché après avoir tout essayé et même être descendue bien bas : je suis partie, j’ai divorcé. Divorce à l’amiable pour préserver les enfants. Mauvaix choix , je le paye encore aujourd’hui. Depuis j’ai rencontré l’homme de ma vie, mais au mauvais moment. Ma vie est très compliquée depuis ce divorce à l’amiable qui n’en est pas un finalement.C’est un peu comme si j’étais toujours mariée… Pas moyen d’être heureuse avec l’homme de ma vie ni de le rendre heureux : rupture. Et maintenant les enfants qui me tournent le dos. Du sport? Plein de sports me sont interdits suite à des ennuis de santé. Faire une liste de mes envies? J’en n’ai plus qu’une seule d’envie: que ça s’arrête!
      Aider les autres? Comment faire quand il n’y a même plus d’énergie pour soi?
      Oui, la vie est un bien précieux, mais on doit pouvoir l’arrêter si on veut, après avoir mûrement réfléchi. Oui, l’entourage en souffrira…peut-être! Et on ne peut pas savoir dans quelle mesure. Faut-il rester en vie juste pour que l’entourage ne souffre pas? Et la mienne de souffrance, j’en fais quoi quand mon seul entourage( mes enfants, c’est tout ce qui me reste) n’en a rien à faire? Pour ma part, mes limites sont atteintes: stop!
      Bonne chance à tous ceux et celles qui liront cet article avant de toucher le fond!

      • may a écrit

        J’ai 55 ans et en suis au même stade que toi, grosso modo… pas besoin d’entrer dans les détails, je suis également atteinte d’une maladie orpheline et ne peux plus travailler. Mon univers, c’est mon lit et la souffrance. Je n’en peux plus.

        • véronique a écrit

          Idem, je me retrouve avec un handicap à cause d’une kiné, qui m’a provoqué un problème de déglutition en me touchant les cervicales, je ne pouvais plus manger, parler, grâce à un ostéo qui m’a sauvé la vie, je retrouve un semblant de vie mais je ne peux pas pleurer ni rire sinon mon problème de déglutition s’accentue, alors avant que vous doutiez de mes symptomes, allez sur « manipulation des cervicales et responsabilités » et bonne lecture. Quand on dit aux gens, bougez, sortez avec vos amis, il faudrait que l’on puisse rire avoir des emotions, et je n’ai pas le droit d’en avoir, et comme j’ai lu plus haut, les gens s’en foutent de tes problèmes et même ta propre famille, heureusement mes enfants sont là pour me tenir la tête hors de l’eau, mon mari est là aussi mais je me dis qu’au bout de 4 ans de souffrance et de traumatisme, il commence à arriver à sa limite, je sens que si je mourrais, il ne serait pas pas en grande souffrance mais plutot dans une délivrance pourtant on ne se fache pas, à part à cause de sa famille, qui me raconte leur problème, qui vienne dans mes jupons pleurer mais qui ne m’écoute pas, je les aidés pour qu’ils n’aient pas les mêmes problèmes et eux  » rien à foutre » de mon handicap. Je peux vous le dire, tant que vous n’avez pas de problèmes de santé et tant que vous pouvez pleurer rire parler, vous pouvez vous en sortir, trouvez des gens comme vous « sensibles ». Moi je ne sais pas ce que je vais devenir, si je meurs à cause d’une dissection d’artère vertébrale à cause d’un putain médecin du sport ou d’autre chose, je pense au suicide alors qu’avant je ne comprenais pas comment on pouvait penser à ça, car j’ai une connaisance qui avait tout pour bien vivre et qui s’est pas loupé il y a environ 9 ans.
          Mais si on me guérissais, de ce putain problème de déglutition lié aux cervicales, je pourrais revivre

      • maricali a écrit

        Je viens de vous lire, je suis dans la même situation. mais le pire dans ma vie , c’est la solitude.Avec ma famille plus de contact, mes enfants , jamais de nouvelles…j’ ai essayé de garder des contacts, mais personnes ne s’ occupe de ce que je deviens, ce que je fait, je suis un meuble, je suis transparente, on a dit de moi que j’ étais une détraquée mentale pas fréquentable…Le suicide, je l’ ai fait 6 fois dans ma vie, j’ ai souffert à chaque physiquement, mais rien a voir avec ma douleur moral.J e suis une angoissée, peur panique, phobie des gens, je ne peux sortir seule de chez moi, je ne peux pas prendre le bus, le train…Je suis en traitement depuis des années, des psy j’ en ai vu, sans succès…aujourd ‘hui j’ en ai assez, j’ attends la fin tous les jours, mais ce qui est très paradoxale, c’est que je n’ai plus envie de me suicider, j’ aimerai seulement que la mort vienne me chercher, tout les jours des gens partent alors qu’ils ont des buts, de la famille, une envie de vivre indescriptible, et ce n’est jamais mon tour, alors que je n’ai plus envie de rien, rire , je ne sais plus ce que c’est, je n’ai rien à apporter à quiconque et je m’ennuie ,,, je suis vidée, une vraie peau de chagrin…

        • Jourdain a écrit

          maricali, pour ma part, je pense que c’est le métier qui rentre. J’ai vécu une longue succession d’échecs comme toi. un petit conseil mais tu le connais surement.
          Prend soin de toi, fais toi des plaisirs simples et gratuites, souris à toi-même et surtout releve toi par de tous petits buts. Ce sont les petits buts répétés qui sont importants.

      • martin maria a écrit

        j bonsoir j ai l impression que c est moi qui a écrit votre texte…..je le ressent et le comprend a 100 pour 100….

    • victor a écrit

      Bonjour..oui c’est difficile et moins on y croit plus on s’enfonce. C’est mon deuxième divorce je survis toujours en me disant qu’il y a toujours un espoir.. La roue tourne..la chance peut vous sourire il faut avoir le courage de continuer en attendant. Je suis solidaire avec vous car j’en bave. C’est peut-être notre destin et notre rôle dans ce monde.. vivre encore c’est l’accepter. Bon courage à vous.

    • voilàquoi a écrit

      Salut. Je ressens exactement pareil, sauf que moi j’ai pas eu de copain. J’en ai jamais eu et personne ne s’est jamais intéresser à moi. Certe, j’ai des amies, j’en ai 5, mais elle s’en foutent de moi. Je suis clairement rejeter parmis elles. Elles ne peuvent clairement pas m’aider. Car elles sont beaucoup trop éloignées de moi. Ma famille ne peut pas m’aider ce elle me fait souffrir aussi et je ne l’apprécie pas. Je ne veux pas que ma famille sache que je souffre c’est mille fois trop dure à assumer. Je suis seule. Ma vie c’est de la merde. Elle l’a toujours été. Et j’ai cette impression horrible qu’elle le sera toujours. C’est comme si j’avais une malédiction, que quelqu’un a décidé que je serai toujours malheureuse. Bref de tout façon je ne vais pas me suicider j’ai pas les couille mais je suis clairement dépressive et seule.

    • martin maria a écrit

      je suis sous antidépresseur depuis 1998 je n ai pas vraiment envie de m exprimer pour expliquer pourquoi j en suis arrivé la…..mais je vous répond car ce que vous avez écrit j ai l impression que c est moi …..car je suis tout a fait d accord avec vos propos…..

  13. Fred a écrit

    Quelle perde de temps!
    Merci pour ces messages et conseils, mais çà ne répond pas à la question. Enfin si … pas de solutions douces, alors il n’y a que des manières violente et çà ne sert a rien d’attendre! Advienne que pourra.
    f.

  14. a écrit

    un jour jai perdu ma meilleur ami et jai etait super triste et je le suis encore maintenant je tenais enorment a elle et voila que je l’ai perdu jai lu votre articles et cela ma permis de prendre conciance que le sucide ne resolu pas les choses et fanchement si nos parents on decider de nous mettre au monde c’est pour une seul raisons nous voir heureux et ne voudrait surtout pas nous voir souffrir autant ceux qui lisse ce commentaire je veux juste quil prenne conciense que le sucide ne resolu aucun probleme
    j’ai 14 ans et je voulais me sucider il y a encore quelques minutes alors ceux qui passentt par la ne faite pas la meme erreur que tous ces autres personnes qui veulent mourrir alors que vous avez toute votre vie devant vous et que la vie peut encore vous redonner l’espoir d’avoir un sourrire !!!!!!merci d’avoir lu ce message et jespere que vous en prendrz conciense !:)

  15. julien a écrit

    Re salut

    Après vous en avoir parlé pour la premiere fois depuis le debut de mes idées noires bizarrement je me suis senti revivre et je me dit que me suicider est completement stupide et lache. Pourquoi ? D apres moi le suicide est une porte de secours a utilisé en cas d extreme necessiter pour des gens qui ont des graves probleme de santé et qui en bave trop pourtant sa je le sais mais meme maintenant je sais meme plus pourquoi j ai voulu en arriver la ( memoire de poisson rouge –‘ ). Ya eu des jours ou lorsque je suis plus triste que d autres jours j y pense constament et les autres jours ou je souris je respire la joie de vivre je comprends pas pourquoi je passe de l etat de depressif avancé a celui qui aime la vie. Si vous avez des idee du pourquoi du comment je suis ouvert a tout. Mais vous en faite pas j’ aurai jamais le courage de le faire actuellement en tout cas le plus dur reste a trouver le courage de le faire et moi j ai pas de couille ( sens figuré )
    bye
    votre ami le changeur d humeur instantanné

  16. moonwalker a écrit

    Je suis sortie d’un grave traumatisme ( harcèlement scolaire) c’est finit mais je ressens toujours l’envie et le besoin de franchir se pas car c’est très dure pour moi avant quand je le subissait en fait je n’ai jamais vraiment penser au suicide c’est que venue plus tard mais je ne veux plus vivre et je me dis que je vais surement passer à l’acte,
    J’ai une douleur horrible et pesante dans la poitrine je ne suis plus autant heureuse qu’avant je ne suis plus moi même. Je suis tellement différente des autre filles de mon age:

    – je suis grosse
    – je suis pas forcement la plus belle (détail mineur)
    -la seule partie de mon corps que j’aime c’est mes yeux le reste est horrible
    -j’ai l’impression d’être une énorme déception pour ma mère
    -j’ai des gout tellement différents

    bref je veux stopper ma vie

    • René Pelletier a écrit

      Que le mots Grosse, ne soit plus péjoratif pour toi! Tu as des goûts différents, tant mieux! Assumes les et décide et prends la décision d’être belle en te mettant en valeur avec ce que tu as et selon tes goûts. La beauté c’est global, l’intérieur qui se reflète vers l’extérieur. Les personnes les plus belles sont ceux qui s’assument, se mettent en valeurs, marche la tête haute. C’est pas parce je suis gros que je suis lourd,c’est une affaire de gravité terrestre…:)))Je me lève et je marche comme si j’étais un papillon,posture droite, la tête haute et avec un sentiment de fierté. Regardes des photos de gens connu qui ne sont pas beau selon les critères populaires et qui pourtant le sont par leur attitudes. Et donnes nous en des nouvelles!!!!

  17. loureed a écrit

    salut,
    chaque experience est singuliere…
    quand on lit un texte qui veut nous rassurer et qui nous dit »parlez autour de vous’ et qu on est seul sans amis, on a encore plus envie de se flinguer..
    dostoievski disait « l enfer c est de ne PLUS aimer »..
    l amour de ma vie m a quitté et je vis reclus desormais!
    suis un mec intelligent et malicieux mais quand on perd ses illusions et quand on voit que le monde est fou et q u on est atomisé, rendu seul par les conjectures ,on est juste terrassé par la douleur de ne pouvoir se tuer..
    « le pire ennemi du melancolique, c est son instinct de conservation »
    vive la pillule instantannee qui tue en 5 secondes..!!

    je fus beau dans le sens d etre plein de vie, je suis un mort vivant desormais et à bas les precheurs et leurs morales….l altruisme est un egoisme deguisé!

    • Jourdain a écrit

      L’altruisme c’est de l’égoisme déguisé. Tu as parfaitement raison, pour les preuves scientifiques, je te recommande de voir l’émission Spécimen de la rts à ce sujet.
      C’est vrai, quand on regarde bien nos semblables, c’est ce que l’on est par contre ses pensées ne sont qu’une situation qui t’a levé des illusions. Il y a donc un choix à faire: soit on sert la situation soit on la modifie a son échelle sans colère parce que c’est c’est ce que je choisis de faire librement. Pour ma part, je suis convaincu qu’il y a un équilibre à atteindre entre des faits pour soi et faits pour l’autre, sortis du cadre familial. En tout sincérité, même si c’est pour rien, çà me fait plaisir d’aider des inconnus parfois même si je sais qui nous sommes des voleurs et des tueurs en général. Dans les milieux difficiles comme le désert ou la toundra, la rareté des gens font qu’ils s’entraident quand même.

  18. Mel a écrit

    Je sais qu’un jour je me suiciderai. Si je suis venue sur ce site c’est simplement par curiosité car j’avais cherché « les différentes manières de se suicider » histoire de voir un peu les choix qui s’offriront à moi. Si je ne veux pas me suicider tout de suite c’est parce qu’il me reste malgré ma dépression grandissante au fil des années, encore de l’espoir. Et puis j’aimerais accomplir quelque chose avant d’en finir comme apprendre une nouvelle langue, voyager dans plusieurs pays, écrire un livre etc… Et puis en plus du courage qu’il faut avoir pour passer à l’acte, je pense aussi à ma mère et aux autres personnes pour qui je pourrais compter, cela m’énerve de devoir penser à eux alors que je souffre intérieurement sans rien laisser paraître (s’ils savaient ce qu’il se passe dans ma tête je me ferais très certainement internée ou je ne sais quoi encore) mais pour ma mère, je veux bien subir la vie qu’elle m’a donnée et attendre qu’elle parte avant moi. Donc cela me laisse encore pas mal de temps pour faire quelque chose de cette vie.

  19. Sylvain a écrit

    Je ne m’attendais pas à ça quand j’ai cliquer sur ce lien je m’attendais à trouver ce que je cherchais et pouvoir enfin en finir avec tout se mal j’ai vécu d’horrible chose dans ma vie ma mère a essayer de se suicider sans succes, la personne avec qui j’ai passer le 3 quart de mon enfance m’a fais des choses horrible etc.. J’ai vécu du malheur toute mon enfance. J’avais un père alcoolique et une mère qui jouait ( mes parents était riche … A croire que l’argent n’apporte pas le bonheur) ils ne se sont jamais préoccuper de moi et maintenant ils me disent qui sont désolé mais pour moi il est trop tard. J’ai peur de faire le geste juste parce qu’il me reste une personne que Jaime de tout mon coeur qui depuis mon enfance a été la a 100% avec moi qui ma fais surmonte tout mes épreuves mais maintenant j’ai peur de lui confier mes secrets elle na plus l’âge d’entendre se genre de chose j’aimerais quelle vivre les années qui lui reste en paix sans que j’ai a lui raconter tout mes probleme mais si je passe a l’acte que va telle penser de moi comment va telle le prendre? J’en est sérieusement mart je vois que du noir dans toute ma vie beaucoup mon dit qu’il serais toujours la pour moi mais des que j’ai eu un problème.il ne restait qu’une personne ma grand-mere celle pour qui se geste m’est si difficile je en ce moment avec une personne qui me fais souffrir horriblement qui me fais des choses attroces voilà ma vie.

  20. lilou a écrit

    Merci pour ce texte, c est encourageant de savoir qu il y a des gens altruistes qui veulent aider les gens deprimés, etre déprimé et etre entouré de gens qui ne comprennent pas cette maladie est très nocif pour les deux partis, moi je conseille aux gens déprimés de se retrouver entre eux, personne ne peut comprendre la souffrance quand on l a pas connu. La depression est une vraie maladie, donc il faut la soigner. c est un probleme d estime de soi oú il faut réapprendre a s aimer soi même. C est dur mais c est une solution. Se mette dans des associations pour aider les autres est aussi un bon moyen de relativiser, et de se sentir utile. Nous sommes des etres humains qui manquons d amour, il faut pouvoir donner de l amour pour en recevoir. Moi meme je vis une depression depuis plusieurs annees, parfois je veux que touts arrete pour ne plus souffrir, mais si il y a une chose que je veux pas, c est bien de mourrir, je veux profiter de la vie, c est le plus beau cadeau que l on puisse se faire a soi meme, la vie n est pas un absolu de bonheur, elle est faite de hauts et de bas, appreciez les moindres cadeaux de la vie, comme le sourire d un etranger dans la rue, voir jouer des enfants, apprecier un beau ciel bleu apres la pluie, regarder des films rigolos, etc… C est petit a petit un travail qui porte ses fruits, savoir remercier aussi l ame du monde pour tous ces petits cadeaux journaliers, ca evite de tourner sur ses problemes, j espere que mes mots ont encouragés certains. Ceux qui manquent aux dépressifs, c est l espoir, mais je vous assure que vous seul qui vous vous connaissez le mieux, peut s en sortir, n acceptez pas votre mal etre comme une fatalité, essayez de changer un peu tous les jours, donnez vous des petits défis journaliers pour reprendre confiance en vous, on a tous la ou les solutions au fond de nous memes, il y a maintenant avec internet des methodes gratuites de developpement personnels, ecouter de la musique zen et mediter, regardez vous dans la glace en enumérant tous ce que vous etes de positif, et chassez, voir banissez les mauvaises idees qui vous empechent d avancer, repetez en vous meme que la vie est belle, le positif prendra le dessus sur le negatif. La deprime est un etat physiologique, oú a force de penser negativement, votre cerveau libere des toxines, remplacez ces toxines par des bonnes molecules en appliquant la pensee positive. pour ma part, j ai cherché longtemps une methode et pour l instant la therapie cognitive semble fonctionner sur moi, a vous de trouver la methode qui vous convienne. Bonne vie à tous, plein d amour et de sourires.

  21. lilou a écrit

    Je precise que ce qui m a mis dedans a été un abondon de ma famille car ils n ont pas accepté mon choix de vie, j ai perdu l amour de ma vie il y a deux ans avec qui j ai eu une relation fusionnelle de dix ans, je suis toujours en deuil, je n arrive pas a trouver de travail a cause de ça, et dans le pays ou j habite, nous n avons pas de systeme social comme en France. Ma famille me rejette encore alors que j ai 40ans, etne m appellent jamais pour savoir comment je vis, si j ai besoin d aide. Mon nouveau petit ami me delaisse de plus en plus car il s apercoit qu il ne peut pas m aider, lui aussi me pousse a trouver du travail, me bouger le cul, je sens bien qu il commence a s impatienter, et voir que je pense toujours a mon ex n arrange pas les choses, il n a jamais connu de depression et est tres soutenu par sa famille, donc il ne peut pas comprendre mon probleme, ma depression le nuit, son incomprehension me nuit. Je ne peux pas le quitter car je ne sais pas ou aller. J ai toujours ete une bonne personne et je trouve que la vie a ete injuste avec moi, je sais que je suis capable de faire quelquechose de ma vie, et que j ai juste besoin de temps pour retrouver la joie de vivre et la force de revenir sur le marché du travail. Je sais que je vais m en sortir, j espere que vous le savez aussi tres intimement au fond de vous. Si votre famille, vos amis, ceux qui sont censés vous aimer et vous aider ne vous supportent pas, c est qu ils ne savent pas comment faire, pardonnez leur au lieu de les en vouloir, les personnes comprehensives sont rare! N attendez plus que l on vous sauve, sauvez vous vous memes, vous en seriez bcp plus fier :-) et n attendez pas trop longtemps, parceque plus on attend et plus sera difficile la sortie

  22. juliette a écrit

    Bonjour,
    je me sens moins seule à vous lire alors merci.
    Après plusieurs années de dépressions, d’anti-depresseurs, de psy… rien y fait toujours au fond de moi cette souffrance qui me mine … la seule chose que je puis dire c’est que le suicide (j’y ai pensé et y pense depuis tellement d’années) n’est pas une solution.. non pas pour mon entourage car je m’en contre fou, il est toujours temps de venir pleurer à la mort d’un proche alors que de son vivant personne n’était là pour l’écouter !! alors penser que l’on va faire du mal autours de soi… bien souvent ce sont les gens qui nous entourent qui sont à psychanaliser, les depressions sont souvent du à notre environnement proche !! voilà moi ma méthode c’est de vivre au jour le jour à présent il y a de belle choses j’apprends à les regarder même si parfois ça met difficile et douloureux..

  23. Julie a écrit

    Bonsoir ,
    Je suis tombé sur ton article (qui est , en passant , bien écrit ) comme la plupart des gens en cherchant une méthode pour disparaître .
    Je pense que chaque personne est singulière et â ses propre raison , de plus tout le monde n’a pas la chance d’avoir des gens avec qui parler , n’a pas l’envie de parler avec quelqu’un . Quand on est au stade d’une dépression , on est dans le sentiment qu’on est inutile et qu’on est une gêne , alors pourquoi est-ce que nous aurons le courage , la force et l’envie de parler a quelqu’un ?
    Personnellement j’ai essayé d’en parler à mes propres parents , ils ont fini par rigoler et à me traiter de folle qui était depressive (cette phrase est marqué dans ma tête) . J’ai fini par essayer de me suicider , je dis bien essayer parce que je n’ai pas réussis (je dois en rire ou en pleurer ?) , j’ai avalé 3 litres de produits toxiques et rien , nada. Aucune séquelle , tout ceux qui lisent mon commentaire doivent rire et se demander si je rigole mais non . Quand j’ai remarqué que rien ne se passait , j’ai rigolé et pleuré en même temps . Le bon dieu se goût-il de moi ou mon corps est juste incroyable ?

    Enfin bref , bonne continuation

    • LEIL a écrit

      jai eu la meme chose que toi. jai avaler une centaines de medicaments tous plus dangereux les uns que les autres et j’ai rien eu du tous

  24. emainthesky a écrit

    bonjour ,

    Un grand merci Thibaut , pour ta bienveillance, pour cet espace qui nous permet de mettre des mots sur ce mal et nous fait réaliser que nous ne sommes, finalement, pas si seuls.

    Nous avons chacun notre vécu ,notre sensibilité et nos épreuves à surmonter mais nous sommes les mêmes quand nous voulons partir.

    Je ne pensais pas non plus lire ces pages en cliquant su ce lien ni même écrire un mot ici. Qui se soucie de savoir comment va son voisin?, ses « amis »?, et tristement sa propre famille?… Quelques mots échangés, un regard, une oreille pourtant suffirait.
    J’écris ce message car je me suis retrouvée il y a deux semaines exactement face à un mur. Même si jusqu’ a présent je supportais pas mal la douleur ( et en silence bien sur) , je ne voyais plus comment m’en sortir autrement qu’en partant. Est venue la culpabilité,celle de savoir la peine que j’allais laisser, ceux qui ne comprendraient pas et la violence d’un tel acte dite à un enfant, un neveu, une petite cousine. Comment vivre avec ça quand on est enfant ?
    Et puis comment? et non pas de méthode sans douleur ni violence…

    Toute cette énergie que l’on est prêt à mettre pour le pire pourquoi n’en serions nous pas capable pour le meilleur? Nous partirons tous bien assez tôt de toute façon.
    J’ai fait la liste des choses,des rêves à réaliser avant de partir. Et à partir de ce moment j’ai décidé que je ferai tout pour réaliser ne serait ce que l’un d’entre eux.

    Je n’avais plus vraiment confiance en l’être humain , j’ai mis un terme à toutes les relations qui ne m’apportait rien sinon que du mal, autant dire que je n’avais plus personne sur qui compter. Mais il suffit d’aller sur le net ,de sortir de chez soi ,d’ouvrir ses yeux pour voir que d’autres arrivent à réaliser des choses incroyables et dans un véritable don d’eux-mêmes. Alors j’ai compris que personne ne m’apporterais la « solution » à mes problèmes. il faut parler, échanger c’est un soutien une main à attraper ,mais la réponse est en nous. Je sais que ce ne sont que des mots, et parfois j’ai de gros moments de doute alors je prends un train pour voir la mer, ou sors simplement de chez moi prendre un café, je ne regrette pas d’être encore la et je sais qu’il faudra encore beaucoup de travail y pour arriver, mais qu’a force de je me rapproche de mon but.
    Je fais les choses différemment, avec plus de légèreté même si elle sont aussi difficile qu’avant je sais qu’elles me permettront de réaliser mon objectif précisément. ( Le premier sur ma liste est un grand voyage;) ) après … on verra.

    Soyez votre « meilleur ami » , prenez soin de vous comme vous prendriez soin de lui.
    Je vous souhaite à tous de trouver l’énergie de vivre la vie dont vous rêvez.
    Bonne route

    • Glad a écrit

      Bonjour

      J ai bien aimée ton commentaires je m y retrouve

      Merci à tous pour vos commentaires c est la solitude et incompréhension des gens qui nous rends aussi malheureux

  25. Mezeray a écrit

    bonsoir,
    je suis une collégienne de 14ans je suis en troisième et en ce moment tout va mal je suis fatigué j’ai deux ou trois évaluations tout les jours beaucoup de devoirs un stage de troisième a trouver mon orientation a préparer …bref. Je fais de la natation 3fois par semaine le soir ce qui est problématique vu le nombre de chose que j’ai a faire pour le collège. Donc tous les soirs de natation je n’ai pas le temps de terminer mais devoirs donc je suppli mais parents de ne pas aller a la natation mais c’est toujours la même reponse  » tu peu pleurer, claquer des porte te fachée criée tout ce que tu veut tu ira a la natation un point c tout donc je me met a pleurer et maintenant jarrive a un stade ou même si je n’ai pas beaucoup de devoir je ne veut plus aller a la natation. Mais ça ce n’est qu’un premier problème!!!! Mon second problème est que ce week end je suis censé participer pour la première fois a une compétition de natation mais comme d’habitude je suis débordé je les donc dit a mes parents mais ils préfère que je fasse la compétition plutôt que je fasse correctement mais devoirs et que je prépare correctement mes projets pour le collège !!!Alors je ne sais plus quoi faire je suis sous pression 24h/24h je n’en peu plus et mais parents passe leur temps a me crié dessus et a me dire que je ne suis qu’une idiote!!! je n’en peu plus et je craque totalement je passe mes journée a pleurer mais amies de comprenne pas et je ne serais pas capable de dire a mes parents ce que je traverse en ce moment. HELP ME PLEASE

  26. Laurent a écrit

    Témoignage.
    dans les années 80 lorsque j avais dix ans il m est arrrivé qqch d affreux dans le cadre familiale,
    permière tentative par étoufement a ce moment,depuis je ne les comptes plus hélas…
    encore ce soire les idées noires rôdes…d ou mon passage sur cette page…
    merci Thibaut pour cette page et tes conseils,j ai vu des psy de toutes sortes qui sont parfois resté sans réponses,j ai vu une coach de vie et son approche différente m a beaucoup aidé,je travers cette vie douloureuses dans cette socièté inhumaine et suis artiste avec l âme en peine,
    nous pourrions vivre dans un monde si agréable mais par profit certains la rendent dure et sans pitié,
    fondamentalement mon seul but dans la vie est de pouvoir apporté un changement…
    sinon je n aurai été la pour rien…

    j envois toutes mes pensées les plus positives et pleines d amour pure a tout ceux et toutes celles qui passent une période sombre et qui viennent ici tout comme je l ai fait.

    sincèrement:Laurent

  27. israe a écrit

    Je ss tomber sur ce blog en cherchant une methode, je voulais juste les lire comme souvenir de cmt je me sentais si mal avant, jetais , pardon, je ss une deprimee du 1er ordres, ac tt les symptomes et pr des annes, mais jai realiser qd mm qlq chose, on veut mourire pr arreter la souffrance on est tous daccord, pour ne plus exister, ne plus penser et etre inconscient paisiblement, car le repo est devenu un lux que mm la pulsion de vivre ne peut controler, mais si je ss encore ici la c paarceque je metais poser une question , qui garqnti que mourire veut dire repos, qui me gqrqnti qune foi morte je serqi vrm inconsciente, si ttes les religions affirmebt une autre vie apres, personne nest revenu pr ns dire, et si cetait pire, tellemet quon aurai prefere la vie , jai attendu, et puis 1anne est passer, je me ss rendu compte que ce netais qune maladie, comme qd on a la grippe et que notre nez coule , mais apres avoir gueri tt les symptomes partent, le suicide est un bedoin parcequon est malade, si on gueri lenvie nous surpasse mm ac tt les problemes du monde, car on a la force dy penser, de les affronter, jai vu des clochards sans famille et plus pauvres que la pauvrete qui veulent tjs vivre, et des riches et importantes personne partir, ce qui montre que ce nest pas la taille des problemes qui cause cette envi, nn c la maladie, il faut se focaliser sur la depression etant une maladie reelle, Aulieu des problemes sans solutions , mm si il yen avait je ss une deprime ets je sais que quand on veut partir, bah on veut partir, malgres quon soit marlyn monrron . Et quon a la plus grande chance du monde.jai compri que les depressifs ne sont pas paresseux mais des combattent au contraire. Il nya pas de quoi se sentir coupable. Ils combattent contre la maladie comme qui quonque combat contre le cancer ou autre. et le temps est passe, la maladie est partie(naturellement et ac une annee entiere de traitement de 3 antidepresseur, deux pcychiatres et un pcychologue)je vx plus partir alors que ai les mm problemes, ce qui a change c ma sante, jai la force daffrobter la vie, tt ca pr vs dire focalisez vs sur la sante aulieu du probleme en question car mm la solution ne pourra rien y faire (pr certains, moi par exemple). Laissez vs juste le temps de guerrir, sans tricher ac les medocs, lespoir quil faut, et ne pas penser au plan b qui est le suicide, apres repensez au sujet et la faites votre choix de nv, mais c bete de ne pas guerrir avantx c comme si vs ne pensez pas vs avez juste obeit a la maladie . Bn courage a tte et a ts ( je ss tjs seule je vx preciser, ac les mm blemes) mais la guerrison me donne la force de penser a quoi faire… laissez vs le temps de guerir, bn courage je sens ce que vs eprouvez. Bisou et jespere que vs aurez autant voire plus de chance que moi.

  28. christinebf a écrit

    J’ai lu l’article. Moi, j’ai décidé de ne pas aller voir un spécialiste pour la dépression dans laquelle mes employeurs me poussent chaque jour ou presque. C’est vrai que je me sens fragile et plus émotive depuis mon AVC (22 novembre 2014), en plus je suis diabétique.
    Je suis célibataire, j’ai 50 ans et j’aimerai tant avoir un peu de tranquillité pour pouvoir vivre sereinement.
    Je veux pourtant tenir le coup, mais je sais qu’un jour ou l’autre je passerai à l’acte car je me sens de trop. Certains ont des amis, de la famille avec qui passer des moments joyeux, moi j’ai personne. Et tous les jours au travail, je suis ignorée, isolée, pas assez bien pour personne.On est tous quelqu’un quand même, non?
    vous pouvez me laisser vos commentaires sur mon mail regorbf@orange.fr
    Merci à ceux qui me feront un petit signe.

  29. noname a écrit

    bonjour,

    quelle surprise en tombant sur cet article en faisant la requête (suicide facile) j qui a eu le mérite de calmer mes ardeurs à disparaitre.
    j’ai pas tout lu ds votre blog mais bon les idées suicidaires on ne les choisit pas ça vous tombe dessus comme ça..
    je n’en ai jamais parlé à personne ms je voudrais disparaitre, me jamais me réveiller, et c’est pas en allant se balader et aller au musée ou en mangeant du chocolat que ces idées vont se dissiper comme par magie..sinon personne sur cette terre ne se suiciderait hein ?
    malgré ce constat merci pour votre initiative altruiste, généreuse…

  30. Noname a écrit

    Bonjour/Bonsoir

    Je suis collégienne.Mon histoire commence à l’âge de 6 ans,ma mère ce faisait battre par mon père.Pendant presque tout mon enfance a été marqué par cette période,mais mes parents ce sont séparés et je me suis (presque) remit de ça.Depuis j’ai vraiment du mal avec les hommes.
    Ma mère s’est ensuite remise avec un homme,j’étais heureuse tant qu’elle l’était.Ils sont ensuite décidé d’emménager ensemble,j’ai donc du la suivre et quitter mon enfance pour un nouveau départ.

    Un jour,ma mère étant au travaille,j’étais seule avec mon beau père et ma petite soeur.Alors que je prenais ma douche,mon beau père est soudainement rentrer et à commencer à m’engueuler me disant que je ne savait pas me doucher et l’a fait soit même.Il m’a touché,encore et encore,alors que quelques larmes faisaient leurs apparition.Aucun homme ne m’avait toucher nue,même mon stupide de père.
    Biensûr,j’ai gardé ça pour moi.Ma mère avait tellement morfler sous mes yeux que je devais être heureuse pour elle et l’a laissé dans son bonheur.
    Elle est tombé enceinte.

    Mon beau père à commencé à semer la zizanie entre moi et ma famille,que pour eux j’étais la fille « en période de crise d’ado ».Je me faisais rejeté par mes propres cousines,ma famille.Alors j’ai commencé à rester dans mon monde.Mes journées se résumées à me lever,aller à l’école,rentrer,aller sur mon ordinateur et dormir.

    Je suis mise à arrêter de manger.Je pleurer toute les nuits car mon esprit me jouait des tours. »Tu es inutile », »personne ne t’aime ».

    Un jour alors que j’étais dans ma chambre ma mère m’a appelé et une grande dispute à éclater.Elle s’est mise à me frapper,alors qu’elle n’avait jamais posé la main sur moi.Elle m’a dit des choses horribles. « Je ne te reconnais plus », »Je ne t’ai pas éduquer comme ça », »Sort de chez moi », »Je ne te considère plus comme ma fille ».J’en ais beaucoup souffert.Si ma propre mère me rejeter pour un homme,alors qu’allais je devenir ? Depuis ce jour,elle s’est mise à faire la différence.Il y avait les deux princesses et moi,Cendrillion.

    Et c’est que j’ai fortement pensé au suicide,je n’avais à faire ici.Si la personne qui ma mise au monde ne m’aimer plus alors,je devais mourir.Avant la mort,j’ai pensé à partir de chez moi,mais à quoi bon ? Je ne tiendrais même pas une nuit avec tout ces fous qui menace le monde.

    Comme beaucoup de personnes,je suis tombé sur cet article en chercher « comment ce suicider  » sur le web.Je ne sais pas si ça m’a fait de l’effet,mais voir que je ne suis pas la seule me rassure un peu.En lisant vos commentaires,j’ai été très touché par vos histoires et je me sens stupide avec mes histoires de gamines.De tout façon à quoi bon ? À quoi bon rester sur ce monde pour souffrir encore et encore.Un jour ça passe et un autre tout va mal.Comment m’en sortir ? Je..je veux dire,je ne suis qu’une ado,je n’ai pas d’argent et surtout pas de soutient de mes proches,ils passent tous leurs temps à me rabaisser et me contrarié.Comment ? Avec ma famille qui m’ignorent,ma mère qui pense que ça me passera et qui ne veux plus de moi et un père alcoolique et violant.Voila.

    Je vous remercie d’avoir lu mon commentaire et souhaite de tout mon coeur que ça s’arrange pour vous.

    Merci beaucoup

    • Clara a écrit

      Je ne vois pas en quoi ce que tu vis est une histoire de gamine ! Les idées noires sont aussi accablantes à tous les âges. Et pas mal de gens en ont en vivant des choses moins douloureuses que ce que tu vis.

    • Midnight a écrit

      Idem, ton histoire est dure, je viens d’arriver sur ce site aujourd’hui et bien que mon histoire soit moins horrible que la tienne si tu veux parler je suis là. Je ne sais pas ce que tu es devenue après un mois, mais j’espère avoir de tes nouvelles :).

  31. baert didier a écrit

    apres deux ou trois tentatives par alcool et medicaments suite a un divorce j ai repris gout a la vie ça etait tres dure mais je m en suis sorti j ai meme arreter l alcool je voudrais dire au personnes qui sont desespere au ce point qu il y a toujours un moyen de s en sortir ( vous allez vous retrouver en ^psychatrie) si cela se renouvelle il y a beaucoup de personnes qui peuvent vous aider apres tout ira pour le mieux et ne perdais pas espoir penser a tout ceux qui vous aime bon courage

  32. a écrit

    bonjour,

    j’ai moi aussi voulut me suicider mais c’est une très très grave erreur je suis maintenant heureuse dans ma peau et je ne veux plus me suicider car je me suis poser plein de question qui m’ont fait
    avancer. j’aimerais que vous fassiez cela pour ne plus penser a faire cette acte irréparable :
    – dites le à l un de vos proche il sauras vous conseiller
    -il ne faut pas se laisser faire par des personnes qui vous maltraites car si ils ou elles vous voit pleurer il ou elles vas être très content(e)
    – si vous avez une petite sœur qui vous voit morte elle vas essayer de faire comme toi et ceci vas détruire littéralement votre famille
    – attend trois jours de plus pour réfléchir
    – et dites vous qu’il y a toujours pire que vous
    une dernière chose aller sur youtube et tapez se suicider ensuite cliquer sur la première vidéo de Roumie Steneck

    merci !

  33. Camille a écrit

    Jai 19 ans jai toute la vie devants moi . Personnes de mes proches me comprends . Il ne sont pzs dans la même situation que moin. Jai des idées noires dans la têtes et sa faits deux semaines . Tout le monde penssent que je n’aurais pas le courage …

    Je veux me suciders j’en n’ai marre de souffrir mais ma pote ma dit parles en a quelquns silteplaits avants elle s’Inquiètes beaucoups pour moi . Chaques jours . AIDEZ MOI SVP !!! :/ …

    Sinons un jour je vais passers à l’Acte !!! :/ …

    Merçi Beaucoups D’Avoirs Lues Mon Commentaires …

  34. michael a écrit

    bonjour,
    je suis un peu venu sur ce site comme tout le monde je pense, je veux trouver un moyen de me suicider et ai peur d avoir mal.
    Cette état est apparu après une histoire d amour de 8 ans qui s est terminé du jour au lendemain pour le jeux et les mensonges qui ont été avecc était il y a 6 mois
    Je suis vraiment pas bien je pleure tous les jours et chaque chose de ma vie me fait penser a cette amour perdu.
    Je vais voir une psychologue qui me conseillent de penser à autres choses de faire d autres choses mais c est trop dur…

    JE SUIS PERDU ET FERAIS TOUT POUR LA RECUPERER ET PROUVER QUE JE SUIS PLUS LE MEME

    • clement a écrit

      Je suis là moi.. je trouve ca horrible que personne ne te reponde. Ton message est un appel au secours et personne prend la peine de tenvoyer un message… ça m’attriste moi aussi j’ai laissé un message et j aimerais qu on me reponde sinon cest sur je vais passer a lacte
      bon courage

  35. Luce a écrit

    J’ai déjà laissé un commentaire pour Alain, mais si tu veux bien, Thibaut, je vais laisser un témoignage. Quand j’avais 15 ans, il y a donc 32 ans, une amie très proche, nous étions comme 2 sœurs jumelles, s’est suicidée. C’était d’une violence qui a ravagé ma vie. J’ai fait une tentative, puis des dépressions. Plusieurs choses différentes m’ont sauvé la vie. 1- L’écriture -les poèmes, les contes, les récits – j’ai écrit un recueil de poèmes pour cette amie. L’écriture a forgé un espoir salutaire sur la nature humaine, car tous ces personnages de mes récits tout cabossés par la vie, j’avais et j’ai une immense tendresse pour eux. 2- J’ai fait une psychanalyse de 9 ans, c’est pas le plus probant, je ne suis absolument pas un modèle de réussite, dans la catégorie loser je fais bon poids, mais bon, si j’arrive à écrire ce message avec humour c’est que ce temps passé sur le divan ne fut pas pour rien, et puis c’est INESTIMABLE d’être entendue et soutenue par un psy, même si c’est sa boutique 3- je me suis convertie à une religion, comme une magnifique rencontre carrément inattendue, c’est pas une secte, rassurez-vous, c’est la religion catholique, et là, quand t’aime Jésus et Maman Marie comme une famille choisie dans une tendresse dingue, à chaque fois que j’ai des idées pire que noires, je sais que je ne passerai pas à l’acte 4-Inattendu également, un argument qui m’a fait une belle claque, un jour, mon frangin, un gars dur qui pratique les arts martiaux et s’intéresse aux philosophies bouddhistes, taoïstes, tout ça, m’a expliqué que quand quelqu’un se suicide, selon ces philosophies, et bien en fait, la personne se réincarne mais elle rencontrera EXACTEMENT les mêmes problèmes dans sa nouvelle vie, le suicide est peine -grosse peine- perdue. Bon, c’est de la philo, des croyances, mais n’empêche, à chaque idée lugubre de suicide, il y a toujours ce « EXACTEMENT les mêmes problèmes  » qui me revient dans le fond de l’oreille.
    Voilà, c’est un peu long, pardon, et c’est un témoignage tout simple, mais ça m’a fait plaisir de l’écrire et je me sens moins seule. Merci Thibaut, ton article est super. Et bon courage à tous, big tendresse! ;-)

  36. Sylvain a écrit

    Bonjour.

    Je puis confirmer qu’un proche qui passe a « l’acte » occasionne une tristesse infinie!

    Mon voisin et grand ami, Paul, s’est pendu il y a 9 jours dans sa remise de jardin et c’est moi qui l’ai decouvert.

    Depuis six mois, un lot de mauvaises nouvelles ont envahi son esprit; Une epouse qui decide de quitter apres 27 ans de mariage, un budget plus que restreint parce que soumis a surement plus de charges que ce qui est raisonnable, et finalement un secret que j’ai su seulement apres son deces, des problemes de jeu!

    Depuis six mois donc, Paul me visitait regulierement. Il se confiait et je lui disais toujours;  » Paul, attends pas de craquer sous la pression! Si tu vois que ce ne va pas, viens me voir! On prendra du temps tous les deux pour t’aider. Mais cela n’a pas suffit.

    Paul etait un homme sans malice, totalement honnete, serviable et fiable. Il etait devenu grand-pere depuis deux mois. Ce que sa fille Sabrina a pu pleurer!

    Non. Le suicide est une grave, tres grave erreur. Il n’y a rien dans la vie qui ne puisse s’arranger. Lors de mon divorce qui s’est passe tel une vraie guerre de tranchees, je me suis retrouve seul, isole, et crible de dettes! (90,000 dollars canadiens) j’ai decide que j’allais m’en sortir et personne ne pouvait etre assez gros pour me barrer la route. Le suicide n’a jamais ete une option et aujourd’hui, je suis en situation fort enviable.

    Il faut redecouvrir le courage et la foi en ses propres capacites. Ne laissez jamais tomber.

    Bonne chance a tous ceux que mon billet saura toucher.

    Sylvain.

  37. clement a écrit

    Bonjour, Comment fais ton quand son problème est d’ordre physique.. a ce que je sache il n’y a pas de remede miracle pour changer de tête.. execepté la chirurgie et encore… puis il faut de l’argent… je ne me supporte pas… c est tres dur d avoir confiance en sois dans ces cas là et d entreprendre quoi que ce soit meme si j y suis parvenu mais comme à mon habitude je finis par tout abondonner, l’année dernière j ‘allais mieux je commencais a sortir la tete de l’eau,petite copine, boulot,fac.. puis ma copine m’a quitter du jour au lendemain sans rien me dire jai compris rapidement que cetait fini par moi meme jai aussi compris que cetait pour un autre… puis jai eu confirmation avec Face…. quand a peine une semaine apres m avoir abondonné j ai vu une photo d elle et son nouveau mec en photo de couverture (elle ne m avais pas encore bloqué a ce moment la) ça m’a aneanti elle ma fait perdre toute confiance en moi, tout ce que j avais reussis a construire durant toutes ces annees s’est ecroulé j epargne tout les details mais en plus elle a ete tres mechante avec moi sans raisons en disans en parlant de son nouveau mec « lui ou moins cest u’ vrai homme » « jen ai plu rien a foutre de toi mais plus rien ! » je précise j’ai eu 24ans le 27 novembre et cela fais bien depuis mes 17 ans que je suis en dépression. J ai déjà fait une tentative en prennant des cachets.. et j’ai toujours envie de me suicider ca me hante j’y pense chaque jour.. je n’ai pas d’amis enfin un seul mais il a une vie comme il le dit si bien, je me sent très seul et j’ai personne a qui parler j’aimerais bien que l’on puisse m’aider parceque au final j aimerais m en sortir etre enfin heureux.. du moins pas malheureux..mais lespoir s amenuise au fil des jours… voilà merci a ceux qui auront pris la peine de me lire. Au revoir

    • Ana a écrit

      Salut Clément , Pour ce qui est du physique et de l’estime de soi crois moi je sait que c’est pas simple ( c’est d’ailleurs ce pourquoi je suis tombée sur ce site) je suis passée de l’obésité à une phase d’anorexie . J’ ai repris du poids parce que je me suis rendu compte que ma maigreur devenait extrême et parce que j’aime beaucoup ma grand mère et que c’ est le seul cadeau qu’elle m’a demandé. Le problème c’est que du coup j’ai vraiment l’impression d’être à l’opposé de ce que je voulais être puisque je suis redevenue exactement ce que j’ai toujours haï . J’ai d’énormes problèmes avec ma mère et mes sœurs , je me disait que en reprenant du poids elle y verrait un effort personnel significatif de ma bonne volonté de leur plaire et qu’elles serait plus agréables avec moi mais c’est presque pire alors je ne sait pas quoi faire , je me détestait avant l’anorexie et au moment ou j’avait atteint un poids qui me convenait celui ci ne convenait pas à mon entourage . J’ai vraiment l’impression que quoi que je fasse , ce n’est jamais bien et je me déteste je ne sait pas comment faire la paie avec moi même et être heureuse . Peut être parce que les personnes qui disent vouloir me voir heureuse m’enfoncent également en tout cas merci à toi si tu lis ce message et si tu veux mon avis en tout cas pour ma part je vais essayer de me détacher de cette famille qui me rejette en disant vouloir mon bonheur pour me crée mon bonheur moi même et je pense que tu a encore tout à construire ;)

  38. a écrit

    Bonjour,

    je me suis aussi retrouvé sur ce site pour trouver un moyen à mettre fin à mes jours car je souffre trop, je ne suis pas du genre à vouloir mourir mais mon cas est vraiment très désespérer, je suis gravement malade depuis 5 ans, et chaque année qui passe, je souffre tellement le martyr, les médecins ne peuvent rien faire, je me sens abandonné par dieu, par les médecins, désolé de dire ainsi sur dieu, mais c’est mon grand chagrin qui me fait dire tout ça, je me pose des questions sur le pourquoi je suis autant malade, pourquoi ça arrive à moi etc…. la vie est imprévisible, je comprends un peu ceux qui veulent mourir quand ils sont de grandes maladies, j’avais besoin dans parler sur ce blog, merci de m’avoir lu.

    • anelard a écrit

      moi aussi je suis malade depuis 5 années.Je ne peux m’exposer au soleil ne serait-ce qqs minutes sinon ma peau me brule.Je voulais aussi en finir car je n’ai pas de travail avec cette maladie.Pour faire une formation je suis sur une liste d’attente de 2ans.Donc en attendant je ne peux rien faire de ma vie.Je voulais en finir et trouvé comment me suicider sans avoir mal….je ne peux sortir comme bon me semble à cause du soleil été comme hiver.Si je prends une ombrelle les gens vont me dévisager et cela est très dure toutça pour me protéger moi même…

  39. Aude a écrit

    Bonsoir

    Je cherchais une réponse
    Une réponse à un mal être, …
    Une méthode pour vivre mieux, à défaut de be plus vivre.
    Voilà
    C est tout ..,

  40. David a écrit

    Bonjour tout le monde je suis David j’ai 18 ans et depuis prêt de 3 ans la vie me semble dénuder de sens, je tiens à vous faire part de ma vie, déjà jeune vers mes 10,11 je sortais pas dehors comme chaque personne normal à aller faire du foot, ce retrouver en ville avec les amis tout sa, j’étais plus sur mon ordinateur sur des jeux mmorpg comme world of warcraft, plus je grandissais moins les amis me sembler utile, j’allais de moins en moins en cour jusqu’à ce que je rencontre une fille  » Roxane  » nous sommes jamais sorti ensemble mais nous avions une complicité vraiment hors du commun elle et moi c’était waouh on passer des nuits et des nuits ensemble à rigoler, à ce faire des câlins, quand ont était ensemble l’un prêt de l’autre le soir généralement elle dormais dans mes bras part la suite, ce moment de bien être fut cour, un jour elle ce sentais mal vraiment mal j’ai décidé d’aller la chercher et d’aller faire un tour, après avoir mis du temps pour la convaincre elle a finalement accepter, nous sommes aller marcher en ville, je lui parler pour savoir ce qui aller pas, pour la faire rire comme on faisais d’habitude à ce moment je l’ai perdu de vue je la regardais pas, ce fut mon erreur, j’ai pas compris ce qui ces passer, j’ai attendu un boum comme si quelqu’un monter sur le capot d’une voiture, le temps que je me retourne elle était à terre, je sais toujours pas si c’était voulu ou si c’était un accident, le conducteur disais elle était en plein milieu de la route, j’ai rien pu faire, rien pu dire, la seule chose que j’ai était capable de faire c’est la prendre dans mes bras j’ai hurler aussi fort que possible, j’ai pleurer comme un fou ça voulais pas cesser de couler, c’est proches, les amis quel avais ils m’ont tous pointer du doigt, je le savais déjà que c’était moi le coupable, que si je lui avais pas forcer la main ce serait pas arriver, ce jour la je me suis fais une promesse, que plus jamais je m’attacherais à quelqu’un que je deviendrais dur, que je laisserais rien n’y personne me toucher, j’ai ensuite mis fin à ma scolarité avec 2 mois d’avance, je suis rester chez moi pendant 3 ans sans sortir, juste moi et mes jeux, déjà que dans la vie j’avais pas d’ami juste Roxane je me suis dit la seule raison qui me poussais à sortir était elle, j’en avais aucune autre, de 15 ans à 18 ans je sortais pas de chez moi je faisais rien, j’étais sur mon jeu jusqu’aux mois d’avril ou la promesse que je me suis fait est parti, j’ai rencontrer cette fille sur internet  » Olivia  » nous nous sommes rencontrer grâce à l’intermédiaire d’une personne que j’ai rencontrer sur un de mes jeux, nous sommes rester 1 mois ensemble, elle était pendant 1 ans avec sont ex et me disais que elle ne l’a jamais réellement aimer, que c’était pour surmonter certaine chose, mais vu tout les textes, toute les photos, les mots d’amour quel est pu lui dire je doutais, ma jalousie et mes doutes l’on pousser jusqu’à dans ces limites, elle était enceinte de lui à ce moment.. d’où mes plus profonds doutes, beaucoup de monde lui on tourner le dos mais moi je lui répétais sans cesse que c’était génial, que c’était la plus belle chose qui pouvais être au monde, une personne qui donne la vie à une autre, je devais être avec elle dans la salle d’accouchement le jour ou le petit devais arriver c’est fou mais des lors que j’ai su quel était enceinte je me suis dit que je les protégerais que je trouverais le moyen d’aller la bas  » bordeaux  » à plus de 800km de moi mais malgré sa nous nous sommes séparer suite à mes défauts, mais ça ne ce termine pas la, le 28 septembre Olivia et revenu me parler le 30 septembre nous nous sommes remis ensemble, de septembre à octobre c’était merveilleux, d’octobre à novembre déjà beaucoup moins, elle me semblais distante, froide, mais alors la maintenant c’est pire que tout ce que j’aurais pu imaginer, le 12 décembre j’ai pris le train pour aller chez elle, je devais passer les fêtes avec elle et sa famille, quand j’ai vu Olivia sur le quai de gare vous ne pouvez pas savoir ce que ça ma fait, Olivia dit quel m’aime tellement, quel a jamais aimer autant quel m’aime que si elle devais me perdre à nouveau elle ce battrais et ferais tout pour me récupérer, mais elle ma aussi menti sur certaine chose alors pourquoi la croire ? quand je la croyais finalement j’ai appris que dans l’histoire il y avais des mensonges, comme je vous disais j’y suis aller le 12 décembre, ce fut un conte de fée pour elle c’est du moins ce quel ma dit, mais le dimanche 21 décembre j’ai eu une altercation avec sa mère, le géniteur du petit voulais lui apporter un cadeau le 24 décembre, j’ai pas supporter cette nouvelle alors que je savais ce qu’il avais fait à Olivia, il a demander conseil à sont père sur ce qu’il devrais faire à propos que Olivia était enceinte, sont père et lui lui ont demander d’avorter, vous trouver pas sa dégueulasse vous ? donc sa mère et moi avons eu une altercation, finalement elle a faiblis c’est retourner et parti chez sont ami en pleurant, mais ça ce fini pas la, elle a dit à tout le monde que je l’avais frapper, ce qui est faux, Olivia et venu vers moi en pleurant en me disant qu’es ce que ta fais à ma mère, sur le coup elle ne ma pas écouter, mais le cousin d’Olivia était avec moi on lui a expliquer l’histoire, elle la finalement accepter mais à vite pardonner à sa mère, j’étais avec sont cousin dehors on parlais de mon ressenti envers le géniteur du petit, ça mère est arriver et a commencer à m’agresser, j’ai réagis je suis pas le genre de personne à ce taire quand on me cherche des ennuies, Olivia ma dit que je devrais partir le lendemain donc le 22 j’ai dormis chez sa marraine et sa marraine et moi avons commencer à parler longuement, finalement je suis rester jusqu’au 24 et le 24 Olivia ma demander de partir en co-voiurage je l’ai très très mal pris, mais j’ai su pourquoi, elle voulais à tout prix faire les fêtes avec sa mère quitte à me perdre, et sont ex venais le 24 et il a dormis dans la chambre ou je dormais chez sa marraine vu que sa mère ma mis dehors, sa marraine ma dit, personne n’as jamais affronter la mère d’Olivia comme tu la fait, il fallais bien qu’un jour ou l’autre ça arrive, mais elle ma aussi dit que sa mère ne voulais pas me connaitre, elle voulais me laisser aucune chance pour être dans la vie d’Olivia sa mère a aussi dit quand j’étais pas dans la pièce, de toute façon il partira avant noel, ça veux tout dire non ? la mère d’Olivia est une personne fourbe, menteuse, manipulatrice, qui ce fou du bonheur de sa fille, elle hésite pas à remettre sur la table des sujets qui font pleurer Olivia, c’est une des choses que j’ai pas supporter et qui ont fait que j’ai pas pu garder ce que j’avais en moi, sa marraine avais des doutes sur moi mais après avoir parler pendant 2 jours pendant des heures et des heures elle ma dit que j’étais bien et que Olivia m’aimais vraiment, j’ai toujours du mal à y croire vu que depuis mon départ Olivia et distante, froide, elle me dit plus les mots quel me disais avant, sa marraine ma aussi dit que si la mère d’Olivia lui montais la tête Olivia serais prête à me quitter pour sa mère, sa mère est le genre de personne à dire ceci cela à propos de sa maladie pour obtenir ce quel veux, elle a aussi fais du chantage que si Olivia dormais avec moi chez sa marraine sa marraine ne verrais plus le petit, alors que la veille sa mère m’avais dit elle fais ce quel veux Olivia si elle veux dormir avec toi elle peu, c’est pour sa que je dit que sa mère est une personne fourbe, elle dit des choses à tout le monde et fais des choses mais par derrière dit et fais le contraire, finalement sa marraine et moi avons développer une affinité qui fais qu’on ce comprend sur une chose, Sur le bonheur d’Olivia, une chose que sa mère désire pas, je vous expliques pas tout à propos de leur vie parce que ce serais trop long et c’est pas ma vie c’est la leur déjà je pense en avoir trop dit à leur sujet, j’avais pas pleurer depuis Roxane mais les larmes ont finalement commencer à couler quand j’ai vu l’état dans le quel étais Olivia quand elle pensais que j’avais frapper sa mère et du à la façon dont elle regardais à l’heure actuel je sais plus quoi faire, n’y même quoi faire, m’aime tel vraiment ?et si elle m’aime vraiment, m’aime tel encore ? ça fais plusieurs jours que je suis parti, plusieurs jours que je sais pas dans quel état est Olivia, je me pose tellement de question j’ai tellement de doute que je sais plus quoi faire, j’ai ce manque de plus avoir le petit prêt de moi n’y Olivia mes sentiments pour eux sont réellement sincère mais je pense que ça va pas tarder à ce finir Olivia va partir et cette fois ce seras pour de bon, il y a une dernière chose dont j’aimerais vous faire part, sa marraine ma dit que Olivia lui avais dit avec les larmes aux yeux que personne n’as jamais affronter sa mère pour elle je ne sais pas si c’est vrai ou faux c’est une questions parmis tant d’autre que je me pose malheureusement. à votre avis que dois-je faire ?

  41. a écrit

    Je voulais juste te dire qu’hier, quand je t’ai lue, tu as réussi à me faire vraiment réfléchir, parce que j’étais vraiment décidé à le faire au mois de janvier. Mais après t’avoir lu, tu ma redonner espoir, et je t’en remercie beaucoup.

  42. Benjamin a écrit

    Je suit venu sur ce site car j’avait des pensée suicidaire pour me comprendre , mon père était atain d’une maladie proche de parkinson ce qui l’afaiblissait de jour en jour mais ce matin il mourut en s’etoufant devant moi et ma mère j’ai ensuite plonger dans une profonde tristesse mais en esseyant de ne rien laisser paraitre pour ma mère j’ai attendu d’être seul pour pleurer toute les larmes de mon corp et penser a mon avenir. Je n’ai que 15 ans et c’est arriver si vite mais comme ma mere est aussi malade il y a peu de chance qu’elle est ma garde donc j’en suit venu a penser au suicide mais c’est justement ma mère qui m’empeche de quitter ce monde car je ne veut pas la laisser seul dans son chagrin .

    Ce site m’a fait diminuer mes envie suicidaire et m’a montre qu’avec le temps la douleur disparaitra du moin je l’espere ..

  43. tof a écrit

    Bonjour
    Comme beaucoup de gens ici , j ai des idées d en finir…
    17 ans de vie commune avec la mère de mes enfants;du jour au lendemain, paf , fini.
    Ma femme étais pour moi mon point pivot ; le centre de mon univers ;elle étais tous pour moi; la je vie seul ; j ai pas de famille ; un seul amis ; c est dur dur.
    Ca fais plus ou moins quatre mois que ça c est passé; j ai l impression que tout c est écroulé autour de moi ; j ai plus de gout a rien…malgré ça j essaye quand même; mais je me sens comme mort de l intérieur.
    Pour rien arranger à ça;j’ai vécu la fermeture de l’usine ou je bossais depuis dix ans…
    Plus d épouse,plus de boulot,plus d entourage,pas de soutiens,plus envie de me coucher le soir,plus envie de me lever le matin,plus gout à rien.
    Je suis un grand fan de playstation , même ça,j’y ai perdu goût…
    J ai vraiment envie de m’en sortir mais j’en ai plus la volonté, j’y arrive pas.Cette idée de partir est omniprésente,je n’ai pas envie de me donner la mort,mais juste que toutes ces souffrances s arrêtent.
    Merci à ceux qui prendront le temps de me lire.
    Christophe.

    • JiM a écrit

      Cher Christophe,
      Il est difficile de comprendre ce que vit quelqu’un alors qu’on n’a pas vécu pareille situation, quand bien même, nous les vivons tous différemment.
      Ce que je voudrais te dire, c’est de garder espoir. Facile à dire.
      Le plus dur est la descente, plus on sombre, on se dit qu’on a touché le fond, mais il, y a encore un niveau inférieur, puis encore un autre, tant est si bien qu’on ne voit plus la fin : on coule.
      Cette angoisse qui te prends te dit que tu ne seras pas capable d’en supporter davantage d’où l’idée d’en finir. Mais quelque chose en toi te retient.
      Je peux te dire que plus tard, tu regarderas ce que tu as surmonté et tu seras fier de toi. Puis tu auras d’autres chutes libres, et tu te souviendras que tu as réussi à survivre une première fois, alors cette fois ci tu vas y arriver aussi.
      Pour ma part, le sommeil me faisant survivre, mais le reveil etait dévastateur, pire encore qu’avant de m’endormir, puis la tendance s’est inversée au fil des années, aujourd’hui je me ressource dans le sommeil, mais je m’oblige aussi à etre actif physiquement et ou sportivement.

      Si je peux t’aider, ce sera avec plaisir
      Courage tu n’es pas seul

      Amicalement

  44. BelluTex a écrit

    Merci énormément pour ton article j’ai passé une journée atroce et pendant les cours je ne sait pas se que j’ai eu mais mon coeur était brûlant tellement je me sentais seul et mal j’ai failli passer à l’acte mais j’ai trouver ton article qui m’a bien aidé ! J’ai des amis mais en termes d’amour je me sens seule enfin bref merci du fond du coeur je commence direct la thérapie ! =De

  45. a écrit

    Merci infiniment pour cette article j’ai failli passer à l’acte aujourd’hui ! Heureusement j’ai trouver ce lien ! Pendant mes cours je me suis sentitellement mal que j’avais l’impression d’avoir le coeur chauffer à blanc c’etais horrible je me sentais seul niveau relation amoureuse mais encore merci grâce à toi je compte me remettre d’aplomb

  46. Tim a écrit

    Bonsoir à tous,

    voyant que ce site est actif, je me permet également d’y poster quelque chose.
    Je suis âgé de seulement 23 ans mais je me retrouve dans la même situation que certain d’entre vous… Manque d’envie de faire quoique ce soit excepté dormir… Je n’ai plus le goût à rien… J’ai besoin de parler, mais je n’ai personne à qui le faire… J’ai besoin de m’exprimer sur ce que je ressens actuellement, mais personne n’est là pour m’écouter… Et de plus en plus j’ai envie d’en finir, car de toute façon, si personne ne veut m’écouter, cela veut dire que je ne manquerai à personne… C’est ce que je pensais avant de tomber sur ce site…

    Je suis quelqu’un de très (voir trop) sensible… Je m’attache vite aux gens, et j’ai du mal à accepter le fait qu’on me trahisse, hors, c’est mon quotidien depuis toujours…

    Niveau sentimental, je ne vous explique donc pas à quel point c’est dur… La plupart de mes copines se sont servies de moi (et oui, il parait que les hommes peuvent être des victimes autant que les femmes, bien que ce soit plus rare)… Et j’ai fini par me refermer sur moi même pendant des années (de 16 à 23 ans sans amies, sans copine, rien)… Et ici, depuis quelques mois, je me suis trouvé une fille qui semblait à première vue me ressembler énormément… J’ai très vite sympathisé, nous avions les même délires, et j’ai cru que j’aurai pu reprendre goût à quelque chose… J’avais un objectif à la base avec elle, c’était de m’ouvrir à nouveau au monde et recommencer à confier mes problèmes, en commençant par les confier à elle… Le soucis ? Sa vie bien plus merdique que la mienne… Ce qui fait que chaque fois que je me plains d’un petit truc, elle me sort que ce n’est rien et qu’il n’y a pas de quoi en faire un drame… Pour faire court, quand je suis avec elle, j’arrive à reprendre un peu le goût de la vie, mais quand nous ne sommes pas à deux, son caractère négatif me rend encore plus mal qu’avant vu que je le suis aussi…

    De plus, j’ai toujours fais des mauvais choix dans ma vie… A chaque fois que j’y repense, je me dis que l’autre choix aurait été le meilleur… Alors autant faire le mauvais choix pour des choses sans importance ce n’est pas grave, autant faire le mauvais choix pour des choses impératives c’est plus dur…

    Je suis seul, sans amis… Mes études ne me plaisent pas et ma mère (seule pour élever 2 enfants à l’unif) ne veut pas que j’arrête… Ma copine me rend mal la moitié du temps et bien l’autre moitié… Je n’ai aucune activité autre que rester seul chez moi sur le PC…

    Je sais que ceci n’est rien comparé à ce que certains vivent par rapport à moi (même si ici je n’ai effleuré que la surface de ma vie)… Mais je sais que je n’ai besoin que d’une chose pour remonter à la surface… C’est de pouvoir parler, parler de tout et de rien… Partager du temps avec quelqu’un qui me comprenne et non pas quelqu’un qui me nie ou me rejette… Car oui, pour finir, j’ai jamais eu personne à qui me confier, vu que le plus souvent on se plaint de ma négativité… J’ose même pas imaginer si je devais dire tout ce que j’avais sur le coeur…

    Merci à ceux qui ont prit la peine de me lire.

  47. Lucy a écrit

    Je suis épuisée, fatiguée physiquement et mentalement. Rien ne m’a aidé. J’ai tout essayé, cela dure depuis 10 ans et ça s’en pire. Je ne suis pas faite pour vivre dans ce monde.

    • Thibaut a écrit

      Bonjour Lucy,
      Pour réagir par rapport à ton commentaire, je préciserais que tu n’es peut-être pas faite pour vivre dans la société française, qui est une des plus difficiles à vivre, où la plupart des gens sont égoïstes, fermés d’esprit, toujours insatisfaits…
      C’est pour cela que je suis parti vivre dans un autre pays, et cela a changé ma vie.
      Je ne connais pas ta situation, mais cela pourrait peut-être changer la tienne également.

  48. sarah a écrit

    en cherchant un moyen pour me suicider je suis tombée sur cet article, mais malheureusement ou heureusement, ça ne change rien. j ai quitté tout le monde, mes amis, ma petite copine, ma famille. et je reste dans le lit durant des jours à rien faire. là j ai quitté le monde exterieure il me reste qu à me quitter. :)

  49. Aileen a écrit

    Je suis venue sur ce site parce que je voulais en finir (nan sans blague !) Pour faire court, je suis plutôt jeune (mineure, je tiens pas spécialement à dire mon âge…) et vu de l’extérieur ma vie a l’air génial : bonnes notes, toutes mes chances de réussir dans la vie, ma famille SEMBLE super, etc… Mais pourtant… ma famille est loin d’être « super » (ils disent que je ne sert à rien, car soi-disant je ne fais rien), mes amis c’est comme si j’en avais pas : les gens m’aiment bien, alors ils deviennent amis avec moi, mais au bout d’un moment, ils se rendent compte que je suis trop bizarre (selon eux) alors ils me laissent tomber du jour au lendemain (ce qu’on ressent à ce moment là est juste horrible et ça m’est arrivé une bonne dizaine de fois !), résultat : je n’ai plus que deux amies (l’une, je n’arrive pas à me confier, l’autre me fait plus de mal que de bien) ajoutez à ça le fait que j’ai une santé de m**** (désolée mais c’est vrai) Je suis seule avec mes problèmes, je n’ai plus envie de rien faire (ni de dormir, ni de bosser, ni de manger, ni de faire ce que j’aime faire en temps normal), j’en viens à vouloir me suicider, je me suis même déjà ouvert volontairement avec un couteau !! Je suis entrain de sombrer et je ne peux pas faire ce que propose Thibaut car je suis MINEURE (finalement je vais dire mon âge : 14 ans) !! Alors le psy… it’s impossible ! Comment faire pour m’en sortir ? HELP ME PLEASE !!!! (Et oui je sais, il y a des gens qui ont des vies pires que la mienne et je les admire !)
    Désolée pour ce très long message mais j’en avais besoin (à défaut de ce confier à quelqu’un que je connais…)
    Gros bisous (et oui même si on ne se connaît pas ! ^¬^)
    Aileen

  50. JiM a écrit

    Mes chers compagnons,
    Beaucoup de vos commentaires resument les souffrances qui nous ont amené ici, et nous pouvons ainsi échanger.
    Peut être etes vous comme moi, espériez vous secrètement y lire des témoignages plus poignants les uns que les autres pour vous rassurer que vous n’êtes pas seul et qu’il y a des gens tout proches qui vivent des situations pires que la votre, pour autant ils sont encore là.
    Si nous lisons et ecrivons ici c’est parce que nous avons encore l’espoir de nous en sortir. Même si des moments de crises nous font penser à l’impensable, quelque chose nous retient d’en finir, probablement l’amour que nous avons pour quelques uns ou unes, refusant des les faire souffrir plus que ce que nous souffrons.
    Je pense que ce qui nous, retient c’est pas vouloir faire vivre notre enfer à ceux que nous aimons et préférons continuer à le subir plutôt que de le leur faire subir. Mais il ne faut pas que notre mal être devienne davantage insupportable…
    Je n’ai pas la prétention de donner LA solution, je suis comme vous tous, faible et fragile, raccroché à une brindille au desus d’une fournaise dévastatrice.
    Je voudrais me présenter sans trop entrer dans les détails, juste essyer de faire ressortir dans tous ce marasme, le positif est que je suis encore là avec vous.
    Après 8 ans de vie commune, je rentre un soir à la maison, mon fils et ma fille, 5 et 2 ans avaient quitté la maison avec leur mère. J’avais déduit qu’ils étaient quelque part avec le mari de ma soeur, je ne reverrai mes enfants que 1 mois plus tard après multiples investigations.
    Je sombre aolrs dans une profonde depression avec plusieurs passages en HP et diverses TS.
    Je remonte la pente tant bien que mal, et 2 ans plus tard, je retrouve une pseudo vie soiciale dans un nouvel emploi.
    Mon embarcation chaotique a pris l’eau à maintes fois mais j’ai réussi à écoper et la maintenir à flot, non sans l’aide de ceux qui m’aiment (inutile de preciser qu’ils se comptent sur les 2 doigtss de la main)
    Puis après une épreuve de mise au placard dans mon travail, la rechute. Retour case départ mais niveau moins 1. Licencié pour inaptitude avec danger immediat, je vous passe les détails, il me faut tenir bon, c’est « vital ».
    J’ai eu la chance de vivre 2 années avec mon fils qui a souhaiter habiter avec moi, de 13 à 15 ans. J’ai essayé de profiter de ces moments au mieux malgré les difficultés de l’adolescence.
    Projet personnel et professionnel, remarié entre temps, je construis une maison pour y recevoir mes enfants dans l’espoir de les y retrouver.
    En octobre 2012, le 27, un accident de voiture achevée brutalement la vie mon fils, mon neveu et un de leur copain, 17, 19 et 23 ans.
    Tout s’effondre.
    En aout 2012, ma fille qui la métropole avec sa mère et son beau père, elle est maintenant à 20000km.
    J’en suis là aujourd’hui.
    Très souvent, je puise dans ces boites de somnifères, et d’anxiolitiques.
    Il serait si facile de ne pas se réveiller au matin. Mais je ne veux pas que ceux qui restront souffrent autant que je souffre, alors je préfère encore continuer à souffrir pour les épargner, oui, mais pour combien de temps?
    Je sais que la solution n’est pas « mourir » mais retrouver un équilibre.
    Parler, écrire, écouter est vraisemblablement une étape dans la solution, se rendre utile aussi, et aider les autres en dévoilant son vécu, ses douleurs et ses démons peut nous aider mutuellement.

    J’aimerais profiter du temps qu’il me reste à vivre à aider mes companons d’infortune que vous êtes à m’aider. Nous pouvons nous aider ensemble, genre unis dans les souffrances que vous endurons.

    Reprenons gout à la vie, non pas sur les douleurs du passé mais sur les plaisirs du futur.
    Facile à dire!

    J’y réfléchi,, je vais aller faire un tour sur mymajorcompany, etc., comme un intervenant ci dessus l’a suggérer, j’ai une petite idée…, les votres sont les bienvenues.

    J’espère que la vie continuera à vous montrer son côté lumineux,, et que nous viendrons un jour témoigner ici même que nous avons tenu bon et que ça en valait la peine.

    Merci de m’avoir lu jusqu’ici, pardon si j’ai parfois été confus.
    JiM

  51. Nawo a écrit

    Bonsoir. J’ai 14 ans, et comme tout le monde ici présent, il me semble que vous l’aillez compris: je veux en finir. Tout d’abord, je ne veux pas que l’on me juge pour mon âge, que l’on me dise sue je suis jeune et sue j’ai toute la vie devant moi, non s’il vous plait. Honnêtement, je ne m’attendais pas à ça en tombant sur ce site. Je voulais simplement voir s’il y avait un moyen de partir d’ici sans souffrir, et sans faire trop souffrir son entourage… (ce qui, malheureusement, n’est pas possible). Je ne vais pas raconter exactement pourquoi je veux mourir, mais j’en ai simplement marre de vivre, je ne sais pas trop comment expliquer… Je ne mérite pas de vivre, je suis inutile dans ce monde, je ne suis aimée de personne, j’ai des problèmes, tout m’insupporte, je n’en peux plus, vraiment. D’autres personnes, qui liront mon message, penseront  » qu’il y a plus important comme raison de suicide que la mienne » mais je n’en peux plus. Je n’en ai jamais parlé à personne, les quelques amis que j’ai je sais que je ne peux pas leur en parler, ils me jugeront et ne me verront plus pareil. Mais, le problème, c’est que je ne me vois pas non plus en parler à un inconnu, un adulte, et un psy, sachant que si je consulte un psy, mes parents seront au courant que je veux en finir avec tout ca, hors je ne veux pas. Enfin bref, passons. Je ne veux plus souffrir, donc partir, mais en même tant j’ai peur, peur d’avoir mal physiquement et psychologiquement, je pende être prête mais je ne suis pas assez forte pour passer à l’acte…

  52. Hector a écrit

    Thibaut!
    D’abords merci pour cet article positif, c’est bien d’essayer d’aider les gens.

    Je ne sais pas si vous mêmes êtes psychologue ou ex suicidaire, mais en tant que personne lucide ayant connu les charmes de la vie de suicidaire, je dois dire que, comme souvent dans ce genre d’article vous faites l’erreur de prendre le(la) suicidaire pour un(une) idiot(e). Or mon psy (la référence est floue mais il y en a une) affirme au contraire que la dépression est souvent preuve d’intelligence, la preuve d’une capacité d’analyse de la situation et de remise en question.

    Vous énoncez des statistiques c’est très bien… sauf que je ne vois pas de références et que celles ci me sembles assez floues par exemple vous dites : « D’après certaines études, si tu ne vas pas voir un spécialiste, le risque que tu commettes un suicide est de 20%. Si tu vas voir un spécialiste, le risque n’est que de 0,1% seulement !!!!! »… alors comme ça, 20% de la population Française qui ne va pas chez le psy se suicide? évidement non, mais ce 20% est calculé par rapport à quelle population? la plupart des dépressifs ne sont même pas référencés!

    Ensuite… vous pensez sincèrement q’une personne suicidaire n’a pas pensé à sa famille avant de passer à l’acte? vu ne nombre de lettres d’excuses qu’ils laissent derrière eux je crois qu’on peut aussi oublier ce point.

    ensuite je vais dire point par point les contre arguments que la plupart des suicidaires soulèvent lorsqu’on leur propose un pseudo mode d’emploi vers un bonheur miraculeux!

    1) Il y a de l’espoir !

    Bien sur, l’espoir il y en a toujours! l’espoir c’est le moteur qui permet aux esclaves de trimer toute leur vie dans l’espoir d’être libéré, voire bien traité, c’est ce qui a enrichi l’église quand les riches marchands leur ont donné des fortunes dans l’espoir de sauver leur âme… c’est ce qui fait avancer l’âne qui tire sa charrette…
    l’espoir est un moteur superbe, mais l’espoir va de pair avec la déception… les dépressifs ont eu trop de l’un et de l’autre. ne leur servez plus d’espoir c’est une insulte à leur souffrance. à la limite une petite certitude ne leur ferait pas de mal…

    2) Attends 3 jours de plus…

    Oui, ç’est indéniablement plus sage d’attendre 3 jours de plus… mais bon quand ça fait 10 ans qu’ils y pensent et qu’ils se disent qu’ils se donnent le temps de la réflexion… ben l’argument perds de sa valeur ne trouvez vous pas? mais 3 jours de souffrance de plus c’est toujours ça de gagné…

    3 Regarde les statistiques

    Bon quand on est dépressif, on n’est pas très doué pour les recherches sur google du coup les statistiques sans référence ça n’empêchera personne de se suicider de plus quand on est dépressif, on voit le verre a moitié vide et donc on se verra dans la partie statistique de ceux qui passent à l’acte… bref non ne regardez pas les statistiques, on vous rabâchera que vous n’êtes pas seuls etc, mais ce n’est pas tout à fait vrai : ce n’est pas votre psy qui affrontera vos angoisses à votre place, et encore moins un pourcentage… le seul élément positif que vous pouvez tirer de cela, c’est qu’il existe Probablement une porte de sortie à votre peine… une porte? pardon je voulais dire un parcours du combattant.

    4 parler à quelqu’un

    ça oui il faut le faire : pas forcément parce que cette personne à la solution à tous vos malheurs, croyez moi, les gens qui croient mieux connaitre votre peine que vous sont souvent trop stupides pour la comprendre ou alors ils sont complètement fous car personne de saint d’esprit n’a envie de mettre les pieds dans le b…. désordre dans lequel vous vous trouvez… Mais croyez moi, il n’y a pas de plus grand plaisir que de voir la panique monter dans les yeux de l’inconscient qui croyait pouvoir résoudre tous vos problèmes d’un coup de baguette magique, et c’est valorisant parce qu’enfin une personne dans ce monde comprend que si vous avez envie de vous foutre en l’air ce n’est pas parce que vous êtes égoïstes ou superficiel(le)s… Cette panique vous donne enfin un peu d’estime de vous même car vous comprenez que ces gens à qui tout réussit, que vous admirez et enviez à la fois auraient été tout à fait incapables d’endurer ce que vous avez enduré.

    5 fais des listes

    Ok alors quand je suis dépressif et que je fais une liste de mes qualités…


    faudrait tout de même pas oublier que quand on est dépressif, on est aussi deprecif donc on se … déprécie! du coup on sait très bien faire la liste de nos défauts, et toutes les qualités qu’on pourrait se trouver passent immédiatement dans la case défauts, en voici quelques unes :
    – Remise en question = auto dépréciation constante
    – Empatie (oui, contraiement à ce qu’on peut croire, les dépressifs ne sont pas uniquement tournés vers leur malheur, ils en cherchent la trace sur les autres, ils cherchent aussi souvent un moyen pratique de supprimer leur vie au profit de celle des autres…) = Apathie : on se laisse marcher sur les pieds.
    – Courage (c’est facile de vivre quand tout va bien, mais vivre malheureux… il faut le faire) = résignation : on s’enfonce toujours plus et on n’est même pas capable de réagir…
    – intelligence (la dépression est très rare chez les idiots parait il?) = dépression/ou folie?

    bref rassurez vous : vos listes seront completement biaisées c’est pas grave.

    6 prends rendez vous chez un spécialiste

    Oui (pour les mêmes raisons que le 4) et en plus les gens prendront peut être enfin conscience que dans votre tête ça ne va VRAIMENT pas… en plus c’est parfois assez cocasse de voir un psy etre convaincu que votre traumatisme vient du déménagement qui a eu lieu dans votre petite enfance et qu’il se démène avec ça alors que ça ne vous touche absolument pas… et c’est assez drôle de voir une autre personne essayer de nager dans votre jus et de vous rendre compte qu’elle est bien moins capable d’y flotter que vous! … en plus parfois ils tombent par hasard sur une des causes de votre mal et ils vous font du bien en plus de vous avoir amusé!

    7 Bouge!

    Aaaah tout de même un conseil que j’approuve à 100%! bouger ça a des avantages multiples : ça rend un peu moins moche même si ça ne se voit pas, ça permet de rencontrer d’autres des inconnus qui croient parfois que vous êtes heureux et qui rigolent à vos blagues débiles, en plus ça évite de casser le mobilier ou de de coller des coups de cutter sur le visage pour essayer de savoir si la douleur est supportable ou pas… mais surtout ne faites pas l’erreur d’avoir un but du genre perdre tant de kg, d’avoir des beaux muscles, d’atteindre la ceinture noire etc… vous allez encore vous dévaluer inutilement si vous échouez!
    Un détail : ça coute des sous! mais qu’est ce que ça peut vous faire si votre autre option c’est de vous zigouiller?

    8 répéter les étapes 6 et 7 régulièrement

    un dernier point sur le « très vite ça ira mieux » : c’est des clowneries (et je mets le « L » pour rester poli) Je sais que la vue est quelque chose de sacré, mais je me refuse a laisser dire des fausses promesses à des gens qui souffrent si cruellement, ce sont des gens qui ont perdu jusqu’a l’espoir que leur vie ira mieux à un moment ou à un autre… on ne peut pas dire à un amputé « t’inquietes, dans 3 jours tu galoperas à nouveau ». On dit souvent que des gens ont regretté d’avoir tenté de se suicider mais on ne parle jamais de ceux qui regrettent de ne pas avoir tenté de se suicider… Parfois la douleur est telle que rien ne la fera totalement disparaître…
    mais pas toujours!
    effectivement, parfois, souvent, après ce qui semble etre une éternité de douleur, d’humiliation, ça va mieux (même si une fois encore tout le monde ne meurt pas heureux avec le sentiment d’avoir réussi sa vie)

    Bref je ne vais pas tenter de dissuader qui que ce soit de tenter d’attenter à ses jours, je vais plutôt essayer de répondre au sujet d’au dessus comment se suicider de façon originale et incroyable?
    la réponse est simple et vous la connaissez : en rendant votre mort positive pour la vie des autres or aucun suicide ne permet çela, car un suicide rendrait votre famille malheureuse… mais un changement de vie radical pourrait faire l’affaire : je connais certaines personnes qui se sont « suicidées » en rejoignant l’armée et en changeant radicalement de vie, d’autres ont rejoint des associations humanitaires… d’autres encore ont pris leur sac a dos et sont partis à l’aventure sans un sou en poche… tous ont pris des risques démesurés, certains sont morts d’autres ont trouvé un sens un peu étrange à leur vie (n’allez pas rejoindre une secte tout de même… quoique votre famille en souffrira moins).

    Je sais ce qu’un dépressif répondrait à cela : c’est trop dur, je préfere me tuer tout de suite… et c’est vrai, changer de vie est stupidement difficile dans un pays tel que le notre,mais croyez moi : j’ai passé suffisamment de temps devant mon moyen d’en finir perso pour savoir que le geste fatidique est encore plus difficile.

  53. Valou a écrit

    Bonsoir, comme beaucoup sur ce blog, je cherchais « comment faire un noeud coulant ».

    Mais ce fût de courte durée. Enfin ça c’est pour ce jour même.
    J’ai 46 ans et cela dure depuis le temps de mon adolescence , première TS à 13 ans.et bien d’autres ensuite , sans compter les internements en HP ,les psy en tous genres. Ma dépression viendrait de mon enfance et ado qui ont été malmenées.

    Un jour l’amour, cela dure depuis 6 ans. Un chéri adorable que j’aime de tout mon coeur. Mariage en 2014.
    Depuis que je l’ai connu, j’ai réduit les médocs que je prenais depuis 1996, entre autres dépakote, lysanxia, lexomil, divers somnifères , et divers antidépresseurs. Et tout récemment j’ai arrêté le dernier que je prenais.(séroplex)

    Et voilà que la dépression me rattrape, s’insinue. Je me bats tous les jours je résiste mais les idées noires rôdent. Je ne veux pas retomber dedans ni dans les médocs.
    J’aimerais tant être plus forte, mon chéri me donne la force, mais d’autres événements graves ont eût lieu et j’ai du mal à ne pas y penser.
    ça me ronge.

    Je sais que je ne mettrai pas fin volontairement à ma vie même si l’envie me tourne autour.
    Merci sincèrement pour ce blog, je souhaite de tout coeur que tout le monde s’en sortent enfin.

  54. Oriana. a écrit

    Bonsoir Thibaut ,
    J aimerai te parler STP …. N ayant personne a qui parler , cela est très difficile , aussi te dire merci pour tout ce que tu fait pour les gens qui souffrent . Beaucoup de compassion cela fait du bien dans ce monde de fou .
    Amicalement
    Oriana

  55. melodia a écrit

    Bonjour,

    En effet, bien rédigé et plein d’entrain, mais…
    – Je consulte psychologues et psychiatres
    – Je participe à des forums pour discuter et me changer les idées (car pas d’amis, ni connaissances ou famille)

    En résumé, une peine amoureuse dont je ne me remettrai jamais. J’ai passé à l’acte plusieurs fois jadis (appels à l’aide) mais cette fois, je sais que je n’y réchapperai pas… Enceinte d’un homme qui m’a quittée pour son ex-femme, qui pourtant m’aime, et dont je suis amoureuse… cruel destin que je n’accepterai jamais…

    Merci quand même pour ton article, j’espère que tu auras pu aider quelques âmes.

  56. blb a écrit

    Bonsoir
    J’ai un parcourt tres compliqué,de plus en plus de bagage, donc de plus en plus lourd.Des choses de mon fait, des choses subit et des manques de chances.
    Je cherchais des sujets sur le suicide pour trouver un moyen de déculpabiliser mon entourage, car difficile de dire a des personnes , »je vais me suicider ,mais ne culpabilisé pas car personnes en n’est responsable, c’est simplement une accumulation ect…..  » faut admettre que cela serait tordu.
    En rebaJe suis passé et passe par différente etapes,envie vraiment d’en finir ,d’étre a la porte de le faire sous impulsion et de se retrouver dans une situations imprévu qui vs en empêche, se qui donne un mélange de désemparé et Légé sourire puis grosse grise de larmes et envie de dormir.
    Penser a faire croire a l’accident, voiture contre un mur par exemple, peur de s’louper car dernière seconde tu hésite et qu’au bout du compte tu n’as qu’une jambe cassé et plus de bagnole.
    J’ai eu également le s.o.s, jamais fait mais imaginer un pseudo suicide au moment ou quelqu’un arrive.
    Il est difficile aussi de se dire que tu va faire du mal a l’entourage, mais a la base tu veux en finir pour ne plus subir et arrêté de faire semblant que tous va bien et de rendre inquiet les personnes qui constate que tu vz mal malgré que je fait tous pour le dissimulé.(par moment tu n’as plus la force de l’cachEr),donc tu n’verra pas et sentira pas le mal fait, tu souhaite que l’entourage ne te juge pas, accepte ta décision et sois ravi que je sois enfin appaisé, mais ça c’est Impossible.
    En revanche Le sujet si dessus a repondu a certaine de mes question ou conforté, entre lâcheté et courage par exemple.J’pense pas que l’on puise le préparer longtemps a l’avance, jour heure et comment.
    J’pense pas être tordu et je suis conscient que se posé ces questions peuvent paraitre anormal.
    On peu penser ,que si on le veux vraiment on peu, ben non, je N’aimerai pas sauter d’une falaise ou alors dans l’océan pour être certain de ne pas être retrouvé.
    Sur 25ans J’suis aller voir plusieurs psy,j’ai également bu pendant plus de 20ans,je ne bois plus pour ne pas faire de mal,j’n’aime pas le personnage que je suis depuis que j’ai arrêté il y a 8ans ,j’essai de montrer une image ,des histoires.J’ai eu envie d’enfants
    j’en ai pas car j’ai tjr eu la présence d’esprit que j’n’pourrai l’élever sereinement,de plus je n’arrive pas a garder de relation stables et du mal a garder mes boulots
    Certainement un suicide social avant l’physique.

  57. leelou a écrit

    Bonjour,
    moi aussi je pense fortement (50 fois par jour) à mettre fin à mes jours, et cela fait des années, avec des périodes plus dures que d’autres. Pourquoi? Parce que j’ai une dépersonnalisation et qu’en plus je parle très peu. Et comment changer de vie quand on ne va pas vers les autres? Je n’ai ni copain, ni enfant ni travail et j’habite dans une ville morne qui me rappelle de mauvais souvenirs. J’ai fait une tentative qui a échoué par manque de temps. J’étais pas loin du but. Le réveil fut difficile. A 32 ans, j’ai fichtrement l’impression d’avoir raté ma vie, et bien que ça ne soit pas entièrement de ma faute, c’est douloureux et frustrant. J’ai selon plusieurs psy une psychose et ça si c’est pas une maladie incurable qu’est ce que c’est? Je suis enfant de secte et je n’ai jamais trouvé ma place dans ce p****n de monde.
    Bien à vous

    • Miidniight a écrit

      J’ai ce même sentiment à 24 ans…
      Je cherche un moyen de passer mes journées…
      Je suis très solitaire car j’ai du mal à m’exprimer, et j’espère qu’un jour nous trouverons un moyen de nous intégrer dans ce monde…

  58. Cécile a écrit

    Salut Thibault, j’ai 12 ans et je suis au fond DJ trou. Je ne me sens pas bien, je me scarifie les veines. Je veux mourir et ton article ma fait du bien… je vais essayer le Sport…. je ne suis vraiment pas bien…. <3

  59. Celeste a écrit

    Bonjour,

    Je viens de lire ton article (tu l’as posté il y a un petit moment mais bon je tente quand même). Je suis exactement dans cette situation de souffrance insupportable dont je ne sais plus comment m’en sortir et doute d’y arriver… je ne pense pas qu’il s’agisse d’une souffrance passagère, je pense avoir un réel problème, peut-être même qu’une maladie est à l’origine de tout cela, que sais-je ? Donc voilà, j’ai 19 ans et j’ai ides pensées suicidaires depuis que je suis au CE2… je ressens une souffrance constante sans savoir pour autant pour quoi, je m’en suis toujours sortie seule, mes proches essayant d’ignorer mon problème préférant m’engueuler constamment à la place (cela comprend aussi mon copain actuel avec qui je suis depuis 1an et demi maintenant et qui ne supporte pas mon état et passe son temps à m’engueuler, me rabaisser et m’ignorer). Il y a tout e même des périodes où je vais un peu mieux, c’est pourquoi je ne perd pas espoir… le problème c’est que je n’arrête pas de m’imaginer passer à l’acte.. mais je ne veux pas du tout de ça! c’est mon subconscient et la douleur qui me forcent à y penser du coup ca deviens encore plus pesant que d’habitude… je n’arrive plus à m’arrêter de pleurer et cela deviens difficile de garder mon calme et mon sérieux durant les cours…mon couple commence à battre de l’aile à cause de mon problème…

    Je tiens donc à te remercier pour cet article, il y a une étape que j’ai déjà effectuée de mon propre chef, j’ai pris rendez vous avec mon médecin traitant pour pouvoir voir un psychologue, j’ai déjà eu une mauvaise expérience avec l’un d’eux mais je sens que c’est la seule solution, d’avoir fait cette démarche m’a beaucoup coûté…. mas ton article m’a aussi fortement réconfortée et m’a donné le courage d’affronter mon problème à nouveau.. même si je suis seule dans ce combat je pense pouvoir y arriver à présent, j’ai aussi effectuée ton étape des listes et d’écrire cela m’a fait un peu de bien, ca m’a soulagée un peu. Et je savais déjà que si je faisait quoi que ce soit de dangereux pour moi je risquait de faire souffrir certaines personnes que j’aime et je ne veux surtout pas que la souffrance que je ressent me pousse à les faire souffrir à leur tout, j’aimerais vraiment pouvoir aider autant de monde que possible (c’est pour ça que je soutien et conseil mes amis) afin que personne d’autre n’ai à souffrir comme je souffre, malgré mon problème je prend sur moi pour aider les autres.

    Et je sais pertinemment (je le savais, je l’avais compris avant de lire ton article, mais celui ci m’a renforcé dans cette idée la) que ce que j’ai le plus besoin après toutes ces années c’est d’avoir quelqu’un qui m’écoute et me soutienne véritablement, quelqu’un qui m’encourage et ne me juge pas, c’est en bonne partie à cause de cette solitude dans mon combat que j’ai perdu la confiance en les autres… mais toi, je l’ai bien vu dans ton article, dans ta manière de parler et surtout de répondre au commentaire que tu ne juge pas et que tu souhaites vraiment aider les autres, alors si jamais tu penses pouvoir m’aider en me parlant, ce serait avec grand plaisir.

    Encore un énorme merci à toi.

  60. a écrit

    Bonjour Thibaut,
    Bravo pour ton bel article. Moi aussi, j’ai eu un peu peur du titre, mais il est très logique.
    Il y a quelques années j’ai été touché par le suicide d’un proche. C’est un immense gâchis et une dévastation pour tout l’entourage. Si seulement mon ami avait s’était confié à tous ceux que son départ a bouleversés, il aurait compris qu’il était aimé et entouré, bien au delà de ce qu’il aurait pu imaginer.
    Parlez. Confiez vous. A vos amis, vos proches, ou à des gens dont c’est le métier. Il y a tellement de solutions.

  61. a écrit

    Bonjour,
    Moi je ne suis pas venu sur ton site en faisant la recherche dans google mais par un lien d’un autre site et j’avoue que le titre m’a fait peur en ayant a l’idée qu’il existe des méthodes pour mettre fin a des vies sans souffrance mais quand j’ai lu que « malheureusement, il n’existe aucune méthode » je me suis dis que ce site doit être riche en information pour les internautes qui veulent vraiment évoluer psychologiquement dans la vie.
    Merci pour le contenu.

  62. a écrit

    J’ai 13 ans et j’ai voulue tenter la mort mais après avoir lis j’ai tous suite que la la famille donc non j’ai déja tenter me tué avec un couteau mais ‘ai juste seigné enfin brf merci

  63. Nisol Charly a écrit

    Qui que vous soyez, je vous remercie du fond du cœur pour le temps que vous avez passe pour décrire votre méthode aussi surprenante que pertinente !!!
    Bravo, combien de personnes avez-vous donc aides voir sauves d’une façon ou d’une autre !!!
    Je me suis surpris a reconsidérer les choses sous un angle plus correcte et à relativiser mes maux insignifiants par rapport à tous les malheurs bien plus graves de bon nombre de gens ont vécus, vivent et\ou vivront !?…
    Je suis encore victime d’une belle déprime mais je ne penserai plus au suicide car comme vous le dites si bien, d’autres proches en souffriront. C’est en fait un acte plutôt égoïste car même en prenant l’option d’une personne qui n’aurait ni parent, ni proche, rien ne permettrait de dire que personne ne souffrirait de son suicide. Le simple fait d’apprendre les statistiques du nombres de suicides chez les jeunes aura de quoi déprimer plus d’une personne. De plus un suicide ne peux pas rejouir les membres de services médicaux qui viendront et rien ne nous permet de dire qu’ils ne seront pas affectes à quelque niveau.

    Quand je pense que l’on donne le prix Nobel de la Paix a un chef d’état implique dans plusieurs guerres (même si il ne les souhaite pas, il y participe) et qu’en France , on va jusqu’à remettre la Légion d’Honneur à quelque star américaine tel Tom Cruise, si si…. C’est des personnes telles que vous qui avez vraiment du mérite !!
    Alors que ce soit en mon nom ou au nom de tout ceux qui ont lus et/ou qui liront votre article, je vous remercie un nombre incalculable de fois et que Dieu vous accorde tout le miel de la vie que vous méritez…..

    Bien à vous

    • Thibaut a écrit

      Merci beaucoup Charly pour ton commentaire, cela m’a touché !
      Cet article a déjà réussi a aidé et sauvé des personnes, et j’espère que cela continuera ainsi !
      Je te souhaite le meilleur pour la suite.

  64. alex a écrit

    Bonjour, j’ai 21 ans et j’ai l’impression d’être perdu depuis mon enfance. De la primaire au collège je n’était qu’un enfant qui se sentait seul et inutile, ma famille l’avait remarqué mais n’ont jamais vraiment fais quoi que ce soit, le seul à l’époque avec qui je pouvais en parler, qui m’écoutait, sur lequel je pleurait était mon chien. Au lycée, il n’y avait que des inconnus, j’ai voulu me reconstruire, me faire des amis, rencontrés une fille, trouver un sens à ma vie; malgré le fait de mettre dépasser en allant vers les autres, réussir à me faire de bons camarades, quelque chose en moi m’a refusé de me laisser trouver le bonheur: lorsqu’on m’invitait je refusais, lorsqu’une fille ma fait sa déclaration je l’ai accusée de se moquer de moi(cela me ronge encore aujourd’hui car je l’aimais). Depuis que je suis sorti du lycée je n’ai aucun vrai contact vers l’extérieur, mon père a eu un accident qui la rendu handicapé (même fou pendant 2 semaines, il ne nous reconnaissais plus et nous traitait tel des meurtriers), ma mère s’est recluse et ne parle plus qu’à ma soeur, quant à moi je perd tout goût pour ma vie (j’ai dû il y a un an empêcher mon perd de se pendre, il se noie dans l’alcool). Ma soeur s’échappe de la situation en se concentrant sur l’école et ses amies; je l’envie beaucoup même si cela la ronge elle aussi. Lorsque j’essayais de parler de se que je ressent avec mes parent, ma soeur ou d’autres proches, ils feignaient de m’ignorer ou m’insulter, mon père lui m’avait giflé; j’enfouis tout cela au fond de moi mais j’ai envie de hurler que j’ai besoin d’aide mais je sais que même si on me tendait la main je le refuserait avec violence. Je veux être quelqu’un d’autre, je veux que que l’on me force à devenir quelqu’un qui est heureux de vivre parce qu’au jour d’aujourd’hui tout ce que j’entrevoit c’est ce gouffre vers lequel je plonge malgré moi.
    Désolé d’avoir autant dit mais j’avais besoin que cela sorte et j’ai l’impression que tu pourra me donner une réponse qui m’aidera.

  65. max a écrit

    Bonjour,
    c’est juste pour vous dire que je voulais me suicider et que quand j’ai vu mon chat j’ai tellement pleuré que j’ai oublier de passer à l’acte donc essayer de trouver des personnes à qui parler et vous irez mieux

  66. Stef a écrit

    Ce n’est pas évident de mettre des mots sur des sentiments et d’exliquer en quelques lignes les raisons qui peuvent pousser au suicide. Je suis toujours partie du principe que le suicide est une forme de sélection naturelle…je m’adapte,ou je meurs et la nature ne fait pas dans les sentiments…
    Le plus épuisé ou le chétif n’échappe pas à la lionne…Ce problème d’adaptation est présent dans tout ce qui nous entoure ; au travail,avec les amis,ou même le petit pommier qui se laisse germer.

    Ce n’est pas la première fois que je pense au suicide.J’en conclus donc que je suis inapte au monde qui m’entoure. J’ai plus de 40 ans aujourd’hui et je fais le bilan d’une vie ratée et dissolue .

    Alcoolique,usé et tellement fatigué de mes echecs permanents et de cette « sainte malchance » qui me colle à la peau depuis mon enfance. Aujourd’hui j’erre,je ballade…j’écoute le vent dans mes volets et quelques morceaux de musiques dans cette profonde solitude car,depuis des années,j’ai perdu confiance aux autres…Vous savez ? cette peur instinctive qui empêche d’avoir confiance en qui que ce soit . Mon discours peut laisser l’idée de croire que je suis dépressif mais ce n’est pas le cas..

    J’ai parfois envi de prendre mon sac a dos,mon duvet et de m’enfuir loin sur les routes là où la vie me menera . Mais ça,ça n’existe que dans les films et la réalité est tout autre et un destin tragique peut arriver à celui qui erre seul,sans but.

    Pendant mes randonnées,je regarde ces belles maisons et les familles qui y sont en me demandant pourquoi,a mon age,je n’ai pas réussi à avoir le même destin qu’eux.Une famille,des enfants,une petite femme à dorloter..ça,ça serait le top.

    Je vie de petits boulots avec un compte qui est souvent à découvert (comme beaucoup de personnes).Et je me dis…merde,pourquoi tu n’as pas un bon job et un bon salaire avec une méchante bagnole où tu pourrais craquer un pétard au volant et aux yeux de tous.Tu t’en fous,t’as réussi…
    Mais non,je dois me contenter de cet appartement minable où je serais expulsé bientôt car je ne gagne pas assez pour payer le loyer.Croyez moi,j’ai tout fait et tapé à toutes les portes..comble de malchance,un nouvel appart m’a été attribué mais je n’ai jamais reçu les papiers…volatilisés,perdus..ou bouffé par un chat,j’en sais rien. Je me suis donc fait taillé un short en me faisant presque traité de menteur. Ok….ça va..ça va,cool Stef .Pas d’chance,comme d’habitude..c’est normal.

    J’ai une enfant aussi que je ne vois plus.Sa mère,une tarée avec qui j’ai vecu quelques années et qui à détruit une partie de ma vie et qui m’a fait perdre confiance aux femmes…Dieu ce que je l’aimais ma gamine et j’ai essayé d’être le meilleur papa du monde. Ok..ça va,cool Stef. Pas d’chance comme d’ab.

    J’ai songé a voir un psy un jour,on a discuté un peu.Il m’a trouvé normal et équilibré (il ne l’a pas dit comme ça que même les mots bah j’a rien compris). Imaginez docteur,que je prenne une arme et que je vous loge une balle dans la tête maintenant ?..et maintenant,suis-je normal et equilibré…? …il a rigolé.

    Ce n’est qu’une infime partie de ma vie.Le reste est encore plus chaotique et je me dis parfois que je vais bruler un fusible et faire n’importe quoi ou me balancer sous un train en marche,braquer une banque, détourner un avion ou rouler en sens inverse sur une autoroute,juste pour attirer l’attention et pour hurler haut et fort que j’existe.J’en ai marre d’être invisible (je suis pourtant une belle bête de 95 kg) et souvent je me dis…mais quel gâchis,comment ai-je pu en arriver là…? Je cherche depuis longtemps le facteur déclencheur qui m’a poussé à gâcher ma vie et à tout rater car je suis conscient d’en être le responsable . Même si la malchance existe,c’est un fait et personne ne me prouvera le contraire,on reste le maître de son destin sans être dans la catégorie de ceux qui réussissent . C’est mon cas.

    Donc je me laisse encore un peu de temps en continuant à me dire  » peut-etre que….. » et ensuite si je continue à constater et a déplorer mes erreurs,mes echecs,ma mauvaise chance…alors là,je prendrais la décision de mettre fin à mes jours en m’isolant dans un endroit où je pourrais sentir dans un dernier souffle,l’odeur humide de l’herbe fraiche….

  67. Stef a écrit

    Je voudrais laisser un petit mot,enfin quelques phrases.
    Je ne suis pas un exemple et je ne suis personne pour donner des conseils de vies alors que je veux me donner la mort.
    Mais,je voudrais dire quelques chose à tout ces gamins qui laissent leurs commentaires dans le désespoir. Moi,j’ai plus de 40 ans.Je connais la vie parce que je l’ai exploitée et j’ai pu partager des moments de joies,de haine,de détresse,d’amour et j’ai eu des femmes sublimes dans mes bras.
    J’ai connu tout les abus et réalisé « presque » tout mes fantasmes,j’ai fait différents jobs qui m’ont plu
    et j’ai voyagé et planté ma tente un peu partout.
    Je sais,chacun est Maître de sa vie et les donneurs de leçons,ceux que vous côtoyez chaque jours et qui vous disent  » moui mais y faut pas dire ça,tu te rends compte ? tu veux te suicider ? t’es fou ?  » Vous savez les gars,des gens comme ça il y en a plein.
    Alors,tu sais…
    Si tu as 12 ans ou beaucoup plus…ça serait quand même dommage de te foutre en l’air sans avoir vécu ce que moi,j’ai vécu. Teste la vie au moins,essayes et le jour où tu voudras partir,alors tu le fera sans regrets parce que tu aura la fierté de dire : Moi au moins,j’ai essayé parce que la vie est terriblement cruelle et j’ai abusé d’elle autant qu’elle a abusée de moi et je pars comblé parce que j’ai lui ai étalé autant de baignes qu’elle m’en a mis.
    Je sais,tu veux mettre fin à tes jours et en finir parce que ce tu vis n’est pas normal et c’est inadmissible ce qui t’arrive et tu ne te sens pas dans ton élément…Trahis par l’un,l’autre,par tes parents ou par cette bande d’abrutis qui t’entourent.Tu as entièrement raison d’être en colère et je suis de ton côté.

    Tu sais quoi ?
    Malgré tout ce que tu vis,je donnerais tout pour être à ta place.

    Écoute moi.Je suis un vieux routard abimé de la tête aux pieds fan de black-métal,alcoolique,plein de tatouages et de cicatrices et ce n’est pas des conseils que je te donne parce que je ne suis un exemple pour personne…
    Mais…
    N’oublie pas une chose : Mourir c’est faire de la peine à ceux qui t’aiment et c’est faire du bien à ceux qui ne t’aiment pas.

    Ne te fait pas de mal.

    Lis mon com et le précédent si ça peut te faire du bien et sache que si tu te suicide,tu me fera de la peine.

    • Greg a écrit

      Salut Stef,

      La première chose que je souhaite te dire c’est que j’aime ton style d’écriture. As-tu pensé à écrire, devenir écrivain…? Raconter ta vie? Tes expériences? Ou même des fictions? Viens en Suisse on fera des trucs!

      J’ai 32ans et je vis en Suisse donc! Oui, oui, je suis un Petit-Suisse! hahah! Plus sérieusement, j’ai beaucoup bourlingué (facile une cinquantaine de pays visités), fait énormément de choses pour mon âge (footballeur semi-pro, militaire professionnelle, travaillé sur des chantiers et maintenant je bosse pour une entreprise de publicité).
      J’ai 2 chattes dans ma vie, respectivement ma copine et mon chat qui est une chatte!–.–
      Dans l’ensemble cela se passe bien mais à cause de mon caractère il y a aussi souvent des bas…avec ma copine donc. Mais je crois que je suis heureux avec elle(s).

      Le souci est que je n’arrive plus à trouver un sens à ma vie. Celle-ci est devenue trop carrée, presque monotone. Pourtant, voyez-vous, je voyage toujours pas mal, gagne bien ma vie et vis dans un pays que j’aime énormément. J’ai 2-3 activités annexes mais plus vraiment de passion comme quand j’avais 15-16ans. Je n’arrive donc pas à être totalement heureux. Car j’ai tellement merdé dans le passé avec tout ce que j’ai pu faire. Merdé mes études, ma carrière de footballeur, ma carrière militaire, perdu un nombre incroyable d’amis.

      Trop de sentiments en moi. La souffrance du Monde est mienne et donc je me dois de souffrir aussi. Je me dis parfois que j’ai trop de chance, que je ne mérite pas tout ça, etc. Je me dis aussi que je ne sais rien faire de concret, je me sens frustré car j’aurais certainement voulu que les gens me reconnaissent, m’aiment plus, me comprennent surtout mieux. J’ai envie de faire tant de choses, comme écrire des livres, créer une entreprise, acheter une maison à rénover, développer mon entreprise actuelle, mais je n’ai plus de niaque. Toute force, en moi, est partie, s’est envolée je ne sais ou. C’est dur car avant je débordais d’idées, je sortais très très souvent, j’étais tout le temps motivé, je voyais beaucoup de monde, mais depuis 6 mois tout s’éteint en moi. Je ne vois presque plus personne, sors presque plus, ni pour le plaisir, ni pour le travail. Je me sens triste, inutile. Je suis toujours allé au-devant des gens, de mes amis. Je faisais de grosses soirées, de très bon repas où facilement une douzaine de personnes venaient avec plaisir et en retour qu’ai-je? Ben pas grand-chose! Les gens ne me contactent que rarement et si c’est le cas c’est toujours pour la même rengaine: « hey tu veux aller boire un verre!! » Génial. Tout le temps la même chose. Pas une proposition originale, rien d’innovant.
      Mais je crois que la chose qui me fait le plus souffrir c’est les idées erronées que se font les gens de ma personne. C’est vrai que je ne donne pas l’image d’un mec super sensible au préalable mais en réalité c’est tout le contraire. Ce que je trouve dommage c’est seulement en creusant qu’on découvre l’être vivant. Les gens s’arrêtent aux à priori, aux ouïes dires, à l’habit, à la condition sociale, à la façon que la personne à de réagir en publique, etc. Mais tous cela ne sont que des facettes, des carapaces qui permettent de survivre parmi la triste foule. Y faire face avec dignité, se sentir quelque peu protégé, car on a trop eu l’habitude de se sentir moqué lorsqu’on se permettait la moindre fragilité. Maintenant pour moi, il est de partir, de lâcher ce dernier tir, cette ultime salve enfin bref de vous dire au revoir.

      J’ai beaucoup donné, certainement pas le maximum mais je pense être déjà content avec ce que j’ai fait. Le seul regret est de ne pas avoir donné vie à un petit bout! Mais que voulez-vous avec une teratospermie pas facile! Et comme je suis trop égoïste pour adopter je n’y pense même pas. Attention pas raciste car si je devais choisir j’aurais pris un petit bout noir. Enfin, pour les Spartiates je pars en « tresante », car je ne suis pas mort au combat. La vie est un combat c’est vrai et ceux qui combattent jusqu’au bout ont tout mon respect. Moi je pars avant la maladie, avant d’avoir trop de responsabilités, avoir d’avoir mal partout, avant de devoir affronter la mort des gens que j’aime, avant, avant, avant. Mais si on prend un aspect plus japonais de voir les choses, je pars pour le bienêtre collectif. Ma famille souffrira c’est sûr mais sur le long terme (après 6-8 ans) se sentira bien mieux. Cela permettra de ressouder certains membres, de ne plus s’inquiéter pour moi tout le temps, que mon frère prenne plus d’autonomie et que ma copine puisse trouver un homme qui la marie et puisse lui donner des enfants.

      Je tire ma révérence à vous tous, êtres humains de bas rangs, gens de la huppe, chômeurs aux airs moqueurs, artistes aux regards versatiles, sportifs sans cerveau, aux intellectuels et à toutes celles qui m’ont fait bander.

      Je vous aime, je vous déteste. Tout en moi est sentiments. La souffrance est mienne. Le bonheur ne peut exister car cela serait égoïste de ne pas voir que le Monde souffre et donc de ne pas subir avec lui les affres du désespoir.

      G

  68. xxx a écrit

    Merci pour ces lignes qui relèvent de bonnes intentions. Mais je ne suivrai pas ces conseils : je n’ai plus d’utilité sociale, je ne suis plus un modèle pour mes enfants et mes petits enfants, ma santé est atteinte, et je n’ai plus l’affection de mon épouse. Alors oui, le suicide est une porte de sortie, même si ce n’est pas une solution. Je regrette le mal que je vais causer mais je ne supporte plus de cache ma souffrance, et je ne veux pas la donner en spectacle ni l’imposer aux autres. Conclusion logique d’une vie ratée.

  69. josette a écrit

    comment dire la souffrance que l’on peu faire a notre souffrance est tres petite. Qund on est en vie on pense a nous en etant une contrainte tu vois il me faut aller voir maman et j’en ai pas spécialement envie puisque meme ma mere avec la grippe je ne bouge pas d’un poil, et meme quinze jours après je ne viens toujours pas voir ma mère . Pour moi je pense quelle a trouver une nouvelle famille et n’a plus besoin de moi. en résumé quand tu es mort tu es mort et la vie continue. Comme ca tu n’est plus un boule pour les autres

  70. josette a écrit

    yannick mon ex demandait beaucoup et ne me donnais rien je l’ai laisser seulement aujourd’hui il me manque a en crever. après quelques communication il me fait comprendre qu’il veut me revoir, j’attend tous les weekend un petit coup de fil mais rien donc pour moi il a quelqu’un. alors pourquoi les gens sont aussi cruel. moi aujourd’hui je souffre je ne sais pas qui je suis je m’enerve toute seule je ne pense ca mal alors qu’il faudrait donner de l’amour.

  71. dreistadt martine a écrit

    c’est bien beau tous vos jolis textes, mais je souffre de fibromyalgie depuis très longtemps et tout se complique en plus avec les organes, ça fait 2 ans que c du 24h sur24 douleurs douleurs souvent très aigues, toubib urgences psy examens et tout ça dans un incompréhension totale, + l’indiférence, l’incompétence, le jugement qui me donne encore plus de culpabilité, le ras le bol de l’entourage, donc vous voyez, ce serait non seulement un soulagement pour moi mais aussi pour eux
    je me fais même engueuler car je suis malade, le pire c la solitude face à tout ça
    je trouverai bien un moyen, avec ou sans vous, mais j’ai bien lu, c’est sympa de votre part d’aider les ptits jeunes , car ils ne se rendent pas vraiment compte. mais à 53 ans on sait très bien que le bonheur dans les douleurs est une illusion ; merci

  72. hache a écrit

    bonsoir, mo c’est christophe 41 ans une petite fille magnifique et séparé de ma femme depuis 1 ans… et j’ai envis de mourrir mais je peux pas j’aimerais toujours ma femme et je veux pas faire souffrir ma fille c’est l’enfer en moi. je reve de voyagerde profiter de la vie mais j’ai un boulot minableet je pense que je suis un bon a rien honnetement je joue avec ma fille je profite de la vie pour elle mais si elle savait comme je suis mort a l’interieur cette souffrance qui me bouffe, j’essais de lui construire un avenir car moi je n’en ais aucun, j’ai tout raté toutj’avais une femme merveilleuse, cambodgienne et on revait tout les deux de sont pays de notre avenir j’ai rencontré le vrais amour de ma vie et il est parti aujourd’hui c’est attroce on connais ca qu’un efois dans ca vie et mon avenir j’ose meme pas y pensé ca me degoute

    • Dominique a écrit

      Bonjour Hache,
      Je te comprends très bien car moi je ressens actuellement la même chose que toi.
      Et j’ai sérieusement l’intention de passer à l’acte mais quand je ne sais pas et surtout sans souffrir.
      J’aimais un homme que je vénérais et j’ai appris que notre mariage (20 ans) était fondé sur mensonges, infidélité et hypocrisie. Et là j’ai pris une chape de plomb sur la tête. On est en plein divorce car je n’ai pas pu pardonner des années d’humiliation malgré ses supplications. J’ai une souffrance énorme en moi.
      J’en peux plus, aidez-moi, épargnez-moi une morale inutile.
      S.O.S.

  73. Camille a écrit

    J’étais plus ou moins sérieuse dans ma démarche, en dépression on passe par des hauts et des bas et cette fois-ci on dirait que c’était un bas très bas.

    Je tiens simplement à dire MERCI à celui qui a écrit cet article et à tous ceux qui lancent des messages d’espoir dans les commentaires. Vous faites une différence et c’est inspirant. Ça donne envie de se « bouger le cul » pour les autres, même si je suis difficilement capable de le faire pour moi meme.

    • ¨fuoco a écrit

      oui très bien ecrit, cas j’ai pleuré dans es paragraphes et

      je voulais é

      c’est égoise,je sais mais j’en ai envie le monde

  74. Jennifer a écrit

    Je suis profondément émue d’être tombée sur cet article.
    Emue par tant de bienveillance. C’est vraiment très généreux et bienveillant de ta part que d’avoir fait cet article. Comme j’aimerais être entourée de gens aussi bienveillant que cela…
    Merci.

  75. Chardon a écrit

    Bonjour :) Oui j’ai pas envie de mourir j’ai juste envie que ça décharge dans ma tête et que ça fasse boum et que ça soit bien violent pour marquer le coup ! ^^ Si je suis incapable de vivre il faut bien que quelque chose se passe, vivre comme un chien c’est intolérable, vouloir être libre, vouloir vivre et retomber toujours les larmes parce que vivre c’est pas bien, c’est honteux…ça fait mal. J’aimerais vivre mais je ne m’en laisse pas le droit…j’ai pas été élevée comme ça

  76. anonyme a écrit

    j ai ete profondement touche par vos commentaires sachez que c est bien beau de parler.un comme moi je pense tous les jours que les morts sont plus heureux que nous car je pense qu ils ne connaissent pas nos maux quotidiens.un comme moi j ai pense plusieurs fois a mettre fin a mes jours et je continue a y penser car je me sens mal dans ma peau et je ne peux pas en parler parceque je ss entoure de faux culs en quelques sortes je fais confiance a personne je dis bien personne. svp aider j aime trop la vie je veux pas le faire je veux laisser mon nom sur la terre de la plus meilleure qu il soit

  77. VDR92 a écrit

    Slt les gens.
    Moi aussi en ce moment g un gros coups de mou!!! Tout le temps les gens ce moque de moi!!. Je suis tombé par hasard sur ce site et je l’ai lut à l(instant attentivement. Cela m’a aidé!! cela m’a fait également pensé à une phrase que m’a dit un de mes quelques bons amis : Chaque pensées méritent réflexions!!!
    Merci encore et très bon cite!!!!!!!
    @+

  78. pege a écrit

    Une des motivations du suicide c’est qu’on se dit que l’on retourne dans le néant et que une fois anéantit plus aucune morale ne compte puisqu’on ne sait pas qu’on existe plus et on se réfère pour cela à tout ce temps d’avant notre naissance où on ne savait rien puisque n’existant pas, car n’étant pas conçu.
    Mais nous sommes des ignorants et le suicidé apprends en mourant qu’en fait il ne meure pas!
    Nous ne sommes pas le corps et ce n’est pas le corps qui crée cette conscience…
    C’est tragique car rien de ses problèmes ne sont résolus…pire puisqu’il assiste à la conséquence de ses actes etc.
    Alors que faire? On est sur terre pour apprendre la patience….

  79. Corentin a écrit

    Je suis atteint d’une angoisse generalisée dit mon psycologue , en 3 eme j ai fait de la mutilation au bout d’un mois sa ces calme 2 ans aprés j ai commencer a avoir des idées noir a entendre voir des chose que personne ne peut voir je suis atteint d’hallucination auditive et visuel suivie d’une depression et d’un delire de persecution je suis sous antidepresseur et d’atarax a l’age de 16 ans aujourdhui sa empire de jour en jour je pense que a un moment mon heur va sonner je vai bientot aller a lautreamont pour voir mais je pense que sa va rien changer je suis mal et jy resteraii je me suis battu mais ils son plu fort que moi chaque anner merci de me repondre

  80. marika a écrit

    ce n’est pas la première fois que je pense au suicide et je me suis dit si je doit mourir autant mourir sans soufrir . mais apres avoir lue cet arcticle je me remets en question . et je remercie edit pour sa il y a des jours on se sait plus quoi faire de sa vie on considère que c’est un enfer sur terre et quand des gens comme moi n’ont personne a qui parler et tombent sur ce genre de cite sa redonne espoir

  81. guillaume a écrit

    je ne sais pas se que vous pensée mais en ce moments dans ma famille tous va mal j’ai de gros problème familiaux e je voulais passé a l’acte mais cette article ma fait changé d’avis merci beaucoup

  82. Lisa a écrit

    en ce moment je suis mal surtout dans ma tête je me pose des 1000 de questions ci je reste ou je part car j’ai l’impressions de pas être la bienvenue sur terre ou autres , pourtant je n’est aucune critiques enfin je croit dans mon collège je connaît pratiquement tout le mondes , c’est surtout que je suis pas pareil au collège que chez moi ; chez moi je suis moi même ,mais au college je suis une autres personne qui je ses pas , j’espère que tout va s’arranger que je vais me sentir mieu

  83. Emi a écrit

    Je voulais à la base écrire un long texte pour te remercier mais je n’en ai actuellement pas la force.

    Juste, merci.

  84. Suzie a écrit

    Mon frère malheureusement à passer à l’acte il est dans le coma depuis le 7 avril
    c’est horrible j’aurai bien voulu qu’il tombe sur votre message il n’a pas eu cette chance je ne sais pas comment il se réveillera si il se réveille
    si je peux donner un conseil surtout il faut parler ne restez pas dans votre douleur tout seul comme mon frère à fait

  85. joel a écrit

    bonsoir,
    je ne sais pas trop pourquoi j’écris tout ça, mais je le fais quand même. au moins ici on ne connait que mon Prénom.
    la semaine passé, je cherchait un article qui pouvait me donner une méthode facile et rapide pour mettre fin a ma vie, puis je suis tombé sur cet article. je ne sais pas trop pourquoi, mais ç’a fini par me faire pleurer. j’ai tout essayé pour retrouver le sourire mais rien ne change. j’ai suivi le conseille de l’étape 4, je suis sorti en parler a un de mes cousin, mais ça n’arrange pas les choses. j’ai toujours ce mal aise en moi. Peut-être que c’est la seul solution puisque ça fait une semaine que je me retiens, mais rien ne change.

    • Elodie a écrit

      Ne te laisse pas abattre, je te conseil au plus vite d’aller voir ton medecin de famille. Baisse pas les bras, sois courageux et affronte ce moment si difficile, promènes-toi dans des parcs, où il y a de la vie, de reste pas cloitrer chez toi, sors, voir des nouveaux visages… Mais réagis au plus vite, s’il te plait !!!

  86. a écrit

    moi g honte. g pas de chance mon mari ma. laissai avec 4 enfants g perdi mon travail a causse de. mes enfants personne veu plus de moi parceque. g 4 mes je doit. quelqu une de l argent chaque fois quelle viene elle me humilier devant ma fille de 10 annes les autres enfants ne connais demain elle viene elle. ma appelle je ne peu pas dormire ni manger seulement trouver 260 euro ou. me suicide

  87. TASSE a écrit

    Bonjour,
    Je viens de me séparer de mon ami pour la 2ème fois et cette fois-ci il n’y aura pas de retour en arrière. Nous habitions ensemble dans une maison que j’ai achetée, et quand ça n’allait pas je lui faisais l’horrible remarque qu’il n’était pas chez lui. Cela faisait 20 ans que nous vivions ensemble. Nos problèmes remontent à quelques années, quand son fils est venu chez nous, et en se plaignant a fait en sorte que son père achète un feu à bois pour sa mère chez qui i l vivait toujours. Je n’étais pas censée le savoir, mais son fils en a parlé devant moi, et m’a dit que son père avait le droit d’avoir son jardin secret. A ce moment là j’ai vu rouge, j’ai demandé à son fils de partir le lendemain et à mon ex compagnon que je n’acceptai pas et lui ai dit aussi si c’est pour vivre comme cela, autant que tu cherches quelqu’un d’autre. Depuis nos relations se sont dégradées, Enfin pour faire court, mon ex compagnon a continué à communiquer avec son ex femme dans mon dos, Et quand ça n’allait pas entre nous, il avait tjs cette phrase: « tu veux que je partes ». Un jour je lui ai dis oui sans même réfléchir. Nous avons été séparer quelques mois. Je suis allée le rejoindre et avons décidé de reprendre la vie commune sans avoir vraiment résolu non problème. Le temps de notre séparation, mon ex compagnon est allé un moment chez son fils qui l’a incité à aller sur des sites de rencontres. Il y a eu aussi des problèmes avec mes enfants (adultes) et au dernier Noel, nous avons passé Noel chacun avec notre famille, moi avec mes enfants, lui chez son fils. Et j’ai découvert qu’en allant chez son fils à Noel, il s’est remis sur des sites de rencontre, et dernièrement il est scotché à son ordi. Nous ne sommes pas des gamins, lui a 66 ans et est en retraite depuis 2010, moi 56 ans, j’ai quitté mon emploi et suis actuellement assistante maternelle. Je pensais pouvoir passer plus de temps avec lui, de par mon nouveau métier, partager plus de choses. Mais ce ne fut pas le cas. Nous avons connu un amour passionnel, pour ma part je l’aime toujours malgré tout cela. Par contre, de son côté je ressens de la haine, car il me reproche d’avoir fouillé dans ses affaires (quand je me suis aperçue qu’il avait des contacts avec d’autres personnes, il est vrai que j’ai fouillé dans son portable, son pc) et il me reproche de ne pas lui laisser une vie privée. Pour moi, quand on vit à deux, on n’a plus de vie privée ce qui n’empêche pas d’avoir des activités séparées. Donc je me retrouve à 56 ans, seule chez moi, dans une grande maison vide, avec un travail qui a perdu son intérêt car je ne supporte plus d’être enfermée à la maison avec des enfants, plus le coté financier qui se dégrade, j’ai mes enfants qui disent vouloir m’aider, mais qui ont leur vie, Depuis des années, je ne fais qu’aider mes enfants, surtout financièrement et je continue encore. Mais là je ne peux plus; Mais ce n’est pas le côté financière qui est un gros problème, c’est le fait de vivre dans cette maison dans laquelle je croyais vivre jusqu’à notre mort avec mon compagnon. Plusieurs personnes me disent que tu es encore jeune et tu retrouveras quelqu’un, mais je n’ai pas envie d’être avec quelqu’un d’autre. On me dit aussi passe à autre chose, mais quand vous vous réveillez en pleine nuit, et que vous réalisez qu’il n’est plus là, vous êtes dans un état de torpeur. Ce n’était pas une amourette, c’était vraiment pour les deux un amour passionnel. Depuis quelques jours je pense au suicide car cela faciliterait bien des choses, mon ex compagnon serait totalement débarré de moi, mes enfants pourront avoir la maison pour eux, donc plus de soucis. Et moi je ne souffrirai plus. Je pense que j’ai vécu le meilleur de ma vie. Je ne veux pas vivre le pire. Quand nous nous sommes séparés la première fois, j’ai fait une dépression mais j’ai tenu le coup car j’avais toujours un espoir de revivre avec lui. Mais cette fois ci c’est vraiment définitif. Je sais que l’on va me dire que ce sont de durs moments à passer et que la vie continue. Mais je n’ai pas envie qu’elle continue. La seule chose qui m’empêche de passer à l’acte est de ne pas savoir si tout s’arrête. Quand on lit les récits des morts clinique, ils parlent de tunnel, de lumière etc… J’espère que tout cela n’existe pas. Que tout s’arrête. Point.

    Chantal

  88. Elodie a écrit

    Merci, tu m’as sauvé la vie… J’allais le faire ce soir. J’écris ce commentaire en pleure… Je subis du harcèlement… Mais je crois que je vais juste me battre et démissionner. Merci, mon dieu, tu m’as ouvert les yeux merci….

    • dubos franck a écrit

      bonjour a tous je te souhaite vraiment de reussir elodie si tu veux en parler en plus de detail sur ce site je me ferait un plaisir de t’aider et de te conseiller car j’ai connus un probleme similaire qui a faillit m’etre fatal bon courage a toi

  89. L. a écrit

    Je vois pas ce que ça change. Quand il n’y a plus rien. J’en peux plus. J’ai plus ni envie ni la force de me battre.

  90. Cobo a écrit

    On ne fait jamais vraiment les choses sans raison
    J’ai une vie sinon pourrais qualifie de parfaite … Et pourtant j’ai un mal être qui est installé en moi
    Ça fait 3 semaine que je dors quasi plus et qu’une envie revient sans cesse
    Je suis bien entouré et je devrais donc pas avoir ces idées la j’en ai conscience
    Mes amis ne comprenne pas pourquoi je suis aussi déprime
    Tout les jours quand je prend ma voiture j’ai envie de la mettre dans le mur
    La souffrance ne le fait pas peur ca peut pas être pire que ce que je ressent pour l’instant et pourtant j’ai rien pour être malheureuse
    Je suis complètement perdu je m’occupe des problèmes des autres
    Je suis bonne psychologue ( même si c’est pas du tout mon métiers ) et j’ai conscience que mon état est absurde mais je n’arrive pas à sortir de ce mauvais pas
    Enfin je pense qu’effectivement que attendre pour réfléchir trois jours ne changera pas grand choses et vaux la peine d’essayer comme les listes

    Tout ça pour dire que je pense que cette article est de très bon conseil ( même si dans mon cas je sais pas si ça fonctionnera vraiment )
    Mais c’est formidable de voir quelqu’un essayer d’aider les autres

    Alors MERCI pour cette article

  91. Anonyme a écrit

    Le problème, c’est moi.

    J’écris ici ce soir parce que je n’ai pas la force d’en parler à quelqu’un, voire même d’appeler une ligne d’écoute. C’est toujours plus facile de partager ses sentiments caché derrière son écran.

    Je me suis rendue compte, en lisant les commentaires, que beaucoup de personnes ne l’ont pas eu facile: divorce, faillite, chicanes de familles, perte d’un être cher, harcèlement, violence conjugale ou parentale… Je n’ai rien vécu de tout cela, mis à part quelques expériences fâcheuses que la majorité des jeunes femmes de 18 ans ont déjà expérimentées.

    N’ayant aucun « background » psychologique important, je me sens salement égoïste de penser au suicide. Surtout que je sais que je n’aurai jamais le courage de me tuer, ni même de me couper. J’ai trop peur d’avoir mal, de souffrir.

    Mon problème à moi, c’est la haine. La haine que je porte envers moi-même. Comme plusieurs, j’ai subi des moqueries sur mon apparence physique. Rien de bien grave. Sauf que depuis mon entrée au secondaire, dans le vrai monde de la réalité véritable, ça ne va pas. Rien ne va chez moi. Ah, les instants passés à regarder ma chevelure, mon visage, mon corps sous tous ses angles en me demandant pourquoi je ne ressemblait pas à ces filles dans les magazines. Et puis j’ai commencé à me comparer aux filles que je rencontraient dans la rue, à celles de mon école, même à mes amies.

    Je ne me suis jamais aimé physiquement. Les moments où, par miracle, je me regardais en me disant « Wow! » ne durait jamais bien longtemps. Mais depuis six mois, ça a pris des proportions inimaginables. La liste des choses que j’aime chez moi? Rien. Rien du tout. Lentement, cette haine envers mon apparence s’est transformée en une aversion pour mon être. Je passe souvent de longs moments à pleurer, en me demandant pourquoi j’existe. Pourquoi une personne comme moi, sans réel attributs physique ni aucun talents naturels notables devrait être sur Terre. Avant de m’endormir, les joues mouillées de larme, j’espère de tout coeur que le lendemain, je serai quelqu’un d’autre. Une jolie fille, a qui la vie à tout à offrir. Ou alors, j’espère simplement ne pas me réveiller. Rêver pour toujours, bien enfoncée sous mes couvertures.

    J’ai mal à l’âme. Je n’en peux plus. J’évite les gens, j’ai peur de m’ouvrir, de mourir d’être vulnérable.

    J’espère mourir.

    Le bonheur, ce n’est pas pour moi.

    J’ai terriblement peur que quelqu’un lise ces mots. J’ai peur du jugement, des classiques « Mais tu as encore toute la vie devant toi! Voyons, tu es jolie, ferme ta gueule maintenant. Tu n’as pas de vrai problème » et compagnie.

    Je voulais juste que quelqu’un sache.

    • elijah a écrit

      Je comprent ta douleur mais tu dois rester impassible envers ton physique , reste toi même tu ne mérite pas de gâcher ta vis pour si peut , si tu surmonte ce problème physique tu te rendra compte a quel point se détail est insinifiant par rapport au nombre de chose que tu devrais aimez sans pensez a ton physique , pense que tu n’existe pas , que les gens te ressente mais ne te vois pas et tu verra que beau ou moche , tu ne ferra plus de différence . et si sa peut t’aidez , personnellement je ne me suis presque jamais regardez dans une glace et je me moque de ce que je suis , je sais pas si on me trouve beau ou moche , je m’en fiche et j’enlève ce problème de mon existence , salut et sachent que t’aidez m’a permit de trouver une petite occupation a la place de me charcuter le bras avec des ciseaux

    • Megou a écrit

      Tu ne dois pas faire cela si tu pense cela s’est que tu ne a n’a jamais parler a personne et si tu en parle pas il ne pourront pas te donner des conseil et te dire qu’il t’aime moi aussi reccement j’ai entrée au secondaire et ça n’a pas été un succès et je ne suis pas une beauté non plus je suis petite j’ai un peut de boutons bref je suis affreuse mais je me suis concentré sur les point positif de ma vie et j’ai penser a ma famille qui m’aime et j’ai toujours regarder droit devant moi et j’ai passer au traverse ps: ma meilleure amie a essayer de se suicider mais sa n’a pas marcher elle s’est ouverte à moi et à présent je suis la seul qui la tient encore en vie peut être malheureuse mais en vie

  92. Didi a écrit

    Bonjour à tous,

    J’espère qu’au milieu de tous ces commentaires, certains me liront avec attention.
    Je veux vous faire part de la tristesse, de l’amertume, du néant qui m’entourent à présent. J’ai perdu mon compagnon, il y a même pas un mois, il a décidé d’en finir avec la vie malheureusement il laisse derrière lui, un garçon d’une première union, et une petite fille qui va bientôt avoir 1 ans.

    J’écris ceci, c’est pour vous témoigner à tous ceux qui ont des envies, des tentations très négatives, et qui devraient réagir au plus vite. Demander de l’aider, appeler au secours… Aller voir la personne dont vous êtes de plus proche, je sais que ce mal être en vous peut être difficile à exprimer, mais agissez sur votre propre vie. Mais surtout, penser à tous ceux qui vous entourent, vos parents, vos enfants, votre famille, que perdre un être cher est tellement difficile et d’autant plus lorsqu’on ne sait pourquoi.

    Je peux vous avouer qu’il y a bien longtemps, j’ai failli passer la corde au cou, mais cela peut paraître bizarre pour certains, j’ai entendu une voix, qui m’a dit, « je suis là ». Et de suite, je m’y suis arrêté, et assises sur mon lit, je me suis sentie vidée, détendue… Mon acte aurait été causé par la séparation de mon première amour, vous imaginez à 15 ans ?? Quelle idée ?? Tous le monde passent dans leurs vies, des vilains moments, des dépressions, des grandes tristesses mais la vie continue, pour chacun d’entre nous, et devons continuer sur notre chemin, sur le bon chemin. Ne pas tomber dans le piège du mal, surtout.

    Et me voila, aujourd’hui, seule avec notre fille, à l’assumer… Quel avenir pour ce bébé ? Ne reste que l’amour dont une mère peut apporter, papa est là haut. Mais veillent sur nous.

    Alors s’il vous plait, je vous en supplie, à toi, qui à des envies, des pensées beaucoup trop négatives, ne baisse jamais les bras, car dans ton chemin de vie, tu dois vivre des moments difficiles, mais toujours relever la tête, et regarder droit devant toi.. sans te laisser tenter par ces pensées absurdes. Pensez à tous ceux qui vous aiment. Ne vous dites jamais que vous êtes seul. !! Chaque être sur terre, à un ange qui veille sur nous, faut juste savoir l’écouter… vous savez cette petite voix intérieur… Si vous ressentez trop de peine, aller consulter votre médecin de famille qui lui saura le mieux vous conduire pour votre rétablissement. Ayez confiance en vous !!!!

  93. a écrit

    Je m’intéresse beaucoup à comprendre le sens de la vie, à me demander ce que je suis venu faire ici.
    Si on regarde au niveau des religions, le suicide conduit en enfer pour beaucoup.
    Dans les témoignages de ceux qui on approché la mort, par accident ou tentative de suicide, il y a une expérience agréable et lumineuse pour les premiers et quelques chose de terriblement obscure pour les autres.
    Je pense vraiment que nos vies sont des épreuves, bonnes ou mauvaises, on dois justement apprendre à se libérer du mal, des pensés obscures, vivre avec dignité tout en respectant les autres, même si on vois les plus pourris d’entre nous réussir, cela n’a pas d’importance, cette vie n’est rien, qu’une étape, une épreuve qui une fois passé nous amènera vers quelque chose de mieux si nous avons su rester droit et digne et quelque chose de pire autrement.

  94. Aza a écrit

    Bonsoir,

    J’ai l’impression d’avoir plusieurs problèmes en même temps. Je ne sais pas comment je pourrai faire pour m’en sortir.
    Depuis l’âge de 7 ans, je pense à ma raison d’être, pourquoi on vit.

    Je pensais que si j’étais lente et que si j’avais tant de mal c’était parce que j’étais jeune.
    Maintenant j’ai 21 ans, je commence à comprendre de plus en plus que je suis différente des autres.
    Je pense que si la personne n’a pas vécu ce moment difficile, on ne peut pas comprendre cette douleur.
    Je reconnais pourtant qu’on est tous différent et qu’on ne puisse pas se comprendre à 100% .

    Contrairement aux autres, je n’ai rien.
    Si une personne n’est pas douée à l’oral, elle peut être douée à l’écrit ou autrement.
    Je ne suis pas marrante, je ne sais pas bien raconter une histoire, j’ai des soucis de compréhension, de mémoire et de raisonnement…

    Depuis mon plus jeune âge, je confondais les sons, j’inversais les mots… J’avais toujours eu du mal scolairement et relationnellement. Même avec les plus proches, comme mes parents.
    Mon père m’a toujours dit qu’il fallait viser le meilleur alors j’ai toujours essayé et j’ai échoué. En ce moment, il nous dit d’être « normal ». Qu’est-ce-que la norme? Rien ne lui fait changer que je ne fais pas beaucoup de chose. Ce qu’il veut c’est une réussite et que le bonheur de la famille.
    Ma mère fait que suivre l’opinion de mon père. Je sais juste que ma mère a eu des traitements pour se calmer et un somnifère très longtemps jusqu’à récemment. J’ai l’impression que tout est faussé. Je me suis jamais vraiment senti heureuse dans ma vie peut être sauf quand je me sentais capable de tout…

    J’ai deux origines. Mes parents sont japonais. Je suis née en France pourtant j’ai commencé qu’à parler le français de l’âge de 5 ans. Et étrangement, je ne me rappelle presque pas de mon enfance. J’ai eu quelques soucis… Cela rajoute des contraintes.

    J’ai été toujours comparé avec mes autres soeurs, surtout ma soeur jumelle.
    Je sais qu’elle a plus ou moins des difficultés comme moi. Mais elle sourit plus, je sais qu’elle pourra s’en sortir.
    Moi, je n’arrive pas à me projeter dans le futur.
    J’ai peur… J’ai peur de mes parents, des gens de ma classe, des professeurs, de mon avenir…
    J’avais toujours eu peur. Je me refermais toujours sur moi même.
    Je pensais que ça allait mieux un jour et non cela fait que prolonger la douleur. Même si j’en veux à mon père et à ma mère je ne voudrais pas gacher plus leur vie. Je m’en veux le plus à moi même. Je me sens coupable d’être comme je le suis. Ils pensent que je réussirai un jour. Je ne sais pas comment je pourrai leur dire que je vais rater cette année… Je ne sais pas quoi faire l’année prochaine. J’ai peur quand ils parlent de l’année prochaine. Ils demandent facilement à ma soeur ce qu’elle voudrait faire mais plus à moi. Cela me rassure d’un côté cela me fait mal. Je n’ai rien compris à la vie. Ce que je sais c’est que je n’ai pas de niveau et que je n’aurais dû exister.

    Pour essayer de régler mon problème de la mal compréhension, je suis allée voir une orthophoniste.
    Cela revenait très cher et j’ai arrêté. Et ce que j’ai compris c’était que en effet, j’avais des problèmes de compréhension, de mémorisation et de faire des liens logiques entre les choses.

    Qu’est-ce-que je peux faire?
    Je suis allée voir un psychiatre aussi. Au bout du 2e fois, il m’a dit que je pourrai le contacter par sms si je suis prête à me faire traiter par un médicament. Mais est-ce vraiment un médicament que j’ai besoin?
    Et même si après avec grande chance je me remets est-ce-que je pourrai comprendre et « être comme les autres?

    J’ai eu toujours l’impression que la vie est injuste et qu’il y a des choses qu’on pourrait jamais changer.
    Je pense que mes soucis sont génétiques aussi.
    Je ne sais pas à qui m’adresser pour résoudre tout cela.
    Je sais que ça me fait mal et qu’en me voyant cela fait d’autant plus mal à mes parents et à mes soeurs.

    Qu’est-ce-que je pourrai faire?
    En ce moment, j’ai envie de rien faire… J’ai juste envie de me glisser sous la couette et de ne plus jamais me réveiller ou trouver un médecin qui pourrait me tuer sans douleur puis récupérer tout ce que je pourrai donner. J’ai du mal à quitter mon lit. Même en me baladant, même quand je suis avec ma mère ou n’importe qui je suis stressée et j’ai peur.

    Je suis sûrement déprimée. J’ai des périodes où je suis tellement sûre de moi et dynamique.
    Je pense que je suis un peu dipolaire.

    En résumé, je suis qui?
    Je suis une fille plus ou moins japonaise et française, qui a 21 ans, qui a des problèmes de compréhension alors même en essayant de comprendre visuellement ou oralement il est difficile et encore plus dure de transmettre ce que j’ai compris aux autres alors j’ai trop de difficulté de communication et je finis par abandonner.

    Dès fois, j’ai l’impression que les gens me regardent avec pitié. Ensuite, quand ils savent que je ne vaux rien, ils me rejettent ou ils m’évitent. Je pense que c’est tout à fait normal.

    La plus part du temps, je suis soit stressée soit sans émotion ou les deux. J’essaye de d’être utile en souriant bêtement.

    J’espère qu’un jour tout cela finirait avec une fin plus ou moins bien.

    Je vous remercie de m’avoir écoutée. Je pense que la vie est une probabilité alors ce n’est pas toujours méritant.

    • Eric a écrit

      Bonjour Aza.

      Tu es très dure avec toi même et je pense que tu interprètes de travers les regards ou les réactions des gens.

      Tu as une estime de toi qui est très basse et cela fausse le jugement que tu as de toi même.

      Il est clair que tu fais une grosse dépression.

      Peut être est-ce lié au fait que tu as une japonaise vivant en France, as-tu songé à aller au Japon éventuellement pour voir si tu aurais plus de chance de t’intégrer dans la société japonaise?

      Ne fais pas de bêtise, tu es très jeune tu as beaucoup de choses à découvrir, tu as un jugement faussé sur toi même, sans te connaitre je suis persuadé que tu es une fille géniale.

      Tu as besoin d’aide.

      Donnes nous de tes nouvelles.

      Grosses bises.

  95. elijah a écrit

    Je n’est aucune raison de rester en vie , sa fais plus de 4 jour que je cherche une solution , je fais du sport , j’ai des amis , une famille , j’ai déjà vu 1 psychiatre , 3 psychologue et 1 hypnotiseur et pourtant je ne vois toujours pas l’intérêt de vivre ( je ne suis pas croyant ) et mourir maintenant ou plus tard je ne voie aucune différence , et puis mort ne veut pas dire souffrance mais seulement une fin ,une fois mort je ne pourrait plus me r’appeler de ce que j’était de mon vivant . J’en ai marre de tout ça je fais semblent d’être heureux et de m’intéresser au divertissement depuis 10 et pour dire sa représente 2/3 de ma vie ( et oui j’ai 15 ans ) ce monde m’ennuis et je suis totalement indifférent au plaisir et a la solitude , quand je suis avec mes amis et que l’on discute je m’ennuis , quand l’on mange une glace ou que l’on regarde un film je trouve toute ces chose inutile. L’idée de tuer ou d’être tuer je m’en fiche , j’ai déjà fais 4 tentative de suicide , j’ai û 8 fracture : 3 au bras gauche , 2 au bras droit , une foulure du coude avec une double fracture ouverte au bras droit et une jambe cassée et pour finir j’ai récemment des point de soutures suite a des mutillations au niveaux des bras . J’ai l’imprétion de ne prèsque pas ressentir les douleurs physique .La seul chose que j’appréciais c’était de parlez de fylosophi avec mon beau pére qui est mort il y a 1 ans et bizarrement je n’était même pas triste, joyeux ou en colère a sa mort , si vous vous demander pourquoi j’ai dit beau père c’est parce’que mon père est parti ver mes 8 mois .Si je vous écrit c’est pourvus posez une question : quel serais ma raison de vivre ? Mes proches me font souffrir ( indirectement et involontairement ) , je ne prends plaisir a rien , je n’est aucun but , aucun r’attache , je me moque de ce qui peut m’arriver et surtout je ne supporte pas l’éspece humaine. Alors aidez moi a trouver une motivation car moi je n’est pas peur de la mort . merci pour ce qui on lut mon texte et surtout ne passez pas a l’acte si contrairement a moi vous êtes née avec un minimum de sentiment .

  96. printemps ;) a écrit

    coucou,
    voilà j’ai tappé quelque chose sur internet pour tout arrêter et surprise je suis tombé sur ton article… :-€
    ce sont des pensées que j’ai depuis l’âge de 11ans un peu près et qui revenaient avec un interval de temps assez proche… (j’ai maintenant 32ans)
    je me suis souvent retrouvé devant l’acte (et meme en dormant avec un grand couteau) je dirais plutôt a pas grand chose de le faire mais a chaque fois je me disais exactement la même chose que ce qu’il y a d’écrit dans l’article. Puis un jour ces pensées ont disparu sans doute parce que j’ai rencontré la personne de ma vie. Une femme formidable et qui le reste!!! (rencontre à l’âge de vingt ans) et là toute ma vie a changé!!! car ce n’était pas juste une petite copine comme ça. j’ai vécu sans aucun doute les 11 plus belle années de ma vie.
    mais voilà je viens de découvrir que m’a femme m’a trompé et là tout s’est effondré!!!! je n’arrive même plus à apprécier les choses. par exemple chaque année j’attendais le printemps pour l’odeur, le soleil que reviens, les oiseaux, la végétation etc….et cette année pour la première fois, RIEN! insensible…
    je voulais juste trouver quelque chose pour pas me rater genre un ULTIMATE SHOOT. => s’arreter tranquillement en rêvant…. mais j’ai quand même une idée
    Donc : merci! pour l’article => bien vu! petit(e) malin(e)

  97. Nath a écrit

    Je commence à sortir d’une forte dépression et pour m’aider une hospitalisation de 2 semaines en psychiatrie fermée m’a permis de mettre un peu d’ordre dans ma tête, d’en parlé avec des personnes qui m »ont simplement écoutée et donné des pistes pour aller mieux. J’ai aussi un traitement a base de médicament et surtout une aide psychologique.
    Maintenant, la vie commence a être mieux et pourtant je reste fragile, ça je le sais bien.
    Cet article est un message d’espoir tout simplement.

  98. Angel a écrit

    Bonjour j’ai lu un peu tt vos commentaires et je me rends compte que ca va je ne suis pas la seule depressif et la seule a avoir envie de disparaitre … je viens juste d’avoir 14 ans et je me demande si cela est normal a mon age d’avoir des pensées noires jusqu’a lenvie de quitter la vie … je ne sais pas pour quelle motif cela a commencé mais je sais que a partir de ce moment la je n’ai plus vu la vie pareil j’etais heureuse et d’un coup tt a basculé tt est partit de travers pourtant qd je fais l’analyse de ma vie je la trouve normal personnes de mes proches ne sont morts … mais pour aucune raison inexplicable je me sens triste il y a pas longtemps je suis aller sur le site de doctissimo pour voir a quoi correspondait la depression jai passé le test qui ne sont que des statistiques bien sur jai repondu aux questions honnetement et a la fin le resultat etait haute depression ou sur dautre site depression grave aller consulter et puis un jour au college j’ai explosé je me suis mise a pleurer sans raison enfin si a cause de trop d’accumulation de chose un surplus quoi et mes amies ont vu que ca n’allaient pas car ds la vie de tt les jours je porte comme un masque qui me rends joyeuse qui me fais paraitre joyeuse pour cacher mes sentiments et j’ai avoué a mes amies que j’etais depressif et que je me sentais constamment triste et resultat elles ne mont pas prises au serieux et elles mont dit que si jetais vraiment depressive j’aurais des medicaments mais le probleme c’est que je ne me suis jamais confiée a personnes sauf elles comment mon medecin aurait pu le savoir ? donc jai realisé que je ne pouvais pas compter sur elles et sur personnes d’autres que personnes ne pouvait comprendre mon mal … j’ai deja penser a me sucider plusieurs fois mm toujours mais je reflechis encore je sais que il y a pleins de consequence se sucider est un acte tres egoiste car ont ne pense pas a la souffrance des autres on pense plus a notre mal etre personnel mais moi jy ais deja penser c’est pour ca que je reflechis encore …

  99. Megou a écrit

    Salut
    Je voulait savoir si tu pouvais m’aider j’ai 13 ans et ma meilleur amie a fait deux tentative en tout elle a englouti plus de 20 pilules elle se mutile elle a commencer a fumer en me disant que sa l’aidait et elle s’est couper les cheveux super court en pensant que sa l’aiderait mais sa n’a rien changer elle ma dit que sa mère a le cancer et elle va mourrir dans moin de 2 ans elle ne parle plus à son père et pas vraiment à sa sœur on a une amie qui ne fait que la décourager elle ma montrer son journal intime et il est couvert de sang j’ai fait une petit dépression quand je l’est vue tellement que j’était bouleverser elle est lesbienne et elle se sent terriblement seul car elle ne sait faite aucune amie en traversant du primere au secondaire elle est toujours seul j’essaye de l’aider du mieu que je peut mais elle ne fait que m’achever en me confiant tout mais en même temps je suis la seul qui la tient encore en vie elle voit des psy a l’école et en dehors mais sa ne change pas grand chose je ne sait plus quoi faire pouvez vous me donner quelque conseil svp je ne sait plus quoi faire ni quoi penser et je suis déprimer de la voir toujours souffrir

  100. erwan a écrit

    Bjr g 13 ans et je me rend compte que tt le monde m’abandonne. D’abord mes potes et maintenant mes mes parents je n’attendra pas plus de trois jours…
    Et en plus de ça m’a vie et un enfer
    Ma copine ma quitter et ça en a peine dix jours -_- help

    • Eric a écrit

      Erwan tu n’as que treize ans.

      Ta copine a surement le même age, à cet age ce n’est pas sérieux, tu découvres la vie, tu trouveras une autre copine, ne vis pas pour les autres, vis pour toi, les copains c’est pareil, ça va ça vient, tu t’en feras d’autres, et sûrement des plus sérieux.

      Bâts toi, tu as tellement de choses à vivre.

      Grosses bises.

  101. Luis a écrit

    Si la vie est devenue um vide de bonheur pour cause d’espoir et de foi trompés par l’obscure
    tentation Du pechê,a quoi bon sert’il de croire aux vertues du mensonge?Autant ne pas continuer de
    vivre plutôt que de vivre malheureux.La souffrance termine,et on aura la joie de vivre ailleurs,si vie il y a.
    Finalement on aura fait défaut a ceux qui nous aiment tout en fuyant ceux qui nous détruisent.Est-ce juste?Pas sur,cependant la perspective de la fin de la souffrance est alléchante.A toi de choisir.Moi je souhaite la fin.Faute de courage je n’ai pas pu le faire.Pas encore..Alors je demande que cela arrive n’importe quand,
    n’importe comment.Mais vite,viiitttteeee.

  102. anonyme a écrit

    bonjour,
    j’ai lu jusqu’au bout l’article, ainsi les commentaires, les avis des uns et les autres avec beaucoup de souffrance. Je ne pourrai pas mettre fin à ma vie, mes deux grands garçons sont trop adorables et mon mari va trop souffrir. Ma seule famille, ce sont ses trois personnes. Ma mère m’a dit que je ne suis pas un enfant de l’amour, mes frères et sœurs ne me parlent plus. En effet ma famille a toujours été jalouse de moi, elle m’a toujours rejeté. MON MARI ET MES ENFANTS NE VEULENT ENTENDRE PARLER DE MA FAMILLE C’EST SOURCE DE SOUFFRANCE. Je pourrai écrire un livre sur ma vie,mais trop de souffrance dans ce monde, et pourtant j’ai beaucoup aide mes prochains. J’aime trop mes enfants et mon mari, je vais m’approcher à leur amour c’est ma raison de vivre. J’aurai aimé effacer de mon cerveau le mal et la souffrance que ma mère, sœurs et frères m’ont fait. MERCI POUR TOUT

    • Eric a écrit

      Ce sont ton mari et tes enfants qui ont raison.

      Ta famille est cruelle, laisse les tomber ou tu continueras à souffrir, tu ne leur dois rien.

      Concentre toi sur ton foyer et oublies les reste.

      Grosses bises.

  103. Marion a écrit

    Bonjour,
    je crois que beaucoup d’arguments dans cet article sont à prendre au sérieux … Mais comment faire quand on a vraiment envie de partir tout en sachant que sa mère ne s’en remettra jamais.. C’est un acte égoiste mais il est nécessaire parfois.. A quoi bon vivre quand plus rien ne nous retient ? Un combat quotidien qu’on finit par perdre, des amis qu’on perd au fil du temps, des rêves qui s’effondrent .. J’aurai 21ans demain et j’aimerais tellement laisser ma place à quelqu’un qui a vraiment envie de se battre et de profiter de la vie …

    • Eric a écrit

      Bonjour Marion,

      Tu n’as que 21 ans, autant dire que tu as toute la vie devant toi.

      Je n’ai pas lus encore tous les messages, il y en a tellement.

      Stp, dis moi ce qui te ronge, je pourrai peut-être t’aider.

      Ne fais pas de bêtise, reviens discuter ici.

      Grosses bises.

  104. vassia a écrit

    Bonsoir,

    Je suis une femme de 52 ans. Je suis d’origine grecque. Je vis en Grèce depuis 26 ans. J’ai grandi dès l’âge d’un an dans un autre pays que la Grèce, un pays francophone.
    Séparée et ayant un fils unique qui vit et fait ses études dans un pays étranger, je me sens seule, terriblement seule. Je pensais m’être fait un cercle d’amis, m’être bien intégrée dans le pays de mes ancêtres, la Grèce, où je suis venue vivre à l’âge de 26 ans, après mes études. Ici, en Grèce, à l’époque, j’étais considérée comme une érangère. Je n’ai pas souffert de xénophobie ou de racisme; ni en Grèce, ni dans le pays où j’ai grandi.
    Mais mon fils parti, et la cise grecque aidant, je me suis isolée à tel point que ma solitude est devenue un poids, une douleur atroce, un fardeau trop lourd à porter. Indépendante de profession, la crise m’a enfoncée dans un état, une situation de précarité insupportable. Chaque jour est un défi trop difficile à relever. Ma situation écnomique est désastreuse, mon fils me manque et je n’ai pas les moyens d’aller le voir. Même quand je sors, je fais abstraction de ce qui m’entoure et de ceux qui m’entourent. Que l’on me mette dans un stade rempli de personnes s’agitant, criant, riant et je serai toujours aussi seule.
    Je n’arrive pas à rencontrer un homme avec qui partager ma vie, mes jours et mes nuits. Ceux qui ont croisé mon chemin, ont déclaré quelques semaines à peine après notre rencontre, un état de dépression grave qui m’a encore plus fait sombrer dans le désespoir.
    Je ne veux plus vivre de cette façon. Je veux MOURIR. JE NE VEUX PLUS ETRE SEULE. JE VEUX TRAVAILLER, ECRIRE, RELANCER MON TRAVAIl, AVOIR LES MOYENS D’ALLER VOIR MON FILS QUI ME MANQUE ATROCEMENT; AVOIR LES MOYENS DE VIVRE UNE VIE DECENTE, D’AIDER ET DE SOUTENIR MON ENFANT DANS SES ETUDES. MAIS JE N’Y ARRIVE PAS. ET JE NE SUPPORTE PLUS CETTE VIE.
    PLUS DE LUMiERE DANS LE TUNNEL. PLUS DE LUMIERE DU TOUT.
    MERCI DE M’AVOIR LUE ET MILLE PARDONS POUR LE DERANGEMENT.
    Vassia

    • Eric a écrit

      VASIA, reviens en France, notre pays est sur le déclin aussi mais on a encore de la marge tu pourras toucher les aides sociales et sortir la tête de l’eau.

      Si ton fils ne vit pas en couple, pourquoi ne le rejoins-tu pas?

      Au moins provisoirement.

      Je sais qu’en Grèce le taux de suicide a explosé depuis le début de la crise, rester dans un tel environnement ne va qu’aggraver les choses.

      52 ans c’est encore jeune, tu peux encore trouver des amis, même l’amour, bats toi parce-que tu as le droit d’être heureuse.

      Il ne nous reste pas beaucoup de temps je pense avant un embrasement général, alors il faut t’y mettre maintenant.

      Moi aussi je suis isolé et je sais à quel point ça use, je vais y remédier bientôt.

      Bats-toi Vasia, pas seulement pour ton fils mais surtout pour toi.

      Courage!

  105. Éclipse a écrit

    C’est un article positif… et je vous en remercie. Mais il y a un moyen de se suicider sans faire trop de mal… se disputer avec ses proches, pour ensuite disparaître, remplacera leur tristesse par une colère méritée. La vie, tous s’y raccrochent, parfois même en se persuadant de choses absurdes… au final, personne ne nous dit pourquoi. Est-ce que la mort sera mieux que la vie ? Personne ne le sait. Est-ce de notre faute si la volonté nous abandonne comme ça… je ne pense pas. Si notre essence même est orientée vers la mort, alors je ne vois pas pourquoi il faudrait s’interdire de la découvrir. Je suis désolé d’être aussi négatif, mais j’ai besoin de communiquer.

  106. a écrit

    merci beaucoup pour ton article il est prenant et ma donner envie d’y croire mais pour moi il est difficile de passer a l’etape des numero de portable (sos amitié ect…) de plus les psychologue j’ai eu des mauvaise experience avec eux donc cette etapes et vraiment difficile mais merci
    jespere que j’irais mieux et si c’est le cas c’est grace a toi … je rechercher du reconfort en ton article je suis a 1 jour que je doit te laisser avant la grande decision et je pence envivre plus de 3
    MERCI

  107. Anonymouse a écrit

    je me suis aperçu que dans c’est moment on n’oublie ton les bon moment que la vie nous a offerte …et malgrés que c’est dur tant que l’on respire on doit se battre pour etre heureux et ne rien regretter notre passer et les leçon pour continuer et avancer pour nous permettre d’avoir un meilleur future pour nous et nos future enfants

  108. the_sire a écrit

    Sauf que le problème c’est que les psy ne pensent qu’à l’argent. Ils en ont rien à faire de toi. Tu n’est juste que leur gagne pain. Et, ceux qui veulent se suicider n’ont pas d’amis à qui parler. Et pour les inconnu appel les un jour et on te prendre pour un fou.

    L’entraide n’existe pas dans ce monde!!!!!!!!!!!!!!

  109. Véro a écrit

    Tout comme Jean je pense que l article est bien et peut aider des gens…
    Mais ce qui est énuméré dedans ne peut pas résoudre tous les problèmes…
    La solitude en autre.
    Perso j ai lu attentivement et cela ne m a pas fait changer d idée…

  110. Clara a écrit

    Ton article est intéressant, j’ai voulu vivre finalement, mais ma mère est rentrée dans ma chambre, a vu ce que je lisais, et m’a dit que je voulais me faire remarquer en me suicidant….alors, quand j’appuierai sur le bouton laissez un commentaire, je me coupe les artères….Je veux juste dire pardon a mon chat le seul être qui m’ai aimé au fond…..
    Pardon….

  111. JUNG-LEDOUX Pascal a écrit

    Se suidider, c’est pour moi de la détresse ou un manque de courage face à ses problèmes!!!

  112. Fred Hallot a écrit

    Bonsoir et merci pour votre partage … alors comme ça a vu de nez ça donne envie c’est sur, mais c’est pas un peu « utopique » comme façon de faire ? .. Fred de l’association ttp://seo-rennes.gq Seo Rennes138 rue de Chateaugiron – 35000 Rennes

  113. anonyme a écrit

    j’ai 15 ans a peine et pourtant l’idée me trôte dans la tête depuis bien des années, j’enchaîne les psychologue et autre thérapeutes, fais du yoga … rien ne change. Je n’est pas envie de me plaindre de ma vie a un inconnu et je ne peut pas bouger de chez moi car ma jambe droite n’est plus utilisable pour le moment alors je reste la a plonger de plus en plus dans ce sentiment horrible de solitude, j’aimerais bien discuter avoir un peut d’affection ou au moins d’attention… ton article ma fais réfléchir mais ne me rendras pas plus heureuse car quand on est seule au monde on ne peut pas être emplie de bonheur j’éssayerais quand même, tu a l’air plein de bonne volonté c’est beau de voir des personnes comme ça de nos jours

    • Victoria a écrit

      Hey, c’est pas grave moi aussi je suis clouée au lit avec les genoux cassés et si tu veux on peut en parler :)

  114. sergio a écrit

    Bonsoir,
    Tout pour être heureux, mais ne le suis pas.
    Mauvais fils
    Mauvais père
    Mauvais mari
    En dépression successives depuis plus de dix ans: hospitalisation,traitements,psy,etc…beaucoup souffert de mon enfance et jamais construit comme un adulte.
    Rien n’y fait, la seule chose c’est la dopamine,adrénaline provoquées par la pratique de sport à l’extrème et quand je n’en peu plus c’est l’alcool avant le cannabis.
    Je ne peu plus vivre dans ce monde artificiel envie de tout plaquer et de partir avec mon sac comme un vagabond mais ne peu laisser mes enfants.
    Le suicide OK mais mes proches risques de souffrir.
    En même temps il en souffre déjà avec mes humeurs et reactions
    Je ne sais plus quoi faire mais je ne supporte plus cette douleur qui me ronge et ne veux plus de ces substances chimique qui ne font que masquer mon mal être
    Trop de chose à dire et peut être trop de dites déjà sans les bons mots.
    J’ai fais le tour. j’ai 49 ans.on verras dans 3 jours.
    Jamais aussi proche de la fin pour mon père très malade à qui je n’ai jamais dis je t’aime (lui non plu d’ailleurs)
    Dans 3 jours, fête des pères (même des mauvais) et peu être la libération si je ne suis pas « un lâche »
    J’ai cru aimer la vie ,la mort commence à me plaire!
    Courage à tout ceux qui liront ce petit message.
    Peace

  115. TamyCase a écrit

    Bon bah, c’est raté, je me suis réveillée dans un lit d’hôpital.
    Psys et tutti quanti n’ont pas répondu à ma seule question; « Comment vivre sans amour? »
    Mon interrogation ne m’a amenée qu’à des dialogues fermés.
    Si quelqu’un connais la recette d’une jolie existence sans amour, je me remets aux fourneaux de la vie.
    :)

  116. a écrit

    Merci pour cet article Thibaut, c’est une bonne façon d’attirer les personnes qui vivent un vrai mal-être en exploitant la recherche Google. Je préférerai moi aussi, si j’étais dans cette situation tomber sur ton article plutôt que sur des façons sordides de se donner la mort.
    Au plaisir de te lire à nouveau,
    Inlandsis.

  117. Taratata a écrit

    Quant j’imagine il y a trois mois c’est ce site qui ma bloqué , aujourd’hui j’y repense et je dis : MERCI

  118. TamyCase a écrit

    Cet article n’est pas « dingue ». Il est plein de bonS sens.
    La vie est belle malgré tout…malgré rien !

    :)

  119. alex a écrit

    J’en peux plus. J’ai besoin d’aide. Tout le monde dit que je suis une merde et personne veut m’aider les psys que j’ai vu me font la morale parce que je suis un « gosse de riche qui fait sa victime que dans des pays y’a la guerre, des gens pauvres arrivent à être heureux… » mais en vrai ça va vraiment pas.

    Mes parents ont tout réussis et moi je suis la merde de service. Mon rêve c’est de dessiner des BD et réaliser des films mais pour mes parents, c’est bon que pour les débiles. Je passe mon temps a entendre des « la fille de truc va à la haute école d’ingénieur et le fils de machin fait une formation dans le droit » et après c’est « Nous ben il a pas de but dans la vie.On sait pas quoi faire. On aurait du le flanquer en maison de correction. Je crois qu’il devient cinglé. » .

    J’ai essayé de trouver directement du travail en devenant caissier ou vendeur pour pouvoir m’enfuir mais personne ne m’accepte. Le problème c’est que je suis « connu » vu qu’on m’a détruit ma réputation quand j’étais à l’école et que mon nom à fait le tour de la région ( Encore maintenant à 20 ans dans la rue ça m’arrive de croiser des inconnus qui connaissaient mon nom et prénom et qui disent des trucs horribles qui circulaient quand j’avais 14 ans du coup j’ai peur quand je sors. J’ai la boule au ventre et je baisse les yeux ou bien je met mes écouteurs dans la rue et je parle qu’a très peu de personnes ) .

    J’ai envie de mourir. Mes parents ont raison, ils auraient avoir un deuxième gamin pour que il y’en ai au moins un qui soit équilibré et qui fasse une super carrière ;(

    Le problème c’est que si je rate, je sais qu’ils vont m’envoyer à l’asile pour de bon. Je sais pas comment faire. J’en ai marre d’appeler à l’aide pour rien dans la « vraie » vie. C’est trop. Je suis en paix que dans ma chambre à surfer anonymement sur le web.

    Est ce que je suis fou ? Vous ferriez quoi dans ma situation ?

    • Anonyme a écrit

      Tu n’es pas un problème, tes parents ont une vision étriquée des choses, c’est formidable d’être attiré par l’art ! Peut-être qu’un oncle, une tante, un cousin pourrait te soutenir dans tes envies et essayer de convaincre tes parents ? Tu as des rêves fantastiques, ne les laisse pas tomber, tu seras toujours frustré si tu n’essaies pas de les réaliser ! Tes parents ont sûrement peur que tu ne réussisses pas à vivre de ta passion mais je pense que tu seras bien plus heureux en exerçant un métier qui te plaît même si ce n’est pas toujours facile plutôt qu’en ayant fait médecine alors que ça ne t’intéresse pas.

    • SGTC a écrit

      Bonjour alex,

      Au détour de certaines idées noires, j’en suis venu à chercher comment mettre fin à mes jours sans douleur et je suis arrivé ici. Ta situation me touche beaucoup car je m’identifie à toi en certains points. Ce que tes parents pensent de toi est vraiment dommage, ils devraient te soutenir dans tes choix, et j’imagine que c’est difficile d’avoir un rêve inaccessible à cause des parents qui sont sensés nous pousser à réaliser nos rêves. Toutefois, ne perd pas espoir, tu peux y arriver, peu importe le regard qu’on t’adresse. Il n’y a pas de sous-métier ni de sous-études, et tu n’as pas à te sentir inférieur à ceux qui suivent un cursus d’ingénieur. Je le sais car moi-même, à 19 ans, je termine ma deuxième année de classe préparatoire pour entrer en grande école d’ingénieur, et sache que je t’envie ! Ton rêve est de faire quelque chose qui te plaît, quelque chose qui te passionne. Ces deux années de classe préparatoire ont détruit le peu d’estime et de confiance que j’avais en moi, et en apercevant certains résultats de concours hier, j’ai su que j’ai échoué et que je ne serai pas admis dans l’école que je veux. Au terme de deux années d’intense pression et de travail acharné, j’ai échoué, et je ne peux m’empêcher de penser que je vaux bien moins que mes amis qui ont brillamment réussi leurs épreuves écrites et orales, et que je vais décevoir mes parents qui portaient tous leurs espoirs en moi. Durant ces deux années je n’ai cessé de me battre, il y a eu des pleurs et du désespoir, mais je suis dit qu’il faut que je tienne bon jusqu’au dernier moment. Là, je sais que j’ai échoué, et que c’est inévitable. Depuis hier je broie du noir, je ne parle à personne, et je cherche à éviter d’avoir à souffrir davantage.

      En ce qui concerne ton passé, je ne peux que compatir. L’une de mes qualités est une très bonne mémoire, mais malheureusement, elle me sert uniquement à me souvenir des moments les plus douloureux de mon enfance. En primaire, je subissais les brimades et jeux humiliants de mes camarades : ils se moquaient de moi, certains baissaient mon pantalon, d’autres volaient mon bonnet pour le salir dans la terre. En classe de 5e, j’ai assisté à un humiliant « soit t’es son ami, soit je te donne 20 euros », marchandant ainsi mon amitié contre un billet bleu. Je ne suis pas quelqu’un de très social, sans doute la faute à mon passé. Depuis très jeune je me suis trouvé différent et mal intégré, et j’ai su que mon passé me collerait à la peau… Mais si j’ai appris un truc c’est que les autres, et ce qu’ils peuvent dire, on s’en fout. Je sais que c’est difficile à certains moments, quand des plaies se rouvrent et font mal, mais il ne faut pas laisser leurs paroles t’atteindre. On ne peut pas laisser les autres décider ou influencer notre propre vie !

      Comme toi, je me sens en paix dans ma chambre et quand je surfe anonymement. Ca me permet de me couper du monde si oppressant, ça me permet de souffler un peu. Ca me permet de réfléchir, de méditer sur ma condition, et parfois de pleurer sans que personne ne vienne me déranger.
      Je ne devrais peut-être pas dire ça et je ne te conseille pas de le faire, mais parfois, pour savoir si je tiens encore à la vie, je tente de me rapprocher de la mort en m’entaillant le poignet… La vie est bien difficile à supporter par moments, et dans un doute, sous une pensée impulsive, je pense à mettre fin à mes jours. M’entailler le poignet est une sorte de test pour voir si je tiens encore à vivre… Hier ça fera la cinquième fois que je le fais en moins d’un an, et personne ne se doute de rien. Je ne cherche pas à attirer l’attention de mon entourage, je cherche à mettre un terme à cette souffrance, à me libérer de cette culpabilité avec laquelle je vis quotidiennement. Je n’arrive plus à enchaîner épreuve sur épreuve, pression sur pression et échec sur échec. Dans trois semaines tomberont les résultats définitifs des grandes écoles et je sais que je ne supporterai pas d’annoncer à mon entourage que j’ai échoué. Je cherche désespérément le moyen d’éviter cela et je n’ai trouvé le refuge que dans le suicide… Comme toi je cherche une solution, une aide quelconque, et j’espère t’avoir aidé ne serait-ce qu’un peu.

      Je te rassure alex, tu n’es pas fou, je ne pense pas être fou non plus, on cherche simplement à ne plus ressentir ces sentiments d’infériorité, de culpabilité, de rejet qui nous rongent au quotidien. On va dire qu’on est simplement plus émotifs et sensibles que la plupart des gens. Tiens bon, accroche-toi, et j’espère sincèrement que la situation s’améliorera pour toi.

    • Eric a écrit

      Bonjour Alex,

      Continue à chercher du taff pour être autonome.

      Pendant ce temps commence à chercher des contacts dans les milieux qui t’intéressent, envoie des dessins, des planches, soumet des écrits.

      Si tes parents insistent pour des études longues, prends les à leur propre jeux, choisis un cursus qui te rapproche de tes objectifs ou bien fournis le minimum d’effort et en paralèlle commence à travailler sérieusement dans le dessin et envoies tes oeuvres à tous les contacts possibles et imaginables (journaux quotidiens, mensuels, spécialisés, maisons de disques pour les pochettes d’album, associations pour les dépliants, entreprises pour les pubs etc).

      N’abandonne surtout pas tes rêves!

      Grosses bises.

  120. Jessica a écrit

    Bonjour , je vien de lire votre article je ne sais pas si cela va me dissuader mais je suis encore là à vous écrire. Je vais quand même essayer de suivre vos conseils mais j’en est vraiment marre de tout et de tout le monde la seul personne avec qui j’ai envi d’être me traite comme une m**de. Je n’est pas forcément envi de raconter ma vie ici mais merci pour cette article.

  121. David a écrit

    Une personne qui voudra vraiment se suicider est une personne qui sera la plus silencieuse au monde. Un suicide ça ne se dit pas, ça ne cherche pas à comprendre, ça se fait, point final. J’ai commencé à lire votre article et dès que j’ai commencé à lire d’aller voir un Spécialiste je me suis arrêté car ça va faire depuis l’âge de mes 6 ou 7 ans que j’en vois des spécialistes, j’ai eu 36000 versions de ma vie, en conclusion et franchement à 38 ans où j’en suis maintenant ben rien n’a changé, rien n’a avancé, etc… J’ai déjà fais plusieurs T.S et au final j’ai tjrs encore et envie d’en faire, j’attends juste le BON MOMENT, mais j’avais besoin de vous lancer ce témoignage qui au final  »pour moi » sera une sorte de délivrance pour les personnes qui veulent vraiment en finir. Pourquoi les gens veulent s’en sortir, je me le demande…, j’sais pas pourquoi mais je ne dois pas être normal, avoir envie de survivre comme la plus pars des êtres Humains, etc… etc… etc… Désolé, mais je ne vais pas déballer ma vie entière, j’avais juste envie de dire qu’un suicide se fait en silence, c’est un taboo, une sorte de jardin secret qui est en nous et on a le choix d’y faire ce qu’on veut, du moment qu’on ne fait pas mal aux autres directement. Maintenant, pour ce qui est de faire du mal Indirectement, certes, je suis d’accord avec vous, les pseudos gens qui nous apprécient vont souffrir mais le dicton aussi dit : La vie continue, donc certes, ils vont avoir mal, mais eux auront pris le choix de vivre et j’en suis TRES CONTENT POUR EUX et ils ont de la chance aussi mais notre nous, si il a envie d’en finir ben on a aussi se choix, donc les Psys, les Spécialistes, etc… etc… qu’est ce qu’ils peuvent faire, ah oui, nous enfermer à vie pour ne pas qu’on s’enlève la notre et nous bourré de Médocs pour ne plus savoir qui nous sommes, en gros être et devenir une Bête de foire, une sorte de Laboratoire Ambulant pour tester de nouveau Psychotropes et j’en passe, bon remarquez, si on peut être utile à sa, pourquoi pas ? LOL. Bref, c’est juste pour vous dire que si je devais mourir d’une mort naturel ou d’un suicide, qu’est ce qui change, pour moi rien, je peux très bien traverser la route et me faire renverser par une personne qui ne voudra pas le faire et qui s’en voudra toute sa vie certainement et j’en passe… Donc ce qui ont vraiment envie de passer à l’acte, il faut  »pour moi » les laisser faire, c’est un choix personnel, une chose HYPER INTIME. Il existe bien des camicases qui se suicident pour leurs croyances Religieuses, bon eux ce n’est pas de leurs fautes mais plus de la faute de ce qui leur ont dit d’y croire, etc… bref pas envie de parler de ça. Bon, j’ai oublié le ratage… en général quand on a envie de se suicider, d’une part notre cerveau est vide, je me souviens de mes T.S où mon cerveau l’était, mais l’attente que les médocs fassent effets est TERRIBLE car là tu prends conscience d’appeler quelqu’un, donc j’ai penser cette fois ci plus radicalement d’en finir par me jeter d’un pont et assez haut pour ne pas me rater car là vous allez me sortir le discours du « t’aurai pu être handicapé » donc c’est pour ça que l’idée du handicape, PAS POUR MOI, je m’occupe assez d’une personne handicapée pour vous dire que c’est TERRIBLE. Le fait après de ne pouvoir se donner la mort est encore plus TERRIBLE car on sera devenu un légume, etc… Bref, en conclusion et j’en reviens fortement là dessus, un suicide est une chose de TRES INTIME, un choix qu’on a le droit de faire et qui est propre à soi-même. Arrêtons d’appeler des « au secour » qui ne m’ont jamais servi à rien. Car faut pas croire avec tout les Spécialistes que j’ai vu, ben je suis là à vous écrire ça. Maintenant j’avais juste envie d’écrire, il fallait que ça sorte, certes, je ferai TOUT Mon Possible pour secourir moi même une personne qui veut mettre fin à ses jours, mais n’enlever pas la mienne svp, ma vie m’appartient j’en fais ce que je veux, tout ce que j’espère c’est que cette article ne donnera pas l’envie aux autres de le faire, c’est juste que moi j’avais envie d’écrire anonymement ma façon de penser. Je ne souhaite à PERSONNE de penser comme moi, car pour moi c’est une TORTURE, mais il fallait que ça sorte, c’est tout… Désolé…

  122. Anonyme :c a écrit

    Salut… cela fait plusieurs années que je souffre de harcèlement et l’année dernière j’ai commencer a me faire du mal.
    Un jour j’en est parler a un de mes professeurs, ça va passer qu’il disait!
    Maintenant je me fait harceler même pendant les vacances d’été, l’année prochaine je rentre au lycée et… j’ai peur que sa soit de pire en pire…

  123. msfdoc a écrit

    Bonjour,

    Si je suis ici c’est que comme pas mal d’entre vous je souffre et je veux cesser cette souffrance et que le suicide me parait le seul moyen de le faire parce que tout simplement je n’ai pas assez de volante ni d’énergie pour me battre dans ce monde cruel et injuste envers moi je suis fatigue ,socio-phobe comme je le suis ne m’aide pas a avance dans ma lutte , surtout que comme vous l’avez bien dis je peux pas faire du mal au personnes qui m’aiment ce qui fais que je passerai jamais a l’acte…
    Depuis plus d’un mois mon monde s’est effondre après plus de deux ans de guerre psychique ou le stress professionnel a pris le dessus….après une stabilité professionnelle et financière de plus de 13 ans je me trouve sans emploi et sans le moindre sous, moi qui était le support moral et financier de ma famille, je sais plus quoi faire, je ne peux pas leur annoncer cette mauvaise nouvelle, et je souffre en essayant de trouver une solution pour remédier a tout ça sans peine….ce qui a pousser a cette stupide idée de suicide… oui stupide et égoïste, parce que le suicide ne résoudra jamais les problèmes bien au contraire il va les amplifier les après notre mort…..
    J’espère trouver de l’aide ici par ce commentaire, j’ai vraiment besoin de discuter car ma solitude me tue est ce que je peux vous ecrire?

    didaida75@gmail.com

    Et merci beaucoup pour votre article , je confirme les étapes: ce donner le temps, y réfléchir calmement, bouger plus, parler avec quelqu’un voir un spécialiste….tout ça aide beaucoup. Personnellement, je vais commencer par sortir de chez moi (plus d’un mois que je suis scotchée en face la télé suite a une intervention chirurgicale, qui m’a détruit psychiquement), je vais me faire couper les cheveux, façon de changer de tête….le sport peut attendre jusqu’à mon rétablissement, mais une marche quotidienne me fera du bien… aussi je vais me mettre a la recherche d’un nouveau job.

  124. Stef a écrit

    Salut,
    J’ai laissé,il y a quelques mois, 2 commentaires sur cette page…(en fevrier)
    Faites une petite recherche,moi c’est Stef.Un vieux routard usé,la quarantaine,abimé de la tête aux pieds.
    Je continu a vous lire et à partager votre solitude et vos détresses.
    Je vois que,malheureusement,ça ne s’arrange pas pour le petit monde que nous sommes car plus on avance dans cette société et plus les portes se ferment.
    C’est difficile n’est ce pas..? et je sais ce que je dis.
    J’aurais aimé discuter avec beaucoup d’entre vous,partager nos problèmes et nos déboires.Ensemble et se serrant les coudes et ayant a faire à une vie qui nous mets des baffes à longueur de temps,ont peut peut-être s’entraider moralement ? même si personne ici n’a de recette miracle. Ce n’est qu’une aide virtuelle mais ça peut faire énormément de bien d’avoir quelqu’un a qui parler.Non….?
    Un simple discussion peut sauver une âme en péril….
    J’ai réussi à avoir mon appart et un petit job à mi-temps.Mais les problèmes continuent et c’est un peu comme le moustique qui a choisie une paire de fesses « c’est ses fesses et aucune autre.Où que tu puisse aller,j’taurais ! » Bah,pas grave stef,cool c’est normal,c’est juste une question d’habitude.
    Certain appellent ça la malchance,moi j’appelle ça la connerie humaine ( c’est très vaste et il n’y a pas assez de place ici pour développer ce qu’est la connerie humaine).

    Si ça te dis de venir discuter un peu avec moi,partager,échanger par mail quelques phrases,des photos ou je ne sais quoi d’autres…Ça te fera autant de bien qu’a moi.Je me fous de savoir ce que tu es : moche,raté(e),rebut de la société etc.. (ne sois pas choqué(e),nous sommes tous comme ça ici.Dans le cas contraire,tu serais ailleurs à te taper des vacances dans les iles ;) )
    Je n’ai rien à vendre,rien a donner,ni de conseils puisque je suis un raté qui s’assume.Mais j’ai un avantage,je suis dans le même bateau que toi.
    Moi c’est Stef,fais moi signe.N’hésite pas ;)
    korrigan13@msn.com

  125. Joy a écrit

    Hé toi ! Oui, toi qui lis ce commentaire en ce moment-même, je vais te dire un secret…

    Tu es une personne merveilleuse.

    • Zezette a écrit

      Très joli commentaire ! J’apprécie beaucoup Merci. C’est tellement ce que j’ai et que les personnes qui pensent au suicide en général ont besoin d’entendre. Et toi, oui toi, qui a écrit ce commentaire et qui le lis, tu es génial ! :-)

  126. kenza a écrit

    bonjour,
    je me sens seul même si j ai trop d amis a point que je crée des problème juste pour ne pas sentir cette solitude 5 tentatives de suicide j ai 29 ans et encours j essaye de suicidé la dernière tentative a été avant hier je me sens perdu dans ce monde sachant que je vie avec mon père et ma mère j ai un seul frère qu il fait ses études en France.

  127. a écrit

    J espere trouver de l’aide…Je réfléchis depuis près d une semaine à une façon simple et efficace de mettre fin à mes jours.Pour moi,c est pas difficile de trouver des médicaments pour ce faire vu que je suis médecin résidente en anesthésiologie.Je connais les drogues suicidaires…Mais je suis un peu réticente.Le mobile de cet éventuel acte est que je fus trompée par un homme de 43ans que j aimais et aime encore …j ai 29ans…Je suis tombée enceinte de lui et il me demande d avorter sèchement!j ai décidé de garder mon bébé mais je ne travaille pas et aura i peine à prendre soin de lui …en plus je ne souhaite pas que mon bb souffre parce que son père l a rejeté…l avenir me fait peur …Je ne sais comment faire face à ça et j ai choisi de me suicider…j espere de l aide je vous prie.

    • Eric a écrit

      Bonjour désespérée.

      1) N’avorte pas, beaucoup de femmes le regrettent et tu risques d’agraver ta dépression, au pire il y a l’adoption, si tu ne peux pas t’occuper du bébé un couple infertile sera terriblement de pouvoir l’adopter, ton bébé pour vivre et grandir entouré d’amour et toi tu pourras prendre un nouveau départ.

      2) Ton enfant souffrira comme tous les enfants qui ont perdu un parent, mais tu l’aimeras très fort, et peut être rencontreras tu l’amour et cet homme saura s’occuper de ton enfant, c’est courant de nos jours.

      3) tu as forcément droit à des aides pour élever ton enfant, vas à la mairie ou au ccas demander de l’aide.

      Tu vas t’en sortir.

      Grosses bises.

  128. a écrit

    Bonjour , (Bonsoir) je voulais juste vous dire de ne pas faire une telle erreur avant d’en parler à quelqu’un c’est le plus grand choix à faire de votre vie (on va dire) et sa ne ce prends pas à la légère. Donc plusieurs d’entre vous on besoin de conseils tous autant que vous êtes… Déjà conseil Numéro 1 : Avant de le faire vérifier si il n’a pas de moyens moins tragique de s’en sortir.N°2 : Pensaient , aux conséquences que sa aura si vos proches l’apprennent et que vous ne leurs avaient pas parlés.N°3 : Ce suicidé montre que l’ont est faible mais je suis sur qu’a l’intérieur de chacun d’entre vous il y’a de l’espoir, l’espoir de ne pas faire cet immense erreur et de montrer que vous n’êtes pas faible. Et le Numéro 4 : Si vous vous suicidez vous souffrirez autant que si vous ne le faîtes pas… Le moyen de ne pas souffrir (peut importe la situation) est de ce poser tout une journée et de réfléchir (peu importe le temps que sa prendra votre vie est en jeu) réfléchir a pourquoi je dois me suicidé et pourquoi je ne devrais pas. J’espère que mes conseils vous seront utiles :’) , et surtout : NE VOUS SUICIDEZ PAS !!!!

  129. Mme Anonime a écrit

    Bonjours,
    je subit présentement énormément de stress et je ne sais plus quoi faire… J’ai un énorme besoin de discuter avec quelqu’un mes j’en suis incapable avec mes proches car j’ai l’impression de leur causer problème… Je suis incapable de parler au téléphone car cela m’angoisse et j’ai tenter d’utiliser le site web indiqué qui sont des discutions par écrit, mais les services de chat ne sont pas fonctionnel… je me demandais si quelqu’un connaîtrais un autre site internet pour discuter de nos problèmes personnel…
    Merci d’avance pour votre temps accorder.

  130. Ganou a écrit

    Salut
    J’ai lu ton article, il est super. Sur le coup j’ai eu de l’espoir j’ai essayé et sa à marcher sauf que 1 mois plus tard j’ai rechuté. J’ai 16ans et pourtant sa va faire 3ans que je suis en dépression avec des hauts et des bas. Le plus dure dans tout sa c’est d’être seul de ne pas pouvoir en parler car tout le monde croit que c’est faux que c’est juste pour attirer l’attention. J’ai pensé plusieurs fois au suicide la seule chose qui m’en empêche c’est la douleur que sa causerait à ma famille. Malgré que se soit en parti de leur faute l’etat dans lequel je le trouve aujourd’hui je ne veux pas leur infliger sa.
    Merci d’avoir lu

  131. mdmel a écrit

    J’ai bien lu votre article. J’aimerais trouver une raison de me dire qu’il y a de l’espoir, mais j’ai beau essayer je n’y parviens pas.
    Attendre, ça fait des années que j’hésite, que je laisse une chance à la vie, en vain. Aller consulter, je l’ai déjà fait, et avec différents professionnels.
    Sortir, je m’y suis forcée,régulièrement, toujours en vain
    Faire des listes, j’ai essayé mais je ne parviens pas à trouver quelque chose que j’aime vraiment
    Parler à quelqu’un, je l’ai déjà fait aussi, plusieurs occasions, plusieurs personnes différentes, mais là encore en vain.
    Je ne trouve pas de solutions.

  132. mdmel a écrit

    J’ai lu votre article et une bonne partie des commentaires. J’avoue que j’aurais préféré trouver autre chose. Les conseils donnés sont très avisés mais c’est déjà ce que j’ai essayé en vain depuis longtemps. rien n’a changé. J’ai laissé une chance à la vie pendant des années, je me suis forcée à bouger, à parler à des gens, j’ai consultés plusieurs spécialistes, j’ai tenté de trouver quelque chose qui me plaît vraiment, qui me motive, j’ai même essayé les antidépresseurs, au cas où ça aurait pu m’aider à mieux voir le positif.
    Je sais que les stats sont contre moi et que j’ai plus de chances de devoir supporter les conséquences d’une TS râtée que d’arriver à mes fins, c’est pour ça que je cherche un vrai moyen efficace d’en finir, sauf que c’est pas possible.
    J’ai beau chercher je ne vois pas de raison de me dire qu’il y a un espoir pour que je me sente mieux. Bien sûr c’est pas plus dur pour moi que pour beaucoup d’autres, j’en ai conscience,mais comme un certain nombre je ne parviens plus depuis longtemps à le supporter.
    Je vois plus de solutions.

    • Eric a écrit

      Bonjour Mdml, je n’ai pas lu tous les messages du fil, peut-être en as tu déjà parlé, mais quels sont tes problèmes exactement, peut-être peut-on en parler?

      Es-tu sous traitement, parfois le traitement, en particulier les antidépresseurs, peuvent être pire que la maladie.

      J’espère que tu liras ces lignes et que tu pourras répondre.

  133. Darcia a écrit

    Je cherchais un moyen pr me suicider mais en tombant sur ton article j’ai complètement changer d’avis. Je me suis rendu compte que ma famille devait être anéanti par ma mort mais bon j’espère que cette idée de suicide va disparaître et que je pourrais surmonter cette étape difficile que je vis en ce moment.

  134. ange a écrit

    bonsoir depuis l’age de 8 ans j’ai des envie suicidaire, j’en n’ais jamais parler et je garder tout pour moi.
    maintenant j’ai 18 ans et je commence a passé au acte pour des raison simple comme (je n’ais jamais voulu vivre, perte de plusieurs hêtre cher dont un bientôt, vie amoureuse perdu hier soir, arrêt des études a 16 ans, perte de boulot ect…) du coup un jour en rentrent cher moi je me suis scarifier devant ma mère.
    pour une fois que je suis égoiste, tout sa pour vous dire que l’être humain a ses limite et ne peu pas toujours être sauver. Si il veux abandonner ne le retenais pas :)
    merci encore de m’avoir écouté (désolé pour les fautes)
    il n’est de pire Néant que celui que l’on peut trouver dans le coeur de certains homme..

    • Eric a écrit

      Bonjour Ange, je voulais juste te dire que tu as connu l’amour et c’est une chance énorme, cela montre que tu peux être aimée.

      Ne te focalise pas sur ta rupture, à cet age les jeunes sont instable.

      Tu en trouveras un autre ne t’inquiètes pas.

      Tu as 18 ans et toute la vie devant toi.

      Est-ce que ta mère t’aime et t’aide, si oui c’est très bonne chose.

      On vit une époque très dure, dis-toi que c’est l’époque qui veut cela mais que tu peux avoir ce que tu veux, mais d’abord soignes toi.

      reposes toi, dors bien, inscris toi à une activité qui te plait, rencontre du monde, ne restes pas toute seule.

      Grosses bises et bon courage.

  135. Brissinck Jonathan a écrit

    Bonjour, bonsoir,
    En ayant lu cette article, je suis toujours indécis à écrire. Bon, je me lance. Ma vie est tellement compliquée. Ça va être long à lire et comprendre pourquoi je pense à me suicider.
    Quand j’avais 6 ans, j’ai été violé par mon oncle maternel. Ça a duré deux ans. Puis ne voulant plus aller chez ma grand-mère car il vivait toujours chez sa mère, je n’ai plus rien subi. Mais il venait toujours chez nous.
    Ensuite, on a déménagé. Mais le pire est arrivé. Il m’a de nouveau violé, chez mes parents alors qu’ils étaient en bas. Si je criais, il me tais.
    Je n’ai rien dis jusqu’à mes 13 ans. Quand je l’ai dis à mes parents, j’ai pleuré, me sentant coupable. Puis mon petit frère a avoué avoir lui aussi été violé.
    Me sentant encore plus coupable, je me suis réfugié dans la nourriture. En même temps, je me punissais pour n’avoir pas parler plus tôt.
    Mes études secondaires furent pénibles. Harcèlement, racket, humiliation puis encore pire quand un « ami » à crié que j’étais homosexuel. Telle était ma vie en secondaire. J’ai changé trois fois de lycées pour me sentir mieux ainsi que quatre fois de psychiatres pour obtenir un résultat nul.
    Ma famille n’arrange rien car je ne peux pas vivre ma vie. Je dois être là pour tous le monde ne pouvant souffrir. J’ai l’impression d’être un objet qu’on se dispute.
    Âgé maintenant de 26 s, sans travail, n’ayant jamais travaillé, plus droit au chômage et au CPAS, le suicide est la porte qui s’ouvre le plus face à tous mes problèmes.
    J’ai juste peur d’avoir mal.
    En ayant écrit sur ce forum qui je l’espère est toujours actif, j’espère recevoir une réponse avant d’avoir rejoint l’au-delà.
    Merci de m’avoir lu

    • Nathalie a écrit

      Malgré toutes tes épreuves je suis sûre que tu as beaucoup à apporter aux gens. Ta sensibilité doit être magnifique et j’espère que tu n’ai pas passé à l’acte. Avec tout mon soutient des plus sincère revois comme le soleil est beau!!!

    • Eric a écrit

      Bonjour Jonathan

      Ton message m’a profondément touché.

      Concernant ton, tu ne mentionnes pas si tu as déposé plainte.

      Si tu ne l’as pas fait, fais le vite avant que la prescription ne soit passée, obtenir justice sera un premier pas vers ta guérison car ce sera la reconnaissance de la culpabilité de ton oncle et de ton calvaire.

      Ensuite le temps qu’il passera derrière les barreaux l’empêchera de s’attaquer à d’autres jeunes.

      Pour le harcèlement scolaire j’ai connu et je sais à quel point cela détruit un homme ou une femme, à l’age adulte les blessures sont toujours présentes et nous empêchent de vivre normalement, c’est véritable calvaire que d’essayer de vivre normalement, tous nos repères sont faussés, un seul regard ou parole mal interprété et on prend cela pour un rejet, on n’imagine pas que la personne en face peut avoir ses problèmes également.

      Concernant ta famille, tu devrais essayer de t’éloigner, je sais tu n’as pas d’argent mais imagine que tu trouves un job, même chiant, mets de l’argent de côté et pars de chez toi, essaie un pays étranger, tu as moins de trente ans et tu es donc éligible à tous les visas vacances travail, même au Japon.

      Si tu ne veux pas partir si loin j’ai entendu beaucoup de bien de la Finlande, mais ne reste pas avec ta famille, ils ne t’aideront jamais, ils nient ta souffrance alors qu’ils devraient t’aider, c’est minable.

      Construis un projet, pour toi seul, élabore les plans, suis les étapes, fais le premier pas, vis pour toi, même si c’est dur le fait de vivre pour toi je pense t’aidera à aller mieux.

      Tu as le droit d’être heureux, imagine que tu te suicide la veille du jour ou tu dois rencontrer l’amour?

      Quelle tristesse, crois moi je suis un peu plus avancé dans la vie et rien n’est joué à l’avance, je le vois autour de moi, la vie de couple, le célibat, le travail, le chômage, rien n’est acquis.

      Aucune situation n’est figée.

      Reprends confiance en toi, je sais c’est facile à dire, mais je te jure que tu as des ressources en toi qui te permettront de relever la tête.

      Sors de chez toi, cherche du taff, même au black, fais toi du pognon, gardes en un peu pour sortir et rencontrer du monde, ne serait-ce que pour discuter, oublier un temps tes problèmes.

      Bats-toi, tu mérites d’être heureux, fais le pour toi et personne d’autre, il n’y a pas de chemin de vie unique.

      Tu ne veux pas mourir, tu veux arrêter de souffrir !!!

      Grosses bises !!!

      Eric.

  136. Tim a écrit

    Merci pour cet article. Je ne sais pas si il m’as aidé ou autre chose, mais merci de l’avoir fait. Je cherchais un site qui m’indique comment mourrir sans souffrir mais je ne l’ai pas trouvé. Tant pis, mais ton article me montre que certain s’en sorte sans passer à l’acte. Encore merci.

  137. Elisa a écrit

    J’ai lu ton article jusqu’au bout et pourtant je n’arrive pas à me sentir mieux… J’en ai parlé à plein de personne mais rien n’y fait… J’ai l’impression d’être une erreur, d’être la peste en personne et de rien avoir à faire ici..

    • la vie ne vaut rien a écrit

      Je suis de ton avis Elisa
      beau travail, cela fait 2 fois que je tombe sur cette article . il a fait repousser l’échéance… je ne me sens toujours pas mieux
      Comment faire quand tous ceux que tu côtoient ne te montre que de haine , que fais tu quand 60% de tes collègues (cgt) te fuient et veulent ta peau sous prétexte que tu es d’un autre syndicat et que tu déranges car tu t’opposes à leur emprise sur l’ensemble de la boite
      que faire quand tu es mis à l’écart et pour la moindre action te mettent des bâtons dans les roues pour te pourrir la vie et ce ci depuis 15 ans
      on arrive à un stade de haine de la part de tous ceux qui t’entoure et te retrouver piégé sans trouver une porte de sortie
      que faire quand ton conjoint , lui aussi te tourne le dos voire même t’enfoncer
      plus rien n’importe … plus rien n’a de l’importance sauf l’idée d’enfinir avec la souffrance

  138. isabelle a écrit

    Ce sont des gens comme vous que j’aimerai avoir dans ma vie ; ce soir je suis désespérée mais je ne passerai pas à l’acte : j’ai deux enfants, ce sont eux qui me raccrochent à la vie ; j’en ai marre de tout, de mes EDM, de ma bipolarité, de l’indifférence des gens qui m’entourent qui ne comprennent rien ; tout me paraît factice, superficiel, je me sens au bord du gouffre, du grand plongeon encore, je suis si impulsive dans mes paroles, mes pensées, j’aimerai juste être équilibrée, zen, amoureuse de la vie et en même temps j’ai honte de ce que j’écris quand je pense à ceux qui ont une maladie incurable et voudraient vivre !tout ce que j’entreprends se solde par un échec, je n’ai pas vraiment d’amis, juste des gens fades sans passion, qui ne voient rien ou s’en foutent, une famille qui n’imagine pas le degré de souffrance mais il ne faut pas se plaindre : à quoi bon de toutes les façons il faut avancer le cœur lourd et triste en attendant que la « crise » passe …

  139. anonyme2 a écrit

    Je cherche partout sur le net et sur des bouquins des sujets liés au suicide. je me sens au bord du gouffre, une sorte de vortex. Je ne trouve aucun sens à la vie justement. Le non sens est la seule logique qui me vienne à l’esprit. Une extrême solitude existentielle. Je suis entourée et cela m’arrête car je ne veux pas faire mon égoiste. Mais le temps passe et ça ne s’améliore pas. j’ai vu un psychothérapeute et c’était pire après. Aucune écoute. Bref. je lis attentivement cet article et merci pour le geste. Mais c’est vraiment dur de mettre des mots sur ce sentiment de néant. J’ai entamé des études en philo, car cette discipline m’a sauvé la vie à plusieurs reprises, mais les pensées noires reviennent sans cesse. Des évènements déclencheurs ont lieu certes, mais c’est un éternel retour du mal être. La loose totale. Je n’ai rien dit d’intéressant ici, mais j’essaye de tenir. en tout cas cette démarche est belle en soi, c’est touchant et ça remet en question la misanthropie. Les temps sont durs. Mais la souffrance est relative, le tout est une question de perception. Mais dur dur de s’accrocher.

  140. Waiting a écrit

    Très bon article et sympa de faire ça. Aujourd’hui jours de mes 27 ans, 11e anniversaire de ma grand mere décédé et remise en question total de moi-même…. j’ai lu l’article, il fait du bien mais j’pense pas arrêter…. Pleins de bonheur à vous.

  141. Brooke Einsam a écrit

    C’est surtout triste de se dire que j’ai tapé cela dans la barre de recherche, enfin.
    Le suicide touche aussi les jeunes, la plupart du temps pendant l’adolescence quand le corps commencent à changer et que la confiance en sois disparaît (je parle dans mon cas). C’est difficile en tant qu’ado de se dire que quelqu’un tient à nous alors que nous même n’y tenons pas. Enfin, c’est surtout difficile de changer de vie à 14-15 voir 16 and alors que l’on vit encore chez ces parents, si vous voulez ce que je veux dire.
    Quel serait le moyen d’essayer de m’en sortir ? J’ai essayer tout pleins de chose mais directement après m’être sortit de la déprime j’ai recommencé à pratiquer la technique du zèbre (mutilation). Comment faire ?

    • Le dily a écrit

      Ton temoignage m’a touche et m’a aide, on est pas seul, meme si c’est horrible de ressentir cette solitude
      Chaque jour est un combat pour trouver une motivation
      On continue

  142. blacodon a écrit

    j’ai lus ton article il me fais énormément réfléchir mais pourtant je me sens toujours si triste et envie de passer à l’acte. Une des seule choses qui fais réfléchir sont mes 2 enfants je me bat pour eux et pourtant a ce jour je ne trouve plus le courage de continuer même pour eux je sais c’est égoïste et triste de penser comme ça. On dira que je suis une mère indigne et sans courage mais les douleurs que je ressens sont tellement pénible que je ne veux plus me battre. Chaque fois que je passe une étape et que je me crois enfin sortie d’affaire d’autre éléments arrivent et sont chaque fois plus douloureux et dur à surmonter. J e e sais plus quoi faire. Je vous écrit je ne sais pas pourquoi mais cela me soulage.

  143. Gerey Nicolas a écrit

    Tu c’est j’en ai tellement marre de me santir mal comme je suis je n’en peux plus j’ai 25 ans je galère depuis que j’ai eu mes 12 ans abandonné par sa famille . Quand tu te rends compte que tout se que tu antrepend est mis de côté . J’en ai marre de cette vie de merde qui ne m’aime pas même si je l’ai aimé pour m’en sortir déjà je suis tellement bien quand je pense à la mort même si je choisis une solution de facilité . Mais j’en ai tellement marre de tout ça de me dire que tout va s’arranger alors que non . Oui à ma mort . Oui à l’envi de passer à l’acte . Trop bon trop con . J’ai essayé de m’en sortir mais la société ne veux pas si le train m’appelle par son batmen et puis comme ça je verrai si il y a une vie après la mort je le serait bon je veux pas vous déranger avec mes imbécileter et puis avec ma vie qui ne vous intéresse pas et qui n’intéressera jamais personne je vous laisse et je pense que je ne tarderai pas à découvrir se que cela m’apportera bonne chance à vous .mes amitiés les plus sincères

  144. mathilde a écrit

    Le monde tel qu’il est aujourd’hui n’est pas la pour nous rendre heureux. L’humain a du chemin a faire avant l’elevation de la conscience, a l’échelle cosmique, nous en sommes encore a l’état de nourrisson!
    Vouloir se suicider est normal, je dirais même que c’est bon signe, car arriver a s;adapter a un monde malade prouve que vous êtes malade vous aussi. Alors que ne pas arriver a s’adapter a une société malade montre que vous êtes sain d’esprit en réalité…. Putain de monde paradoxale!!!!!!
    J’ai peur de souffrir en vivant, j’ai peur de souffrir en me suicidant, je me sens claustrophobe!!!!!

  145. Trividic alvin a écrit

    C’est drôle de ce dire tout ça essaye de bouger de voir un médecin etc, seulement quand on a 15 ans on fait comment ? Donc vu que je ne peux pas faire les dernières étapes, je me laisse crever à petit feu ? Plutôt une bonne idée, c’est bien d’avoir penser à tout le monde au moins, après je n’ai que quinze ans, traitez moi d’immature, d’enfant, vous avez le droit, mais je sais ce que je veux faire et je ne suis pas ici juste pour chercher du réconfort ou quoi que se soit.

  146. Alyssia a écrit

    Moi, je n’avais pas de penser sucidaire mais une grosse, très grosse dépression. Je n’ai pourtant que 12 ans et je me rends compte que de telle pensée peuvent quand même me venir à l’esprit. La raison? C’est tous simplement ma mère. Après on peut penser que c’est la pré-adolescence et que ça va passé! mais ça fait au moins 2 ans que j’endure ça. Mes parents ce sont divorcé lorsque j’avait 3ans et demi. ce qui fait que je n’ai pas été trop traumatisé. ma mère a refait ca vie avec un autre homme, que j’aprécissiez et, heureusement c’était réciproque, mais lorsque mon pere c’est remariée, avec une connaissance de ma mere, elle a commencer a changer. De tout les week-end, je ne voyais mon pere qu’une fois sur deux. j’etait tellement troublée du point de pleurer tous les dimanche soir pour retourner chez ma mere, et je m’eforcer a secher mes larme pour que ma mere ne me dise pas d’ignoblerie. J’ai donc decider de faire une semaine sur deux. elle na absolument pas aimée ça (même aujourd’hui j’ignore encore la raison) et depuis, j’ai le droit a de petite phrase asassine de la part de mon beau-père, ainsi que des message subliminale assez direct. Avoir le logiciel ma redonné de la peche! je vous remercie sincèrement, je vais beaucoup mieux maintenant

  147. garance a écrit

    j’ai 13 ans et je me sens trop grosse j’ai honte d’avoir des pensées suicidaires j’ai d’en parlé avec mes parents et qu’ils me jugent

  148. Julie FRANCOIS a écrit

    Moi-même je ne voulais plus vivre à cause de mes problèmes de santé… alors que je viens d’avoir 12 ans il y a 20 jours… Aidez-moi, je vous en prie, car je sens que je vais bientôt craquer, voir même quitter ce monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>